Ecoutez Radio Sputnik
    En Afrique du Sud

    Un archevêque attaqué dans une église en Afrique du Sud

    © CC0 / pixabay/monikawl999
    Afrique
    URL courte
    12519
    S'abonner

    Des ressortissants étrangers réfugiés dans une église en Afrique du Sud ont attaqué l’archevêque du Cap venu leur parler en compagnie de représentants de la Commission des droits de l'Homme d'Afrique du Sud.

    Un archevêque anglican sud-africain a été blessé lors d’échauffourées qui ont éclaté vendredi 15 novembre dans une église du Cap où des centaines de ressortissants étrangers avaient trouvé refuge, ont déclaré des responsables de l’Église et des droits de l'Homme.

    «L'un des leaders s'est dirigé vers lui et l'a frappé», a déclaré à l'AFP Chris Nissen, haut responsable de la Commission des droits de l'Homme d'Afrique du Sud.

    Thabo Makgoba, archevêque du Cap, a été frappé à la tête, a précisé Chris Nissen, qui a ajouté que le groupe avait été retenu en otage durant une demi-heure.

    «Attaquer l'archevêque est non seulement criminel, mais aussi irrespectueux et ingrat», a-t-il fait remarquer.

    Selon un responsable de la Commission des droits de l'Homme cité par l’AFP, l'archevêque a une bosse à la tête et sa vie est hors de danger.

    Thabo Makgoba est arrivé en compagnie d’un groupe d'ecclésiastiques et de responsables des droits de l'Homme pour évoquer les questions de la présence des migrants dans l’église. Toutefois, les étrangers, dont beaucoup affirment être des demandeurs d'asile, ont exigé d'être transférés dans d’autres pays, comme les États-Unis, les membres de l’Union européenne ou l’Australie. Au cours de la polémique qui s’est engagée, plusieurs personnes ont attaqué les ecclésiastiques.

    Migrants arrivés illégalement

    L’église a été occupée le 30 octobre par plus de 200 personnes qui ont été expulsées par la police d’un camp improvisé près des bureaux locaux du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) au Cap.

    L’évacuation de ces citoyens d’autres pays africains arrivés illégalement en Afrique du Sud a débouché sur des heurts avec la police qui agissait sur décision de justice. Les autorités ont réussi à démanteler le camp qui avait abrité jusqu’à 300 clandestins durant plusieurs mois. La plupart ont trouvé refuge dans l’église.

    Plusieurs centaines d'étrangers ont organisé un sit-in devant les bureaux du HCR à Pretoria au cours des dernières semaines. Vendredi, la police est intervenue pour les arrêter.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    Réforme des retraites: Delevoye déclare finalement 13 mandats et regrette une «erreur»
    Envoyé par erreur par la poste, un chat passe plus d’une semaine dans un colis
    Tags:
    migrants économiques, migrants, attaque, archevêque, Afrique du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik