Afrique
URL courte
Par
280
S'abonner

Les chiffres de l’emploi en Côte d’Ivoire seraient-ils plus reluisants si les élèves et étudiants étaient mieux orientés? Assurément! Edwige Doumbia en est pleinement convaincue et elle a créé en ce sens Forem.ci, la première plateforme ivoirienne spécialisée dans l’orientation scolaire et professionnelle. Portrait.

Depuis son ouverture en 2018, Forem.ci totalise près de 100.000 vues et pas moins de 38.000 visiteurs provenant de pays étonnamment variés comme la Côte d’Ivoire, les États-Unis, l’Afrique du Sud, la France, le Cameroun ou encore le Maroc.

De jeunes Ivoiriens marchant dans une rue du Plateau, le quartier des affaires d’Abidjan
© Sputnik . Roland Klohi . De jeunes Ivoiriens marchant dans une rue du Plateau, le quartier des affaires d’Abidjan
L’engouement autour de la plateforme ne cesse de croître et pour cause: il s’agit du premier site Internet qui se propose d’aider les millions d’élèves et étudiants ivoiriens en manque de repères quant à leur avenir scolaire ou professionnel. De plus, Forem.ci a une visée internationale qui accroît son rayonnement. Sa fondatrice, Edwige Doumbia, 23 ans, veut, en effet, en faire un portail d’aide à l’orientation pour tous les jeunes Africains.

Dans un pays où, selon les autorités, le taux de chômage – harmonisé en fonction des normes du Bureau international du travail (BIT) et prenant en compte le sous-emploi – s’élève à 15% en 2019, savoir s’orienter se présente comme une condition sine qua non.

«En Côte d’Ivoire, les inspecteurs d’orientation s’appuient généralement sur les notes obtenues pour orienter les élèves et les étudiants. Cette orientation ne tient donc pas forcément compte des capacités réelles de chacun. De plus, il n’y a dans tout le pays qu’environ 1.300 inspecteurs d’orientation pour des millions d’élèves et étudiants. Ce qui est largement insuffisant», a expliqué au micro de Sputnik Edwige Doumbia.
Edwige Doumbia, fondatrice de Forem.ci.
© Photo. Forem.ci
Edwige Doumbia, fondatrice de Forem.ci.

Comme de nombreux observateurs du système éducatif ivoirien, la jeune femme note une «disproportion entre les formations proposées et le marché de l’emploi». Et la qualité des formations «laisse parfois à désirer».

«Il y a beaucoup à faire en Côte d’Ivoire car les offres de formation ne concordent pas toujours avec nos réalités et besoins. On a parfois l’impression que les formations ne sont ni plus ni moins que des copier-coller, qu’il n’y a même pas eu un souci d’adaptation en amont», affirme-t-elle.

L’histoire de Forem.ci a débuté de façon tout à fait anodine en 2018. Souhaitant venir en aide à l’un de ses amis de l’Université catholique de l’Afrique de l’Ouest - Unité universitaire d’Abidjan (UCAO-UUA, où elle effectue un master en communication des organisations) qui ne «savait pas quel chemin emprunter après la licence», Edwige Doumbia s’est mise à rechercher des sites Internet ivoiriens spécialisés dans l’orientation scolaire et professionnelle.

À sa grande surprise, elle n’en a trouvé aucun. Elle décida alors d’en créer un.

«Comme mon ami, bien des jeunes Ivoiriens ont du mal à s’orienter dans leur vie scolaire ou professionnelle. Cela s’explique malheureusement avant tout par le fait qu’ils ne se connaissent pas eux-mêmes. Ensuite, ils ne disposent pas d’informations claires sur les offres de formation et les débouchés. Et pourtant, se connaître soi-même est la clé pour mieux s’orienter», a confié l’étudiante, également en master de management et stratégie d’entreprise à l’école des Hautes études de commerce (HEC) d’Abidjan
Une capture d’écran de la plateforme Forem.ci.
© Photo. Forem.ci
Une capture d’écran de la plateforme Forem.ci.

Forem.ci propose une panoplie de services regroupés en quatre principales rubriques: universités et grandes écoles, bourses, diplômes et métiers.

Concrètement, l’élève ou l’étudiant qui accède à la plateforme dispose de tous les types d’informations détaillées sur les offres de formations disponibles en Côte d’Ivoire, ainsi que sur les métiers sur lesquels elles débouchent. Mais surtout, il lui est possible d’échanger en temps réel avec un conseiller psychologue via la messagerie instantanée.

«Chaque personne qui se connecte sur le site peut exposer en temps réel ses préoccupations à un conseiller psychologue. La mission du psychologue est alors de cerner la personnalité et les capacités intrinsèques de son interlocuteur afin de l’aider à s’orienter par la suite», a expliqué à Sputnik Edwige Doumbia.

Au besoin, le conseiller psychologue et l’étudiant convienne d’un rendez-vous pour un entretien approfondi au cours duquel l’étudiant est notamment soumis à un test psychotechnique.

«Pour cette consultation, l’élève ou l’étudiant n’a à débourser que 5.000 francs CFA (7,6 euros), une somme accessible à toutes les bourses», a précisé la fondatrice de Forem.ci.

C’est d’abord sur fonds propres qu’Edwige Doumbia, bénéficiant du soutien financier et moral de ses parents, a lancé son site Internet. Aujourd’hui, la survie de la plateforme – son fonctionnement de même que la rémunération du webmaster, des deux rédacteurs et du conseiller psychologue – est assurée par les bannières publicitaires.

Forem.ci se prévaut d’avoir aidé à s’orienter environ 3.000 élèves et étudiants, depuis son lancement en octobre 2018.

Capture d’écran des pays d’origine des visiteurs depuis l’ouverture de Forem.ci en 2018.
© Photo. Forem.ci
Capture d’écran des pays d’origine des visiteurs depuis l’ouverture de Forem.ci en 2018.
«Ces élèves et étudiants ne sont pas seulement Ivoiriens ou résidents en Côte d’Ivoire. Ils proviennent également d’un peu partout en Afrique, et même d’Amérique et d’Europe», a précisé Edwige Doumbia.

En novembre 2019, Forem.ci a été sélectionné pour participer à Ayada Lab, qui se présente comme «le premier programme franco-allemand de renforcement de compétences et d'incubation à destination des jeunes entrepreneurs d'Afrique de l’Ouest».

«Nous étions une centaine à avoir postulé en Côte d’Ivoire à ce concours. Finalement, seulement cinq start-up dont Forem.ci, ont été retenues pour aller représenter la Côte d’Ivoire à Lagos», a relaté la jeune entrepreneure.

Dans le cadre de ce programme, Forem.ci, de même que toutes les start-up qui ont fait le voyage – tous frais payés du 6 au 10 novembre dernier – à Lagos, bénéficiera d’un financement de l’institut Goethe et de l’institut français, en plus d’un mentorat individualisé.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Au moins six morts dans une fusillade en Allemagne
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Tags:
emploi, start-up, formation, Côte d'Ivoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik