Ecoutez Radio Sputnik
    une fille triste

    Un Marocain écope d’une peine de 30 ans de prison ferme pour avoir violé sa fille de 12 ans

    CC0 / Greyerbaby / une fille triste
    Afrique
    URL courte
    3241
    S'abonner

    Le tribunal de la ville de Tanger, dans le nord du Maroc, vient de condamner un père de famille à 30 ans de prison ferme pour avoir violé, à plusieurs reprises, sa fille de 12 ans.

    Un père de famille marocain, accusé d’inceste sur sa fille de 12 ans, a été condamné à 30 ans de prison ferme par la chambre criminelle de la Cour d’appel de Tanger, a indiqué le site d’information Aujourd’hui le Maroc. Les faits se sont déroulés dans la ville de Larache, à environ 86 kilomètres de Tanger, dans le nord du pays. 

    Le jour de l’audience, l’accusé a continué de nier les faits qui lui étaient reprochés. Sa fille lui avait, au départ,  également donné raison.

    Cependant, devant l’insistance du juge, elle a fini par avouer que son père avait abusé d’elle sexuellement à maintes reprises et plusieurs fois par jours.

    Face à ce témoignage, ce dernier a continué à nier tout en affirmant qu’il ne se souvenait de rien.

    Toutefois, le président de la Cour l’a condamné à une peine de 30 ans de réclusion criminelle.

    Des statistiques

    Le site d’information Maroc Diplomatique a traité du sujet du viol suite à la diffusion sur les réseaux sociaux, il y a quelques semaines, d’une vidéo montrant une femme subir des violences physiques et sexuelles. Le média a rappelé qu’en 2013 des ONG marocaines avaient avancé le chiffre de 26.000 enfants violés chaque année au Maroc, soit en moyenne 71 par jour. Beaucoup parmi ceux-ci, selon le journal, avaient été victimes de leur entourage familial proche.

    La même source a indiqué qu’un plan d’action national pour l’enfance 2006-2015 avait été lancé par les autorités, avec comme objectif essentiel de venir à bout de la violence faite aux enfants. Cependant, malgré les résultats enregistrés, le fléau de la violence sexuelle commise à l’encontre des mineurs fait toujours, et de façon de plus en plus inquiétante, partie des maux frappant la société marocaine, a-t-elle conclu.

    Tags:
    prison, violences conjugales, violence domestique, SOS Villages d’Enfants, mariage des enfants, enfants, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik