Afrique
URL courte
117
S'abonner

«Plus de libertés pour les femmes, égalité des droits et des chances hommes-femmes», tel était l’un des slogans de la révolution au Soudan qui promettait bien des changements. Pourtant, la situation des Soudanaises ne s’est pas améliorée, elle s’est même détériorée. Certaines d’entre elles se sont confiées à Sputnik.

Tout au long de la révolution au Soudan, les femmes ont joué un rôle clé dans le combat pour la liberté, la justice et la paix, mais les Soudanaises sont toujours tenues à l’écart de la vie politique. Par ailleurs, leur situation est bien différente selon si elles se trouvent au centre ou à la périphérie du pays. En province, les femmes font toujours l’objet d’importantes discriminations, raconte à Sputnik Traji Mutafa, militante des droits des femmes.

Les femmes au centre des discriminations

«En effet, dans la capitale et les grandes villes, les femmes travaillent dans la politique et interviennent dans les médias. Néanmoins, au sein des ministères et institutions d’État, on les ignore toujours. On les embauche plutôt pour manifester un esprit d’ouverture et des idées progressistes. C’est une sorte de décor. Personne ne les nomme à des postes à responsabilités, et les femmes ne peuvent pas prendre de décisions stratégiques. La lutte pour les droits des femmes se poursuit», insiste-t-elle.

La fondatrice du Parti des Verts soudanais, Aminah Ahmed Mukhtar, partage cette opinion.

«En dépit d’immenses progrès réalisés par les Soudanaises dans les domaines clés, malgré leur courage pendant la révolution, elles restent toujours à l’ombre politiquement. On les ignore. On les tient à l’écart du pouvoir», souligne la femme politique à Sputnik.

La révolution a déçu les Soudanaises

Et de rappeler que, pendant la révolution, 40% des postes gouvernementaux avaient été promis aux femmes.

«Pourtant, on nous a trompées. En réalité, des lois qui humilient les femmes et limitent leur liberté sont toujours en vigueur. Nous, les Soudanaises, nous nous jugeons capables de faire beaucoup plus. Nous voulons pouvoir nous réaliser conformément à nos capacités et notre potentiel. Nous intervenons pour une concurrence loyale», revendique Aminah Ahmed Mukhtar.

La femme médecin Jawaher Hasan avoue à Sputnik avoir été déçue par la révolution.

«Je ne la reconnais pas. Cette révolution n’a pas justifié nos espoirs, tout en tuant des innocents. C’est une sorte de feuilleton comique qui ne nous a pas fait avancer d’un pas, tout en nous mettant à genoux. Le chômage reste au même niveau, tout comme le népotisme. Les femmes portent toujours le hijab, obligatoire, et ne peuvent pas décider librement de comment elles s’habillent», regrette-t-elle.

Le 11 avril, à l’issue de quatre mois de protestations au Soudan, le Conseil militaire de transition a pris le pouvoir après le renversement par l'armée et l’arrestation du Président Omar el-Béchir. En août, l’opposition et le gouvernement ont signé une déclaration constitutionnelle en remplacement de la Loi fondamentale, et le Conseil souverain du Soudan a été formé pour superviser la période de transition de trois ans. Il se compose de 11 membres, cinq militaires et six civils, comme le prévoient notamment les accords entre les autorités militaires et les leaders de la contestation.

Lire aussi:

La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
Tags:
discrimination, femmes, révolution, Soudan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook