Ecoutez Radio Sputnik
    Siege de municipalité de Ghomrassen

    Tunisie: pourquoi cette sculpture suscite autant la controverse?

    © CC BY-SA 3.0 / Bbhedia
    Afrique
    URL courte
    Par
    51015
    S'abonner

    Une étrange statue est apparue à l’entrée ouest de la ville de Ghomrassen, dans le sud de la Tunisie. Alors qu’elle s’inscrivait dans le cadre d’une campagne de sensibilisation, l’œuvre a provoqué l’hilarité des Tunisiens, et l’embarras des habitants qui exigent son retrait.

    La région de Ghomrassen, dans le sud-est tunisien, confirme son statut de capitale indétrônable de la science-fiction. Les amateurs de Star Wars y viennent souvent se délecter des paysage lunaires ayant servi de décor, en 1977, au premier épisode de la saga hollywoodienne. Les moins cinéphiles viennent visiter les six grottes préhistoriques qu’abrite la région afin d’y découvrir les joyaux de l’art rupestre du Néolithique. Sans compter les vestiges de l’Empire romain, comme cette muraille vieille de 2000 ans, ou encore ces villages antiques, et parfois quelques fossiles de dinosaures! Autant de curiosités bien connues dont regorge cette région méridionale de la Tunisie. Mais comme si tout cela ne suffisait pas à rameuter les touristes, une bien étrange statue avait surgi de terre.

    Annonce des résultats du premier tour de l'élection présidentielle tunisienne
    © REUTERS / ZOUBEIR SOUISSI / Annonce des résultats du premier tour de l'élection présidentielle tunisienne
    La ville de Ghomrassen s’est ainsi réveillée, vendredi 27 septembre, affublée d’une œuvre d’art bien originale. Au rond-point de l’entrée ouest de la ville, une construction biscornue, formée de centaines de bouteilles de plastiques entassées, a été installée. Jusque-là, tout va plutôt bien…À ce détail près que l’agencement des matériaux sentait l’allégorie scatologique à plein-nez.

    Des photos sont prises et, rapidement, le monument devient la risée de la Toile un peu partout dans le pays. «Il n’y a pas une œuvre qui représente mieux la situation actuelle», ironise un internaute, en référence au résultat du premier tour de la présidentielle, face auquel un certain nombre de Tunisiens s’apprêtent à faire un choix difficile. «Finalement, on nous a installé la statue de [X, ndlr] dans un rond-point» ricane un autre, en citant le nom d’un candidat à la présidentielle particulièrement controversé.

    «Tu manges un couscous à Kairouan, tu le chies à Ghomrassen»

    «Une crotte à Ghomrassen, œuvre de la mairie tenue par les islamistes», croit déduire cet autre internaute.

    Cette page dédiée à la ville de Ghomrassen déplore «un scandale», et s’en prend à la mairie et à l’artiste. «Nous sommes désormais mis à l’index!»

    La désapprobation des habitants est telle que de jeunes Ghomrassnis ont procédé, dès le lendemain de son installation, à la «profanation» de la sculpture. Devant la polémique suscitée par l’œuvre d’art, la mairie, mais aussi le sculpteur qui en est l’auteur, ont dû s’expliquer.

    «Nous voulions effectivement choquer!», précise le sculpteur, Zid Assal, 55 ans, dans une vidéo postée sur sa page Facebook.

    «Je me suis porté volontaire pour réaliser ce travail, qui s’inscrit dans une campagne de propreté organisée par la mairie. L’idée était d’attirer l’attention sur les effets néfastes de ces déchets en plastique sur l’environnement, et dont la dégradation dans la nature prend du temps. Nous sommes étouffés par ces bouteilles en plastique, et on peut en faire bon nombre de choses!», a déclaré Zid Assal, en regrettant que la plupart des retours sur les réseaux sociaux soient négatifs.

    La mairie de Ghomrassen a tenu à préciser sur sa page Facebook, -sans doute aussi pour mettre un terme aux moqueries sur les réseaux sociaux-, que la réalisation de cette sculpture s’inscrivait dans le cadre des Journées du volontariat, avec le concours de la société civile. À cette occasion, il a été procédé au ramassage de déchets en plastique, au nettoyage et à la décoration de certaines rues de la ville, etc. Des actions menées de pair avec une campagne de sensibilisation puisque «la propreté de la ville est de notre responsabilité à tous», précise l’équipe municipale dans un post publié sur sa page Facebook.

    «639 tonnes de déchets en plastique sont jetées chaque année à Ghomrassen»

    «Les habitants de Ghomrassen sont-ils condamnés à troquer la pollution environnementale contre de la pollution visuelle?» lâche cruellement cet internaute. Un jugement un peu trop sévère de l’avis de quelques connaisseurs, qui estiment que cette œuvre célèbre, au-delà de son caractère engagé, «l’esthétique de la laideur».

    «Le sculpteur Zid Assal s’était-il rendu coupable d’une faute? C’est juste une œuvre artistique, sujette à critique. Ça s’arrête là.»

    «Le sculpteur international Zid Assal (…) a transmis un message sur la nécessité de faire davantage attention au règne de la laideur et des déchets dans notre vie. La sculpture était faite pour provoquer, sans plus. Elle n’était même pas achevée, d’ailleurs. Le tour du monde qu’a fait l’information, en moins de 24 heures, les condamnations qu’elle a suscitées, prouvent le rôle (positif) joué par Facebook», insiste cet ami du sculpteur.

    Une réunion associant conseil municipal et société civile a été convoquée, pour le lundi 30 septembre, afin d’envisager les suites à donner à cette affaire. Des indiscrétions ne laissent planer aucun doute sur l’intention des responsables locaux de faire enlever la sculpture. Car si la mairie a donné le temps à la polémique de se calmer, au bout de plusieurs jours, il est difficile de laisser pisser davantage le mérinos…

    Lire aussi:

    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    La plus riche société du monde soupçonnée de vouloir profiter des retraites des Français
    Un important incendie embrase le porte-avions russe Amiral Kouznetsov, des blessés, dont des militaires - vidéos
    Tags:
    critiques, habitants locaux, sensibilisation, controverse, sculpture, Tunisie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik