Afrique
URL courte
Par
986
S'abonner

Alors que le Togo fait face à la pandémie de Covid-19, ses députés revenus d’un «congé» sanitaire ont voté, pour leur première séance, une loi sur le nucléaire. Quoique défendu par le gouvernement, le projet ne semble guère emballer la société civile togolaise ni l’opinion publique, à en croire les critiques des internautes.

Le vote par les députés togolais, le 4 juin 2020, d’une loi portant sur l’utilisation sûre, sécurisée et pacifique du nucléaire crée des mécontentements au sein de la société civile togolaise.

Quelques jours après ce vote à l’unanimité des députés à l’Assemblée nationale togolaise, c’est le Directeur exécutif de l’Observatoire ouest africain de l’environnement (OOAE) établi à Lomé-, Kpondzo Ambroise, qui est monté au créneau pour dénoncer une loi méprisante pour l’environnement.

« Le vote de la loi sur le nucléaire par le législatif togolais est un mépris pour la cause humaine et environnementale » a déclaré Ambroise Kpondzo au micro de Sputnik, affirmant par ailleurs que «les dangers liés à l’usage du nucléaire civil devraient en principe décourager les députés togolais à autoriser le gouvernement à aller dans ce sens».

Ce défenseur de l’environnement croit devoir mobiliser les siens en une position concertée afin de contraindre le gouvernement togolais à revoir sa copie.

Quelques jours auparavant, l’ONG «Les Amis de la Terre», une importante organisation de défense des droits de l’environnement au Togo, a fait part également de son indignation à la suite de ce vote.

Dans un communiqué repris dans les médias locaux, cette ONG ne trouve pas opportun qu’en ce moment de lutte contre «les énergies sales qui ont un effet dévastateur sur le climat et l’environnement», les parlementaires togolais ont voté en faveur de cette loi sur l’utilisation du nucléaire.

«Nous appelons les sociétés transnationales et les gouvernants à cesser de promouvoir les activités qui détruisent la biodiversité et les forêts. Nous devons vivre en harmonie avec la nature. La voix des défenseurs des droits de l’environnement et des peuples doit être entendue » réagit l’ONG.

Outre la société civile togolaise, les internautes n’ont pas non plus fait de cadeaux aux autorités togolaises, les accusant d’être «aux antipodes» des réelles préoccupations du pays. Une critique pouvant paraître comme moins fondée que celle exprimée par la société civile, mais qui n’en demeure pas moins réelle sur la Toile togolaise.

Le vote du 4 juin, était intervenu alors que les députés venaient de reprendre leurs fonctions à la suite de deux mois de suspension de l’activité parlementaire, en raison de l’épidémie de Covid-19.

Pendant ce temps, le pays a dû faire face à nombre de problèmes, notamment des bavures policières consécutives à la mise en œuvre de l’état d’urgence sanitaire depuis le 2 avril, l’assassinat -toujours non résolu- d’un colonel de l’armée début mai dans des conditions mystérieuses etc… Des sujets qui, estiment plusieurs internautes togolais, auraient dû être dignes d’intérêt pour les députés. Sur la Toile, certains y sont allés avec ironie, d’autres par des critiques directes.

Cet internaute suggère, plutôt que le Togo développe une véritable industrie de transformation des produits agricoles, une démarche qui serait prioritaire à son avis.

« Au moment où l'attention du monde et particulièrement du peuple togolais est focalisée par la Covid-19. Ils se réunissent ce jour en session et le texte qu'ils trouvent le mieux à voter en ce moment est un texte portant sur "l'utilisation sûre, sécurisée et pacifique du nucléaire au Togo". On est où là? Le Togo est devenu les Etats-Unis ou la Russie pour adopter une loi sur le nucléaire en ce moment? L'urgence d'une telle loi est où? », s’alarme un autre internaute, sur dans une publication ouverte à son cercle d’amis sur son compte Facebook.

Actif sur les réseaux sociaux, Malik Natchaba, président de la jeunesse du parti UNIR au pouvoir et conseiller du Président Faure Gnassingbé a pris le contre-pied des internautes pour éclairer du mieux qu’il peut la situation.

Lors du vote de la loi sur le nucléaire, Chantal Yawa Tségan, la présidente de l’Assemblée nationale togolaise a affirmé : «la représentation nationale est convaincue que les technologies nucléaires ont une contribution majeure à apporter à la satisfaction de certains besoins essentiels comme le développement durable, la nutrition, l’agriculture ou le traitement de maladies nécessitant l’usage du nucléaire».

«La présente adoption constitue pour nous, une avancée majeure et consacre ainsi l’entrée de notre pays dans le cercle des États Parties au traité sur la non-prolifération des armes nucléaires» a alors déclaré Chantal Tségan en présence des ministres togolais chargés de la santé et des relations avec les institutions de la république.

L’adoption de cette loi s’inscrit dans la perspective de développement d’une utilisations sûre de l’énergie nucléaire dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. «De façon concrète, le Togo dispose désormais d’une base légale lui permettant de prendre des mesures de prévention, de détection et d’intervention en cas d’actes mettant en jeu des matières nucléaires, d’autres substances radioactives ou des installations associées susceptibles de causer des dommages aux personnes, aux biens ou à l’environnement ou de mettre en danger d’une quelconque façon la sécurité nationale », est-il expliqué sur le portail officiel de la République togolaise.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
environnement, énergie nucléaire, Togo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook