Afrique
URL courte
Par
Propagation du coronavirus - mars 2020 (39)
1210
S'abonner

En Côte-d’Ivoire, la pandémie de coronavirus a développé une économie de petits commerces basée sur les mesures de protection conseillées à la population. Vendeurs de gels hydroalcooliques, de gants, de cache-nez pullulent à tous les coins de rues, suscitant des doutes quant à la qualité des produits.

Depuis l’annonce de cas confirmés de la maladie à coronavirus Covid-19 en Côte d’Ivoire et des mesures de prévention, particulièrement celle du lavage régulier des mains, de petits commerces se sont développés autour de cette disposition au bord des routes, dans les marchés et à la criée un peu partout à Abidjan.

Au niveau des différents feux du boulevard Valéry Giscard Estaing, de l’échangeur de l’amitié ivoiro-japonaise au grand carrefour et au grand marché de Koumassi ainsi que dans les ruelles des quartiers, des petits vendeurs de gel lavant ou hydroalcoolique, de cache-nez, de gants, de papiers mouchoir et de seaux avec robinet abordent les passants et les passagers des véhicules pour leur présenter leurs produits qui sont en vogue, du fait de la pandémie.

Plusieurs marques de gel ont fait leur apparition sur le marché avec parfois des prix élevés. Cette floraison suscite des doutes quant à la qualité des produits.

«J’ai acheté du gel lavant la dernière fois qui n’est pas pareil que ce qu’on a l’habitude de voir. J’ai aussi demandé le prix d’une bouteille de gel hydroalcoolique exposé sur une petite table devant une maison, le jeune m’a répondu 2.500 francs CFA. On doit se laver les mains fréquemment, donc il est bon d’en avoir à la maison pour la petite famille et aussi les visiteurs», raconte un habitant du quartier Sopim de Koumassi, Kobenan Léonce.

Goli Innocent, chauffeur de taxi intercommunal, préfère quant à lui les marques de gel déjà bien connues de tous. «J’entends dire que les prix ont augmenté. Je n’ai pas l’habitude d’acheter les gels de mains mais compte tenue de la situation, j’ai pris une bouteille de gel lavant et deux gels hydroalcooliques», dit-il en se frottant les mains avec du gel.

Une vendeuse au grand marché de Koumassi proposant des seaux, gants, gel de mains
© Photo. AIP
Une vendeuse au grand marché de Koumassi proposant des seaux, gants, gel de mains

La présence de ces vendeurs rappelle les mesures d’hygiène en vigueur et ils invitent à leur manière les populations à appliquer ces recommandations.

«Il y a coronavirus. Lavez les mains! Lavez les mains!», répète un jeune vendeur au grand carrefour de Koumassi, accostant des passants.

Au grand marché de Koumassi, on croirait que tous les seaux portent des robinets, petits comme grands. On les vend aussi à la criée. 

Les gels pour les mains sont bien en évidence dans les boutiques de produits cosmétiques et les prix se négocient comme une paire de chaussures. Il n’y a pas d’âge pour être vendeur ambulant de gants, cache-nez, papiers mouchoir et de gel.

«J’ai commencé à vendre du gel et des gants depuis jeudi», fait savoir une petite vendeuse ambulante, élève en classe de troisième, qui est accompagnée par sa sœur qui propose du papier mouchoir. «Tantie, ça marche. Maman vend aussi mais elle ne se promène pas comme nous. Il y a ma grande sœur qui vend les gants transparents », ajoute-t-elle.

Une vendeuse de gel à la criée
© Photo. AIP
Une vendeuse de gel à la criée

Avec une cuvette sur la tête et des bouteilles de gel dans les mains, une dame avec son bébé au dos aborde ses potentiels clients. «Faut voir, c’est pas cher oh!», lance-t-elle.

Pour ce qui est des cache-nez, plusieurs modèles sont portés par les usagers dans les rues. Différentes couleurs faits à partir de matières différentes notamment du tissu et du pagne. Certains ne peinent plus à s’en en procurer. L’objectif, fermer la bouche et le nez pour éviter d’être contaminé. Cette nouvelle habitude est une occasion pour se faire un business.

«C’est un monsieur qui nous demandé de coudre des cache-nez. Il a lui-même acheté le tissu et découpé et nous on ne fait que coudre. Moi j’ai reçu 400 morceaux de tissus à coudre et mon collègue de l’autre côté a été le premier à recevoir ce marché. C’est parce que c’était lent qu’on m’a envoyé une partie à faire», livre un couturier.

Contrairement aux Asiatiques, les Ivoiriens ne sont visiblement pas encore habitués au port de cache-nez et ils en connaissent encore moins les techniques d’usage. Soit il est placé par moment sur le front, sous le menton, soit il ne ferme que la bouche ou encore suspendu au cou. «Le cache-nez, une fois qu’il est porté on ne doit plus le toucher. Au bout de trois heures de temps, il faut le retirer et se laver les mains avant d’en porter un autre», fait savoir l’épidémiologiste chargé des urgences au bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’Abidjan, Dr Ané Ambroise.

Dispositif de lavage de mains au grand marché de Koumassi
© Photo. AIP
Dispositif de lavage de mains au grand marché de Koumassi

La Côte d’Ivoire multiplie les actions de sensibilisation contre le Covid-19 en français comme en langues locales à travers les médias et des véhicules équipés de mégaphones qui sillonnent les quartiers. Des affiches sur des mesures d’hygiène sont collées à l’entrée des entreprises et dans des lieux publics. La sensibilisation touche toutes les couches sociales et tous les secteurs d’activité. L’installation de dispositifs de lavage de mains, un peu partout, reflète l’engagement des populations à lutter contre cette maladie à coronavirus.

Dossier:
Propagation du coronavirus - mars 2020 (39)

Lire aussi:

«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Moscou invite Washington à sauver les Américains au lieu de lutter contre le vaccin russe
La maire d’Aix-en-Provence invite Véran à «la fermer» après l’annonce de nouvelles mesures visant sa ville
Tags:
économie, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Côte d'Ivoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook