Afrique
URL courte
Par
243
S'abonner

L’ONG Impactum et l’USAID ont organisé une réunion en vue d’alerter les populations sur l’impact du changement climatique sur les côtes et de les inciter à changer leurs habitudes.

L’organisation non gouvernementale (ONG) Impactum, en collaboration avec l’USAID, a organisé une séance de sensibilisation des populations de Fresco sur les effets néfastes du changement climatique, notamment sur le paysage côtier.

Cette séance vise aussi à amener les communautés à adopter un mode de vie qui permet de réduire les effets du changement climatique.

«La lagune de Fresco a une biodiversité très riche, mondialement connue, incluant plusieurs espèces en voie d’extinction comme le lamantin et le perroquet Jaco», selon Paulin Sraka, le chef du bureau d’Impactum à Fresco.

Cette lagune est bordée de mangrove et est un lieu important pour la reproduction de nombreux poissons dont les communautés locales sont tributaires. Pourtant, ces dernières années, les ressources naturelles de la lagune sont menacées.

Une évaluation de la vulnérabilité menée en 2018 révèle que les événements climatiques extrêmes tels que l’élévation du niveau de la mer, les violentes tempêtes, les variations de la température de la surface de la mer, la sécheresse prolongée et une pluviosité extrême, sont les principaux indicateurs d’impacts du changement climatique sur le paysage de la lagune de Fresco.

Afin de protéger l’écosystème de cette région et d’améliorer les moyens d’existence par le biais de la production durable de revenus, WA BICC (West Africa Biodiversity and Climate Change), un programme de l’USAID, apporte un soutien urgent pour aider à catalyser la restauration des forêts de mangrove, de la biodiversité de Fresco.

«Si des efforts de protection de l’écosystème ne sont pas menés, la lagune de Fresco avec tout son écosystème, disparaîtra sous l’avancée de la mer. En d’autres termes, la mer occupera l’espace actuel de la lagune», affirme Paulin Sakara.

L’emplacement actuel de la ville de Fresco ne date que de 1966. Fresco était avant cette date au bord de la mer et n’en était séparé que par la lagune. La ville s’est constituée sur son site actuel sous l’effet de l’érosion de la côte maritime, relève-t-on.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La mère de trois enfants saute dans un étang gelé pour sauver un chien – vidéo
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Tags:
USAID, réchauffement climatique, Côte d'Ivoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook