Afrique
URL courte
Par
0 152
S'abonner

De l’alloco (plat traditionnel à base de banane plantain) de Côte d’Ivoire au car rapide du Sénégal en passant par le Takourth (sport qui ressemble au hockey sur gazon) du Maghreb, les émoticônes 100% africains d’O’Plérou Grebet intégrés à Whatsapp ne manquent pas de faire voyager sur le continent. Portrait d’un jeune graphiste.

Tout est parti d’une discussion sur Whatsapp, en septembre 2017. Alors qu’il échange avec un ami, les émoticônes de l’application de messagerie instantanée retiennent son attention.

«Je considérais les émojis et je me suis dit que je pouvais utiliser mes compétences pour en créer également qui se rapprochent de nos réalités locales», confie O’Plérou Grebet à Sputnik.

Il se lance dès lors un défi: celui de créer et de publier chaque jour de l’année 2018 une émoticône inspirée des cultures africaines.

O’Plérou Grebet, graphiste ivoirien de 22 ans, créateurs des zouzoukwa, des émojis 100% africains
© Photo. O’Plérou Grebet / O’Plérou Grebet, graphiste ivoirien de 22 ans, créateurs des zouzoukwa, des émojis 100% africains
O’Plérou Grebet, graphiste ivoirien de 22 ans, créateurs des zouzoukwa, des émojis 100% africains

Titulaire d’un baccalauréat littéraire, O’Plérou Grebet, 22 ans, a suivi un cursus à l'école des Beaux-Arts de l'Institut national supérieur des arts et de l'action culturelle (Insaac). Il a ensuite suivi une formation en infographie et développement web à l'École des Arts et images numériques de l'Institut des sciences et techniques de la communication (ISTC-Polytechnique) d’Abidjan. Là-bas, il a appris les bases de l'art digital et à utiliser le logiciel qui lui sert pour ses créations.

Son premier émoji, publié sur Instagram et représentant un plat de foutou (purée de banane plantain et de manioc, un mets prisé en Côte d’Ivoire) retient aussitôt l’attention des internautes. Et peu à peu, ils ont commencé à affluer, toujours plus nombreux, sur les différents comptes en ligne du jeune graphiste pour le suivre dans son périple digital.

«Je savais que l’idée plairait mais pas à ce point. Et je ne pensais pas que cela intéresserait autant les médias», déclare-t-il.

Les émoticônes d’O’Plérou Grebet, les «Zouzoukwa» comme il les a baptisés (mot qui signifie «image» en bété, une ethnie du sud-ouest de la Côte d'Ivoire dont il est originaire, ndlr) invitent au voyage, racontent une histoire ou évoquent des souvenirs en suscitant une certaine nostalgie. Si les Africains reconnaissent aisément à travers les Zouzoukwa certains aspects de leur quotidien, les non-Africains peuvent, quant à eux, découvrir la culture du continent au gré des émojis regroupés en catégorie sur l’application.

En mars 2018, la créativité d’O’Plérou Grebet et son impact sur les internautes lui a valu de remporter le prix Jeunes Talents aux Adicom Awards qui récompensent le talent et l’innovation dans la communication digitale en Afrique.

Cette consécration lui ouvre la porte à plusieurs collaborations. Notamment avec Canal+ pour qui il réalise des émojis publiés par la chaîne de télévision française sur ses réseaux sociaux à l’occasion de la Coupe du monde de 2018, puis de la Coupe d’Afrique des nations de football de 2019.

Pour soutenir le jeune créateur dans son travail, une agence de communication digitale lui a offert en janvier 2019 un MacBook afin de lui permettre de concevoir la version iOS de ses émojis, jusque-là seulement disponibles sur Android. 

Lancée fin décembre 2018, l’application Zouzoukwa d’O’Plérou Grebet est donc désormais disponible sur iOS et Android et totalise plus de 100.000 téléchargements. Cet engouement remarquable a d’ailleurs suscité des convoitises dès le lancement de l’application qui s’est fait rapidement plagier.

L’un des plus grands rêves d’O’Plérou Grebet est que ses créations puissent intégrer la culture populaire, changer l'image de l'Afrique et inspirer d'autres jeunes à utiliser leur créativité pour valoriser le continent.

Aux jeunes Africains, il donne justement volontiers le conseil suivant: «Toujours croire en son projet, ne pas hésiter à se lancer et surtout utiliser les réseaux sociaux comme canaux en identifiant sur les publications des personnes pouvant être intéressées.»

Lire aussi:

Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Élections présidentielles en Biélorussie: les premières estimations tombent
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
L'explosion à Beyrouth a engendré un cratère de 43 mètres de profondeur - images
Tags:
entrepreneur, application, Côte d'Ivoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook