Ecoutez Radio Sputnik
    Khartoum, Soudan

    Le bilan des victimes de la dispersion des manifestants au Soudan début juin a presque triplé

    © CC BY 2.0 / Christopher Michel / Khartoum, Sudan
    Afrique
    URL courte
    0 05
    S'abonner

    La dispersion meurtrière de manifestants à Khartoum et dans ses environs par les forces de sécurité soudanaises a fait 87 morts et 168 blessés, selon les nouveaux chiffres communiqués par la commission d’enquête.

    La dispersion, lundi 3 juin, du sit-in de manifestants devant le siège de l'armée à Khartoum et des participants aux actions de protestation dans la ville et ses environs, a fait 87 morts et 168 blessés, a déclaré Farah al-Rahmane Saïd, à la tête de la commission d'enquête, cité par la chaîne Al-Ghad. La commission a rendu publics les résultats de son enquête visant à définir les raisons du drame.

    Farah al-Rahmane Saïd a fait remarquer que les forces de sécurité avaient ouvert le feu contre les manifestants, tandis que l’ordre de disperser le sit-in par la force avait été donné par trois officiers des structures de sécurité qui ont outrepassé leurs pouvoirs et violé les ordres de leurs supérieurs.

    Selon un comité de médecins proche de la contestation cité par l’AFP, 127 manifestants ont été tués durant la seule journée du 3 juin, et 1.353 ont été blessés.

    Le Conseil militaire a pris le pouvoir après le renversement par l'armée et l’arrestation du Président Omar el-Béchir, à l’issue de quatre mois de protestations. Il a déclaré qu’il avait l’intention de remettre le pouvoir aux autorités élues dans le courant de deux ans. Cependant, les actions de protestation se poursuivent et les manifestants réclament un transfert immédiat du pouvoir aux civils.

    La situation au Soudan et dans la capitale du pays s’est brusquement aggravée le 3 juin, lorsque les militaires soudanais ont dispersé un sit-in à Khartoum. Les affrontements avaient fait plus de 30 morts. L’opposition a déclenché une grève et lancé un mouvement de désobéissance civile tout en coupant court au dialogue politique. La médiation n’a pu être rétablie que grâce aux efforts de l’Union africaine.

    Lire aussi:

    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    «L’armée française n’est pas venue au Niger par hasard!» – ministre d’État nigérien
    Des terroristes de Daech arrêtés à Moscou par les forces spéciales russes - vidéo
    Tags:
    désobéissance civile, Union africaine (UA), protestations, Omar el-Béchir, enquête, Khartoum, sit-in, manifestation, Soudan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik