Afrique
URL courte
Par
327
S'abonner

Chaque année, près de 40.000 tonnes de fleurs tropicales sont produites en Côte d’Ivoire, toutes plus belles les unes que les autres, pour être exportées vers le marché européen qui en raffole. Malgré cela, le Covid-19 est venu stopper l’élan d’un secteur horticole prometteur mais fortement fragilisé par des années de crise sociopolitique.

En Côte d’Ivoire, Azaguié est le paradis des fleurs tropicales et plantes ornementales. Cette ville du sud du pays, à 50 km au nord d’Abidjan, concentre l’essentiel de la production nationale et compte plus de 200 producteurs qui sont pour la plupart de petits exploitants. On y retrouve une centaine de variétés dont des Heliconia, des Alpinia, des Cordylines, des roses de porcelaine, des papyrus, des palmiers areca ou encore des Pandanus.

  • Des roses de procelaine
    Des roses de procelaine
    © Sputnik . Roalnd Klohi
  • Des Alpinia blancs
    Des Alpinia blancs
    © Sputnik . Roland Klohi
  • Des Alpinia roses
    Des Alpinia roses
    © Sputnik . Roland Klohi
  • Des Heliconia bihai, également appelés becs de perroquet
    Des Heliconia bihai, également appelés becs de perroquet
    © Sputnik . Roland Klohi
1 / 4
© Sputnik . Roalnd Klohi
Des roses de procelaine

Là-bas, l’horticulture est un art délicat pratiqué depuis des décennies. Et si les fleurs et autres plantes ornementales s’épanouissent mieux que partout ailleurs en Côte d’Ivoire, c’est parce que le climat, et surtout la nature du sol, leur sont particulièrement favorables. 

Chaque variété a un temps de pousse qui lui est propre. Pour les grandes fleurs de la famille des Heliconia, il faut patienter six à sept mois contre en moyenne seulement trois mois pour les feuillages comme le Pandanus et la Cordyline.

Les cultures sont essentiellement exportées vers l’Europe et une partie moindre est écoulée sur le marché local.

«Les Heliconia sont particulièrement prisées par le marché européen. Vous savez, les Européens ont un rapport avec les fleurs que nous n’avons pas forcément ici. Elles constituent en certaines occasions une part importante de leur communication. Elles leur servent ainsi à déclarer leur amour, à souhaiter un prompt rétablissement ou encore à présenter ses condoléances», a expliqué à Sputnik le producteur Amidou Zongo.
Un bouquet de fleurs composé par Amidou Zongo
© Photo / Amidou Zongo
Un bouquet de fleurs composé par Amidou Zongo

Sur le marché local, ce sont de petites fleurs comme l’arum blanc et l’aster qui sont le plus souvent demandées pour composer des bouquets à l’occasion de cérémonies comme les mariages, anniversaires ou funérailles.

Un secteur porteur mais sinistré

40.000 tonnes! Même s’il paraît élevé, ce chiffre, qui correspond à l’exportation des cultures horticoles vers l’Europe, est en réalité dérisoire –de l’avis des producteurs– au regard du potentiel avéré du secteur. En effet, à la faveur des crises qui ont émaillé la décennie 2000 et en particulier la crise postélectorale de 2010-2011, de nombreux clients se sont détournés de la Côte d’Ivoire au profit d’autres pays producteurs comme le Cameroun et le Ghana, qui proposent une offre similaire de fleurs tropicales.

Et alors que le secteur reprenait péniblement un souffle nouveau ces dernières années, la crise sanitaire liée au Covid-19 est venue marquer un coup d’arrêt brutal qui a déjà poussé des dizaines de petits producteurs à mettre la clé sous la porte.

Des Heliconia bihai arrivés à maturité mais qui ne seront jamais exportés
© Sputnik . Roland Klohi
Des Heliconia bihai arrivés à maturité mais qui ne seront jamais exportés

Depuis avril, les exportations de fleurs sont suspendues. Mais l’ouverture, le 1er juillet, des frontières aériennes ivoiriennes aux vols internationaux laisse espérer leur reprise très prochainement.

«La situation actuelle est vraiment pénible pour nous, producteurs. Le marché local sur lequel on aurait pu se rabattre pour souffler un peu est malheureusement plombé par le fait que les cérémonies et événements sont actuellement rares. On est, de fait, contraints de jeter à la poubelle toutes nos fleurs arrivées à maturité», a confié Amidou Zongo, un horticulteur local.

Indépendamment des crises sociopolitiques ou sanitaires, un autre problème, plus sournois, menace dangereusement la production horticole. En effet, depuis quelques années, le réchauffement climatique fait des ravages silencieux.

L'ivoria menacée de disparition par le réchauffement climatique
© Sputnik . Roland Klohi
L'ivoria menacée de disparition par le réchauffement climatique

Des fleurs comme la rose de porcelaine et l’ivoria, qui jadis poussaient très bien en Côte d’Ivoire, sont de plus en plus affectées ces dernières années par le climat devenu plus chaud, au point d’être en voie de disparition dans le pays.

Un soutien de l’État vivement espéré

À Azaguié, deux types de producteurs de fleurs cohabitent. On a d’un côté de grandes sociétés agro-industrielles et de l’autre, de petits exploitants.

Sur le site de production d’Agrolight dans le nord d’Abidjan
© Photo / Gnepa-Joël Anani / Sur le site de production d’Agrolight dans le nord d’Abidjan
Ces derniers, plus nombreux, louent les enclaves de terre qu’ils cultivent. C'est le cas d’Amidou Zongo, horticulteur depuis 1989. Pour la plus importante de ses trois parcelles qui a une superficie de trois hectares et où il emploie trois personnes, il débourse la somme de 100.000 francs CFA (150 euros) chaque année.

Selon lui, «les revenus issus d’une bonne exploitation d’un demi-hectare peuvent suffire à subvenir aux besoins de toute une famille».

Il existe à Azaguié plus de 200 producteurs, mais seulement quatre exportateurs: deux sociétés agro-industrielles et deux particuliers –dont Amidou Zongo.

Pour Amidou Zongo, l’industrie horticole ivoirienne serait assurément plus florissante si les producteurs pouvaient bénéficier de subventions, de l’État ou de bailleurs, comme c’est le cas pour d’autres cultures de rente comme le café, l’anacarde, le coton ou encore le cacao –dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial. Ainsi que d’un accompagnement pour un accès plus aisé aux marchés européens ou asiatiques. 

«La Côte d’Ivoire regorge de tant de richesses agricoles que le secteur des fleurs n’est pas vraiment considéré par les autorités et ne bénéficie d’aucun soutien. Notre cri du cœur est que cette situation évolue au plus vite. En attendant, on essaie de se regrouper au sein d’une coopérative pour pouvoir affronter les nombreuses difficultés auxquelles nous sommes confrontés», espère Amidou Zongo.

Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
Tags:
crise, fleurs, Côte d'Ivoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook