Ecoutez Radio Sputnik
    Silhouettes d'une fourchette et d'une cuillère

    Au Sénégal, un homme tue sa femme enceinte parce qu'elle n'a pas préparé son repas

    © CC0 / congerdesign
    Afrique
    URL courte
    40483
    S'abonner

    Après que sa femme ne lui a pas cuisiné un dîner, un Sénégalais l’a battue à mort, alors qu’elle était enceinte de trois mois, a confirmé la police.

    Un Sénégalais a battu à mort sa jeune femme enceinte de trois mois parce qu'elle ne lui avait pas préparé son repas, a annoncé la police vendredi, confirmant des informations de presse.

    Aminata Ka, 22 ans, est rentrée mercredi soir chez elle dans la banlieue de Dakar après une batterie d'examens médicaux, indique l’AFP. Épuisée, elle n'a pu préparer, comme chaque soir, le repas de l'homme d'une trentaine d'années qu'elle avait épousé deux mois plus tôt. Son mari s'est saisi de ce prétexte pour la rouer de coups pendant deux heures, jusqu'à ce qu'elle perde connaissance et succombe à ses blessures.

    La police a été appelée sur les lieux par les voisins du couple, alertés par les hurlements de la victime. Sur place, les policiers ont trouvé son corps sans vie. Le mari a été arrêté à son domicile.

    Violences au quotidien

    Selon des voisins interrogés par la police et cités par la presse, Aminata Ka subissait des violences quotidiennes, et avait le visage fréquemment couvert de bleus. Depuis trois jours, ils disent avoir entendu son mari la battre tous les soirs avec plus de violence qu'à l'accoutumée.

    En mai 2019, le ministère chargé de la Femme et du Genre avait dénoncé une «recrudescence des violences faites aux femmes et aux filles au Sénégal», après la mort de deux jeunes femmes «toutes deux assassinées dans des conditions atroces».

    Ces crimes avaient suscité des appels au rétablissement de la peine de mort, abolie en 2004, de la part de chefs religieux comme de simples citoyens.

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Il n'y a eu «aucune excuse»: le journaliste turc blessé à l’œil le 5 décembre par la police témoigne
    La Turquie évoque une fermeture de la base d'Incirlik en réponse aux sanctions US contre les S-400
    Tags:
    violence domestique, décès, femmes, Sénégal
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik