Ecoutez Radio Sputnik
    ballon

    Un nouveau duel entre le Maroc et l’Algérie, cette fois pour un milieu de terrain du PSG - images

    CC0 / flooy / ballon dans l'air
    Afrique
    URL courte
    136
    S'abonner

    L’étoile montante du PSG Azzedine Toufiqui serait au centre d’un duel entre le Maroc et l’Algérie qui souhaitent l’intégrer à leur sélection nationale, a fait savoir Al Jazeera Sport. En effet, né d’un père marocain et d’une mère algérienne, il est dans la même posture qu’Ismaël Bennacer qui a, quant à lui, choisi l’Algérie.

    Après Ismaël Bennacer, le milieu de terrain de l’équipe d’Algérie sacré meilleur joueur de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019, la Fédération algérienne de football (FAF) et la Fédération royale marocaine de football (FRMF) sont à nouveau sur le pied de guerre pour s’arracher les services d’Azzeddine Toufiqui, la nouvelle star du Paris Saint-Germain, selon Al Jazeera Sport.

    Tout comme Ismaël Bennacer, Azzedine Toufiqui, également milieu de terrain du PSG, est né en France d’un père marocain et d’une mère algérienne. Il a donc la possibilité de représenter l’un des deux pays, le Maroc ou l’Algérie, dans le cas, bien sûr, où il n’opterait pas pour l’équipe de France, pour laquelle il a également le droit de jouer.

    Selon le média, le président de la FRMF Fouzi Lekjaa a déjà pris contact avec le joueur afin de le persuader de représenter le Maroc. La fédération algérienne est également sur le dossier, a précisé la même source.

    ​En 2017, Azzedine Toufiqui avait signé un contrat professionnel avec le PSG. Âgé de 20 ans, il joue comme milieu de terrain de l’équipe des jeunes du Club, et n’a pas encore réussi à s’imposer chez les seniors. Néanmoins, il a montré un grand potentiel de joueur professionnel.

    Lire aussi:

    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    Entre le Québec et l’Espagne, la guerre des mots fait rage
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik