Ecoutez Radio Sputnik
    Des jeunes Camerounais à moto

    L’assassinat d’un jeune dans le sud du Cameroun se transforme en crise identitaire

    © AFP 2019 FRED DUFOUR
    Afrique
    URL courte
    Par
    264
    S'abonner

    Des émeutes ont éclaté après le meurtre présumé d’un jeune conducteur de moto-taxi dans la région du Sud-Cameroun. Si certains craignent de possibles affrontements intercommunautaires, Claude Abé, sociopolitologue interrogé par Sputnik, écarte cette hypothèse du fait des multiples alliances intertribales.

    Le Cameroun court-il tout droit vers des affrontements intercommunautaires? Alors que le pays est déjà traversé par un violent conflit meurtrier dans ses régions anglophones et que le discours de la haine et de la division bat son plein depuis la présidentielle d’octobre 2018, les émeutes survenues les 9 et 10 octobre derniers dans la région du Sud ont relancé le débat sur la crise identitaire.

    Mercredi 9 octobre dernier, des troubles ont été signalés à Sangmélima, dans la région d’origine du président Paul Biya. Certains autochtones s’en sont pris violemment à la communauté Bamoun, originaire de l’ouest du pays, et des commerces appartenant aux ressortissants de toutes les communautés étrangères ont été saccagés et pillés, faisant plusieurs blessés.

    À l’origine de ces émeutes, la tragique découverte, le 8 octobre, du corps sans vie d’un jeune conducteur de moto-taxi, identifié comme appartenant à la communauté locale. Une rumeur dans la ville a tôt fait de parler d’assassinat et d’en attribuer les responsabilités à certains ressortissants de la communauté Bamoum. Les populations ont alors décidé de se venger en prenant d’assaut les biens des citoyens des autres régions du pays.

    Le bilan des affrontements, selon le préfet de la localité, est de cinq blessés et plusieurs commerces détruits. Au lendemain des échauffourées, certains allogènes ont décidé de plier bagage et de s’en aller. Bien que la situation soit désormais sous contrôle et que la présidence de la République promette de dédommager les victimes de casses et de pillages, cet affrontement – qui intervient au lendemain du grand dialogue national convoqué par Paul Biya pour mettre un terme à la crise séparatiste en cours dans le pays – a fortement relancé le débat sur les rivalités régionalistes.

    Dans un entretien accordé à Sputnik, le professeur Claude Abé, sociopolitologue, directeur de l’Institut de recherches socio-anthropologiques (IRSA) et enseignant à l’Université catholique d’Afrique centrale, analyse les facteurs aggravants du repli identitaire et préconise des mesures pour éviter le pire.

    Professeur Claude Abé, sociopolitologue
    © Photo. Claude Abé
    Professeur Claude Abé, sociopolitologue

    Sputnik: Quelle lecture faites-vous des récents affrontements de Sangmelima?

    Claude Abé: «À première vue, on est face au déferlement de colère d’un ensemble de jeunes gens qui ont vu un des leurs mourir dans des conditions assez troubles. Le traitement de la dépouille évoque des crimes rituels et des pratiques qui renvoient à une volonté de faire usage des organes humains dans le cadre de rites. Il y a une certaine instrumentalisation de cette situation par un ensemble de jeunes désœuvrés à la quête d’un bouc émissaire face aux difficultés quotidiennes.

    Ce bouc émissaire est ici la communauté des Bamoums, dont la spécialisation dans le transport par moto est avérée. Les jeunes ont engagé des violences contre ces ressortissants sans raison et sans preuves concrètes puisque jusqu’à présent, les tribunaux et les autorités administratives n’ont pas pu établir, de manière définitive, que ce meurtre était le résultat d’une démarche communautaire.»

    Sputnik: Au moment où le Cameroun est déjà ébranlé par de multiples crises identitaires, qu’est-ce qui peut expliquer le déferlement du discours tribal et du repli identitaire dans l’opinion?

    Claude Abé: «Tout d’abord, pour le cas spécifique des récents événements de Sangmélima, c’est moins, me semble-t-il, un problème intercommunautaire qu’une question de tension sociale. De la même manière qu’il y a les Gilets jaunes en France, les émeutes de Sangmélima montrent le mal-être de la jeunesse en général. Dans notre cas malheureusement, une population est visée.

    Par le passé, les membres de la grande communauté Bulu, Béti et Fang ont déjà été mis à mal. Je peux citer l’assassinat du proviseur du lycée de Foumban (ouest du Cameroun, ndlr) il y a environ un an. Ce sont des faits qui restent dans la mémoire collective. On a aussi constaté des actes de xénophobie similaires en Afrique du Sud. Il s’agit de la même crise délictuelle où des gens, face aux conditions de vie difficiles qu’ils affrontent, choisissent un bouc émissaire pour des raisons objectives ou fantasmées et en font leur souffre-douleur.

    Derrière ces événements, on constate bien un repli identitaire. Cette instrumentalisation de l’appartenance tribale sur le terrain politique contribue à segmenter davantage la société et à créer un climat de désaffection, une suspicion dans les différentes communautés. Cela prépare surtout les uns et les autres à libérer leur potentiel d’agressivité jusqu’ici contenu. Et si on n’y prend pas garde, cela peut devenir les prémices de sorties violentes, de tensions communautaires déplorables.»

    Sputnik: À qui profite cette résurgence du discours tribal dans l’opinion au Cameroun?

    Claude Abé: «D’aucuns pensent que l’instrumentalisation de l’ethnie profiterait au gouvernement en place. Comme on ne sait pas jusqu’où ça peut mener, il est difficile de dire qu’un pouvoir peut véritablement jouer avec une telle dynamique.

    Mais l’opinion a tendance à croire que les acteurs politiques y sont pour quelque chose car cela leur profite. Tous ceux qui n’ont pas fait un travail de socialisation politique – que ce soit ceux au pouvoir comme ceux de l’opposition – ont fait campagne sur ces arguments d’appartenance ethno-régionale.»

    Sputnik: À quels risques potentiels le pays s'expose-t-il?

    Claude Abe: «On peut arriver à des situations d’implosion sociale où des innocents sont victimes de violences tout simplement parce qu’ils se retrouvent membres d’une communauté désignée comme étant le responsable sur lequel il faut se défouler. Cela crée une insécurité généralisée pour tous les citoyens vivant hors de leur région d’origine. À ce moment-là, la situation des allogènes peut devenir tout à fait précaire et cela pose un problème de vivre-ensemble. Ce n’est pas nécessairement un problème de tension intercommunautaire mais une situation où les jeunes, s’appuyant sur des motivations objectives ou fantasmées, choisissent ainsi un bouc émissaire sur qui déverser leur colère.»

    Sputnik: À l’allure où vont les choses, s’achemine-t-on vers une guerre tribale ouverte au Cameroun?

    Claude Abé: «Il sera assez difficile d’en arriver là. Même si les communautés se regardent un peu en chiens de faïence aujourd’hui, il faut tenir compte du fait qu’il y a de nombreux mariages intercommunautaires. Ces alliances intertribales pourraient calmer le conflit. Tant que les Camerounais ne sont pas en concurrence dans la conquête du pouvoir au sommet de l’État, il n’y aura pas de tensions intercommunautaires. Celles-ci naissent à partir du moment où les gens sont mis en compétition pour l’accès aux mêmes biens ou aux mêmes services.

    Cependant, si rien n’est fait, le pays s’expose à une fragmentation de la société. Imaginez un instant que les toutes les communautés locales se livrent à la chasse aux originaires d’autres ethnies, ce serait le chaos. Dans cette logique de vendetta, il y aurait une grave menace sur la paix et la cohésion nationales.»

    Sputnik: Quelles solutions préconisez-vous pour désamorcer «la bombe» ?

    Claude Abé: «Il faudrait criminaliser toutes les discriminations à caractère ethno-régional et tribal. On en arriverait ainsi à une législation qui encadre cette mobilisation du communautarisme ou de l’appartenance culturelle ou linguistico-culturelle de manière à punir tous les contrevenants à cette loi. Il est également indiqué de réagir dans des situations comme celle de Sangmelima en ouvrant une enquête de manière à ce que les mis en cause soient véritablement saisis par la justice et que la justice fasse son travail. Mais au-delà de cette situation spécifique, il faut également que, pour les autres cas survenus, les mis en cause soient démasqués et puissent payer devant la justice. Ce n’est que cet ensemble d’éléments qui pourraient amener le Cameroun à éviter de se retrouver face aux mêmes situations dans les jours à venir.

    Il faut instaurer une culture de la paix qui invite à la tolérance, pour faire accepter la nature plurale de la société camerounaise. Les citoyens doivent comprendre qu’ils s’enrichissent de la diversité et des différences qu’ils ont en face d’eux.»

    Tags:
    communautarisme, Cameroun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik