Ecoutez Radio Sputnik
    Spectateur avec son smartphone en concert

    Avec Voozi, Cédric Ngoula veut franchir le pas de la billeterie en ligne au spectacle virtuel

    CC0 / SplitShire
    Afrique
    URL courte
    Par
    0 31
    S'abonner

    Grâce à son application Voozi, l’entrepreneur camerounais veut réduire les files d’attente aux billetteries et donner accès au plus grand nombre à un maximum d’événements. Il entend aussi, à terme,permettre au public de vivre des spectacles à distance dans le monde entier grâce à la réalité augmentée. Portrait.

    Passionné de nouvelles technologies, Cédric Ngoula, 27 ans, étudiant en mathématiques et informatique à l’université de Douala, a conçu la plateforme Voozi. Avec son application, le jeune entrepreneur originaire de Baleveng, dans l’ouest du Cameroun, veut révolutionner le service de la billetterie en facilitant la vente des places lors d’événements. Une technologie qu’il présente toujours avec enthousiasme.

    «Voozi est une application qui permet aux organisateurs d’événementiels de numériser et de vendre leurs billets en ligne. Elle renseigne l’utilisateur final sur les spectacles en cours et lui permet d’acheter directement son billet en ligne. Ce système a plusieurs avantages. D’abord, l’organisateur d’événementiels vend partout et sans se déplacer. Ensuite, après avoir écoulé ses billets, il détient une base de données qu’il peut réutiliser pour prospecter lors de prochaines éditions. Enfin l’organisateur a une vue d’ensemble de ses ventes instantanément», explique-t-il au micro de Sputnik
    Cédric Ngoula, promoteur de Voozi
    © Photo. Voozi
    Cédric Ngoula, promoteur de Voozi

    L’application Voozi est conçue pour aider à la fois l’industrie événementielle et le public. Cette solution a mis en place un mécanisme simple et pratique: un marché virtuel où chaque partie trouve son intérêt, présente le jeune informaticien.

    «Le principe est simple: lorsque vous voulez vendre les billets pour un spectacle ou autre, vous tapez www.voozi-event.com, puis vous nous contactez pour soumettre votre événement. À partir du moment où il est en ligne, notre site devient votre boutique virtuelle. L’utilisateur, lui, a accès à tous les spectacles de la plateforme et lorsqu’il voit un événement qui l’intéresse, il clique sur celui-ci, puis sur acheter, renseigne ses informations, paye par paiement mobile et reçoit directement son billet par mail. Il peut choisir de l’imprimer ou de le garder dans son téléphone», détaille l’entrepreneur.

    Voozi: le résultat d’une frustration

    À l’origine, le projet Voozi est né d’une grande frustration. En 2015, alors que le rappeur français Kery James donne un concert dans la ville de Douala, l’événement a complètement échappé à Cédric Ngoula – pourtant fan de cet artiste – malgré le tapage médiatique. Furieux d’avoir raté l’opportunité de vivre en temps réel le spectacle de son rappeur préféré à cause, pense-t-il, d’un défaut de communication, ce passionné d’informatique va imaginer la solution Voozi, le service qui renseigne les événements en cours et à venir.

    Après son diplôme d’études universitaires générales (DEUG) en mathématiques et informatique de l’université de Douala en 2015, l’étudiant s’est employé à développer son idée.

    «Le projet Voozi a vu le jour en septembre 2016. À ce moment-là, on parlait à peine d’économie numérique au Cameroun. J’ai constaté que rien n’existait au niveau de la billetterie d’événementiels et qu’il y avait quelque chose à faire pour aider les promoteurs à écouler des billets et le public à les acheter. J’ai donc décidé de créer une solution adaptée à l’environnement local pour résoudre ce problème. Et c’est dans l’incubateur Activspaces que j’ai véritablement appris à monter un projet d’entreprise et à le mener à bien», relate-t-il.

    Basée à Bonaberi, dans l’arrondissement de Douala IV, la start-up, qui emploie régulièrement deux personnes ainsi qu’un consultant en comptabilité, a pu développer son offre en 2018 grâce à «une subvention de la fondation Tony Elumelu – le magnat du secteur banquier en Afrique – à hauteur de 5.000 dollars».

    Même si les soucis financiers font encore partie de son lot quotidien, Cédric Ngoula lorgne déjà le marché international tout en développant nombre d’activités connexes, immédiatement rentables. Car pour son créateur, la solution Voozi mérite d’être connue et utilisée partout où le besoin s’impose.

    Dans les locaux de Voozi à Douala
    © Photo. Voozi
    Dans les locaux de Voozi à Douala
    «Notre business plan repose sur deux piliers: Voozi ne doit pas seulement se limiter au Cameroun – l’Afrique de l’Ouest et de l’Est sont des marchés que nous visons à moyen terme. Nous sommes là pour durer. Compte tenu du fait que l’e-commerce est un secteur encore fragile en Afrique, nous développons des services secondaires tels que les services informatiques aux entreprises, et ça marche plutôt bien jusqu’ici», confie-t-il.

    Célibataire et père d’un petit garçon, l’inventeur de Voozi ne compte pas s’arrêter là. Il a l’intention, dans un avenir relativement proche, de «permettre aux utilisateurs d’assister à n’importe quel événement dans le monde, sans avoir à se déplacer, à travers des casques de réalité virtuelle que nous allons fabriquer nous-mêmes», projette Cédric Ngoula.

    Une nouvelle branche de cette initiative innovante sur laquelle il travaille actuellement avec son équipe.

    Dans un contexte local où l’économie numérique se développe à une vitesse exponentielle, les jeunes entrepreneurs créent des solutions innovantes pour répondre à certaines problématiques sociétales. En mettant en place Voozi, Cédric Ngoula ambitionne de devenir une référence dans les technologies innovantes au service de l’industrie événementielle.

    Tags:
    spectacle, start-up, Cameroun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik