Afrique
URL courte
51732
S'abonner

La fille et conseillère de Donald Trump a salué l’adoption par le gouvernement marocain de lois promouvant les droits fonciers des femmes aux terres tribales.

Sur sa page Facebook, la fille et conseillère du Président des États-Unis Ivanka Trump a adressé ses félicitations au Maroc, saluant la promotion des droits fonciers des femmes aux terres soulaliyates (tribales) du royaume.

«Félicitations au gouvernement du Maroc et à ses citoyens», a écrit Ivanka Trump, qui s’était rendue dans le pays en novembre dernier dans le cadre d’une initiative en faveur de l’émancipation économique des femmes.

Elle a souligné que l’État marocain s’était engagé à mettre en œuvre de nouvelles lois destinées à promouvoir les droits des femmes à la terre.

Une réforme longtemps attendue

En décembre 2019, le chef du gouvernement, ‎Saâdeddine el-Othmani a approuvé un texte concernant les lois régissant les propriétés soulaliyates et la répartition égalitaire lors de leur transmission.

Le document prévoit notamment une série de mesures relatives à la procédure d’établissement de listes des membres des communautés soulaliyates, les conditions requises pour y figurer, ainsi que le fonctionnement du système.

Les médias locaux évoquent ainsi «un grand pas» franchi pour les tribus soulaliyates «après plus de 10 ans de lutte et de plaidoyer». Selon eux, les nouvelles lois encadrant leurs droits fonciers leur «garantissent davantage d’égalité».

Lire aussi:

Le pass sanitaire en cause? L’institut Pasteur améliore ses pronostics pour la quatrième vague
Licenciement en cas de non-vaccination? La droite dénonce «une volonté de revanche sur le dos des salariés»
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Tags:
tribus, droits des femmes, États-Unis, Sâadeddine El Othmani, Maroc, Ivanka Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook