Ecoutez Radio Sputnik
    Le Président de Côte d'Ivoire Alassane Ouattara

    Que retenir de la participation de la Côte d'Ivoire au sommet de Sotchi?

    © AFP 2019 ISSOUF SANOGO
    Afrique
    URL courte
    Par
    Sommet Russie-Afrique (2019) (37)
    682
    S'abonner

    Le premier sommet Russie-Afrique vient de refermer ses portes. Comme l’a souligné le Président Vladimir Poutine, cet événement aura permis d’inaugurer, dans les relations entre Moscou et le continent africain, une nouvelle page sur laquelle la Côte d’Ivoire entend résolument s’inscrire.

    «Nous attendons beaucoup de choses de la Russie et nous avons beaucoup de choses à lui offrir.»

    C’est ce qu’a déclaré le Président ivoirien Alassane Ouattara, interrogé par Sputnik, en marge du sommet Russie-Afrique qui s’est tenu les 23 et 24 octobre à Sotchi. Cet événement, qui a vu la participation d’une quarantaine de chefs d’État africains, constitue la première rencontre de ce niveau dans l’histoire des relations russo-africaines.

    La présence d’Alassane Ouattara à Sotchi est historique en ce qu’elle marque la première visite d’un chef d’État ivoirien sur le sol russe, bien que les deux États entretiennent des relations diplomatiques depuis le 25 janvier 1967.

    Avant Sotchi, il y a eu, en juillet 2019 à Moscou, la visite – non moins historique – d’amitié et de travail du ministre des Affaires étrangères ivoirien, Marcel Amon-Tanoh, qui, de l’avis de Vladimir Baykov, l’ambassadeur russe en Côte d’Ivoire, a permis d’ouvrir une nouvelle ère d’une coopération souhaitée dans les domaines politique, économique, militaire et culturel.

    La Côte d’Ivoire, qui fait partie des 39 pays où la Russie possède une ambassade sur les 54 pays que compte l’Afrique, entend bien profiter de toutes les opportunités qu’offre le Kremlin.

    Actuellement, la coopération économique ivoiro-russe est très modeste. En 2018, le volume des échanges entre les deux nations (fèves de cacao en direction de la Russie contre engrais et céréales vers la Côte d’Ivoire, ndlr) s’est élevé à 253,6 millions de dollars. À titre de comparaison, les investissements et échanges commerciaux entre la Côte d’Ivoire et la Chine, son premier fournisseur et troisième partenaire commercial, ont atteint 1,7 milliard de dollars en 2017.

    «Nous venons pour dire à nos amis russes que nous voulons qu’ils viennent investir en Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire est l’un des pays qui ont le plus fort taux de croissance dans le monde: 8 à 9% par an. Nous avons des gisements de gaz, des gisements de pétrole. Donc nous voulons que les sociétés russes viennent investir également dans les infrastructures», a poursuivi au micro de Sputnik le Président ivoirien.

    Le souhait d’Alassane Ouattara d’un renforcement des relations ivoiro-russe est globalement partagé par les Ivoiriens qui voient d’un bon œil la Russie.

    Arrivé au pouvoir à l’issue de la crise postélectorale de 2010-2011, Alassane Ouattara a toujours clamé son ambition de conduire la Côte d’Ivoire, poumon économique de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), à l’émergence à l’horizon 2020.

    «Le Président Alassane Ouattara a fixé un cap: celui de l’industrialisation de l’économie, de la transformation des matières premières en produits finis. Et qui parle d’industrialisation parle de recherche de technologies et de partenaires financiers. Aujourd’hui, l’économie russe nous offre cette opportunité», a pour sa part souligné au micro de Sputnik Emmanuel Essis Esmel, ministre ivoirien chargé de la Promotion de l'investissement privé.

    La Russie, selon l’ambassadeur Vladimir Baykov, offre en effet plusieurs opportunités à la Côte d’Ivoire. Outre les domaines agricole, économique et militaire, la Côte d’Ivoire – qui souffre depuis plusieurs années d’une profonde crise dans le secteur de l’éducation – pourrait bien profiter de l’appui de son partenaire russe.

    Le gouvernement russe offre chaque année 1.800 bourses d’études aux étudiants d’Afrique subsaharienne. En 2019, 61 étudiants ivoiriens en ont bénéficié, contre 58 en 2018. Des chiffres qui pourraient connaître une hausse notable avec le renforcement de la coopération entre la Côte d’Ivoire et la Russie, selon Vladimir Baykov.

    Dossier:
    Sommet Russie-Afrique (2019) (37)
    Tags:
    Sotchi, Côte d'Ivoire, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik