Afrique
URL courte
12435
S'abonner

En Algérie, la compagnie publique pétrolière et gazière Sonatrach a annoncé qu’elle allait exercer son droit de préemption à l’accord de cession des parts de la société US Anadarko au groupe français Total. Le ministre de l’Énergie a expliqué que cette décision se justifiait par l’«incompatibilité» de la transaction avec le droit algérien.

La société nationale algérienne des hydrocarbures Sonatrach entend riposter au projet d'acquisition par Total des actifs de la société américaine Anadarko en Algérie.

D’après un communiqué rendu public par son département et relayé par des médias le 4 décembre, «Mohamed Arkab, ministre de l’Énergie, s’est prononcé sur cette opération et a déclaré son incompatibilité avec le maintien d’Anadarko dans le contrat d’association sur le périmètre de Berkine».

Selon le ministre, le groupe national a décidé d’«exercer son droit de préemption» sur les intérêts détenus par la société américaine.

Il s’agit du rachat des blocs 404a et 208 et une participation de 24,5% dans le bassin de Berkine (champs de Hassi Berkine, Ourhoud et El Merk) dans lesquels Total détient déjà 12,25%.

Signature d'un accord

Total a conclu l’accord le 3 mai 2019 avec l'Américain Occidental en vue d’acquérir les actifs d’Anadarko en Afrique (Mozambique, Algérie, Ghana et Afrique du Sud) dans le cadre de l'offre d'Occidental sur Anadarko. La finalisation de la transaction entre Occidental et Total est attendue pour 2020.

Au lendemain de l’annonce préliminaire de la transaction, le ministre de l’Énergie a d’abord réagi en brandissant le droit de préemption comme riposte à la cession de ces actifs, avant d’évoquer de possibles négociations directes avec la compagnie française pour trouver une issue.

Répercussions sur l’économie algérienne

Puits de pétrole dans le désert
© AP Photo / Hasan Jamali / Puits de pétrole dans le désert
En octobre dernier, dans un entretien accordé au quotidien francophone El Watan, Me Nasr Eddine Lezzar, avocat d’affaires et spécialiste en arbitrage économique, a tiré la sonnette d’alarme quant aux répercussions néfastes sur l’économie nationale du rachat par le géant pétrolier Total des actifs de l’Américain Anadarko en Algérie.

Ainsi, il a considéré que cette transaction, ajoutée à la convention signée avec l’Américain ExxonMobil portant sur l’évaluation du potentiel en hydrocarbures des bassins du Sahara algérien, était un signe sérieux que l’Algérie perdait progressivement sa souveraineté sur ses richesses.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
gaz, pétrole, Mohamed Arkab, Sonatrach, Total, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook