Afrique
URL courte
0 20
S'abonner

Dans un message publié sur Facebook, Moncef Marzouki, l’ex-Président tunisien, a rendu hommage au défunt chef de l’État Béji Caïd Essebsi, décédé le 25 juillet. Il a appelé ses concitoyens au rassemblement autour des institutions de l’État et au respect strict de la Constitution.

Moncef Marzouki, l’ex-Président de la République tunisienne, a réagi dans un message publié sur son compte officiel sur Facebook à l’annonce du décès du chef de l’État Béji Caïd Essebsi. Après avoir présenté ses condoléances à la famille et aux amis du défunt, ainsi qu’au peuple tunisien, M.Marzouki a appelé ses concitoyens à l’unité et au strict respect de la Constitution dans la gestion de la phase de transition. Il a par ailleurs, dans une déclaration à la presse, rappelé la nature des relations qu’il entretenait avec le défunt Président.

«Mes plus sincères condoléances à la famille du Président Béji Caïd Essebsi et à ses amis, ainsi qu’au peuple tunisien qui a perdu aujourd’hui son chef de l’État», a écrit M.Marzouki. «Il y a des moments, dans la vie des individus et des peuples, dans lesquels nous devons nous surpasser en nous élevons à un niveau de conscience supérieur à celui de tous les jours auquel nous nous sommes habitués», a-t-il ajouté.

Dans le même sens, l’ex-chef de l’État a mis l’accent sur la nécessité, «dans ces circonstances délicates» que traversent la Tunisie et son peuple, d’«oubliez […] tout ce qui nous sépare, d’observer plus de calme et de retenue, et un sens plus élevé des responsabilités envers la nation et sa sécurité».

Évoquant la phase transitoire par laquelle va passer la Tunisie jusqu’à l’élection d’un nouveau Président de la République, Moncef Marzouki a appelé à un «respect strict de la Constitution tunisienne et à la fidélité aux institutions de l'État, et rien d'autre que la Constitution et les institutions de l'État», a-t-il conclu.

​Les rapports entre les deux hommes

Dans une autre déclaration à la radio Shams FM, M.Marzouki a confié que «j’ai toujours été en désaccord avec le Président Béji». Ce dernier «a mené des campagnes contre moi, quand j’étais aux affaires, et moi également j’ai mené des campagnes contre lui quand il était Président», a-t-il ajouté, soulignant que «ceci rentrait dans le cadre des désaccords entre les membres d’une même famille». «Maintenant, que l’ainé de la famille est décédé, il n’y a plus de place aux désaccords, je vais naturellement assister à ses funérailles et porter son cercueil sur mon épaule», a-t-il ajouté.

Mort après un malaise

Le Président tunisien Béji Caïd Essebsi est décédé le 25 juillet des suites d'une intoxication alimentaire, a déclaré son fils Hafez Caïd Essebsi, cité par la chaîne de télévision Nessma. Ces derniers mois, il avait été hospitalisé à plusieurs reprises. Il était apparu en public seulement deux fois depuis la fin de sa précédente hospitalisation, laquelle datait du 1er juillet.

Date de l'élection présidentielle

Béji Caïd Essebsi était le plus vieux dirigeant du monde en exercice. Il avait déclaré qu'il ne présenterait pas sa candidature à la prochaine présidentielle programmée pour novembre, soulignant qu'une personne plus jeune devrait diriger le pays. Selon le président de l'Instance supérieure indépendante des élections (ISIE), l'élection présidentielle, prévue initialement pour le 17 novembre, est avancée pour le 15 septembre à la suite du décès du chef de l'État.

Lire aussi:

«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Tags:
nouvelle Constitution, Constitution, Journée de la mémoire et du deuil, mémoires, mémoire, Béji Caïd Essebsi, Moncef Marzouki, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook