Afrique
URL courte
4192
S'abonner

Le gouvernement de transition du Soudan a abrogé des lois d’ordre public qui réglementaient le comportement des femmes et a dissous l’ancien parti au pouvoir, selon le quotidien britannique Guardian.

Les activistes soudanais se sont félicités de la décision du gouvernement de transition d’abroger une série de lois qui visait à réglementer le comportement des femmes et de dissoudre l’ancien parti au pouvoir, rapporte le Guardian.

Les lois en question avaient été adoptées sous le Président Omar el-Béchir, renversé en avril dernier, pour imposer des codes sociaux islamiques conservateurs, limitant la liberté des femmes en matière d’habillement, de déplacement, d’association, de travail et d’études.

Porter un pantalon passible de flagellation

Le média indique qu’elles interdisaient aux femmes de porter un pantalon et de laisser leurs cheveux découverts en public, ou encore de contacter des hommes autres que leur mari ou parents proches.

Les femmes coupables d'avoir enfreint la loi étaient passibles de flagellation. Le Premier ministre, Abdalla Hamdok, les a qualifiées «d'instrument d'exploitation, d'humiliation, de violation, d'agression contre les droits des citoyens».

Dissolution de l’ancien parti au pouvoir

À l’issue d’une réunion de 14 heures, le gouvernement de transition a également approuvé une loi sur la dissolution de l’ancien parti au pouvoir, le Congrès national. Selon le Guardian, le ministre soudanais de la Justice, Nasredeen Abdulbari, a déclaré que la décision gouvernementale permettait la saisie des avoirs du parti.

Les mesures ont été adoptées suite aux revendications des manifestants dont les actions avaient conduit au renversement d’Omar el-Béchir. Selon le quotidien, la mise en œuvre des nouvelles lois sera un test pour déterminer dans quelle mesure les autorités de transition sont disposées à en finir avec l’héritage de près de trois décennies du régime sanglant et répressif imposé par el-Béchir. Celui-ci avait pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 1989.

Le 11 avril 2019, l’armée soudanaise a fait un autre coup d’État après quatre mois de protestations populaires. Les manifestants soudanais réclamaient la démission du Président, au pouvoir depuis 30 ans. Ils ont ainsi demandé aux militaires de le destituer.

Les manifestants ne se sont toutefois pas arrêtés au coup d’État. Ils ont exigé que les militaires remettent le pouvoir aux civils pour une période de transition de trois ans. En juillet, le Conseil militaire et l’opposition civile ont convenu de créer un gouvernement commun pour une période de transition de trois ans.

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Après son tweet sur Macron au théâtre, Bouhafs dit avoir «une vidéo terrible» du couple en fuite
La Russie bientôt deuxième producteur d’or mondial? «Elle sait que le système financier n’est pas viable»
Tags:
abrogation, loi, Omar el-Béchir, Soudan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik