Afrique
URL courte
0 110
S'abonner

Dans le cadre d’un programme de coopération militaire algéro–tunisien, le navire-école et bâtiment de recherche Kheireddine, appartenant à la marine tunisienne, a jeté l’ancre dans le port d’Alger.

Le bâtiment hydrographique Kheireddine de la marine tunisienne a fait escale, le 18 juillet, à Alger, dans le cadre d’un programme de coopération militaire entre l’Algérie et la Tunisie, relate un communiqué du ministère algérien de la Défense nationale.

À cette occasion, un «riche programme d’activités culturelles et sportives a également été élaboré au profit de la délégation militaire tunisienne, outre l’échange de visites entre les officiers des deux parties, à bord du navire tunisien et à l’École supérieure navale», ajoute le communiqué.

Cette escale, qui s’inscrit «dans le cadre du renforcement des relations d’amitié entre les armées des deux pays, contribuera à consolider davantage la coopération militaire et l’échange d’expériences entre nos Forces navales et les Forces navales tunisiennes», selon la même source.

Un événement rare

Les visites de bâtiments tunisiens en Algérie sont peu fréquentes, à la différence des visites de navires algériens en Tunisie, il s’agit donc d’un événement assez rare, a expliqué à Sputnik une source informée.

Le navire Kheireddine est un bâtiment hydrographique qui mesure 86,9 mètres de long pour un déplacement de 2.500 tonnes en charge. Le Kheireddine est également un bâtiment école des Forces navales tunisiennes, qui peut embarquer une vingtaine d’élèves. Il a été fabriqué aux États-Unis sous le nom de Wilkes et mis en exploitation en 1976 au sein de l’US Navy, et transféré à la Tunisie en 1995.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
La Chine assure qu'une pneumonie inconnue «beaucoup» plus mortelle que le Covid-19 se propage au Kazakhstan
Un garçon de 14 ans incarcéré pour le viol d’une quadragénaire à Dunkerque
Tags:
navires, marine, Tunisie, Algérie, Alger
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook