Afrique
URL courte
Par
2180
S'abonner

Conseiller du Président de la République centrafricaine pour la sécurité nationale, Valeri Zakharov, dans un entretien exclusif à Sputnik, s’exprime sur les prochaines élections, la renaissance de l’armée centrafricaine et la présence russe dans le pays.

La RCA se prépare aux élections de la fin de l’année et la communauté internationale commence déjà à s’inquiéter. Dans le même temps, les autorités centrafricaines demandent une énième fois la levée de l’embargo sur les armes et recrutent dans l’armée des jeunes soldats dans tout le pays.

Valeri Zakharov, conseiller russe du Président Faustin-Archange Touadéra pour la sécurité nationale, répond aux questions de Sputnik et dresse l’état des lieux actuel.

Sputnik: Quelles sont vos principales priorités actuellement en tant que conseiller pour la sécurité nationale du Président Touadéra? Sur quels projets travaillez-vous ensemble?

Valeri Zakharov: La priorité absolue pour le moment est de développer des stratégies de sécurité pour les prochaines élections 2020-2021, et des projets de reconstruction de l'armée et des forces de sécurité intérieure sont mis en œuvre avec le gouvernement. Ainsi, le ministère de la Défense et le ministère de la Sécurité ont repris le recrutement dans les rangs des forces armées centrafricaines et des forces de sécurité intérieure.

Le meurtre d’un casque bleu par le 3R

Sputnik: Un casque bleu rwandais a été tué mi-juillet en RCA par des membres du groupe armé 3R, quelles actions ont déjà été menées par les autorités centrafricaines pour retrouver les coupables?

Valeri Zakharov: Dans le nord-ouest du pays, une opération conjointe (MINUSCA- forces armées de la RCA) est actuellement en cours pour forcer le groupe [3R, ndlr] à déposer les armes et stabiliser la région. Une mission sera envoyée dans la région pour enquêter sur les détails et trouver les coupables. Les briseurs de paix ne resteront pas impunis.

​La transformation de l’armée centrafricaine

Sputnik: Selon les dernières informations, l'armée centrafricaine recrutera 2.600 jeunes soldats. Est-ce le début d'un recrutement plus important? Comment cela pourrait changer la situation dans le pays?

Valeri Zakharov: Le nombre autorisé des forces armées de la RCA est de 9.000 militaires. Ce montant est nécessaire à la bonne exécution des tâches assignées à l'armée. Ces dernières années, les effectifs réels de l'armée ont été nettement inférieurs, passant à 4.500 hommes. La RCA est actuellement en train de reconstruire à la fois l'armée et les forces de sécurité intérieure (qui comprennent la police et la gendarmerie). Le recrutement pour les forces armées a lieu dans le cadre du projet du ministère de la Défense. Et dans les forces de sécurité intérieure - dans le cadre des projets de recrutement du ministère de la Sécurité. Désormais, le recrutement se fait non seulement dans la capitale, comme c'était le cas auparavant, mais dans de nombreuses régions du pays.

Sputnik: Quels changements attendent l'armée centrafricaine? Êtes-vous au courant des réformes et des collaborations à venir sur la scène internationale?

Valeri Zakharov: Dans un avenir proche, il est prévu de recruter et de déployer les forces armées de la RCA dans les garnisons pour exercer un contrôle sur l'ensemble du territoire du pays. Il faut s’attendre à des stages et à des programmes d'échange avec les pays partenaires de la RCA.

Situation sécuritaire avant la présidentielle

Sputnik: La période pré-électorale approche. À votre avis, peut-on s'attendre à une flambée de violence dans le pays?

Valeri Zakharov: Toutes les mesures nécessaires seront prises pour que les élections se déroulent dans un environnement calme et sûr. Le gouvernement, pour sa part, fait constamment des efforts pour stabiliser la situation dans le pays, qu’il y ait période pré-électorale ou non.

Le triple meurtre de journalistes russes

Sputnik: Quels nouveaux éléments y a-t-il dans l'enquête sur le triple meurtre des journalistes russes Orkhan Djemal, Alexandre Rastorgouïev et Kirill Radtchenko en RCA?

Valeri Zakharov: Vous pouvez retrouver toutes les informations sur l'enquête dans les conclusions du gouvernement centrafricain du 30 juillet 2019. Le reste des détails de l'affaire sont classés comme secrets de l'enquête.

Intégration sociale des ex-membres des groupes armés

Sputnik: Comment se déroule le programme de désarmement? Comment évaluez-vous ce qui a été réalisé?

Valeri Zakharov: Le programme de désarmement lancé en 2018 par le Président Faustin-Archange Touadéra prend de l'ampleur. Paoua est alors devenue la ville pilote. À présent, le programme de désarmement se déroule dans la ville de Ndélé, où la première étape est déjà terminée - plus de 250 armes ont été remises par d'anciens militants. Il est à noter que le programme de désarmement prévoit une intégration des membres des groupes armés dans la société, ce qui est très important. Des emplois sont créés et nombre d’entre eux deviennent des agriculteurs, des hommes d’affaires et d’autres personnes utiles à une société pacifique.

​La présence russe en RCA

Sputnik: La présence russe en RCA est discutée par la communauté internationale et, selon vos propres termes, a fait réagir la partie américaine. Comment réagit la France? Avez-vous eu une expérience de communication avec la partie française dans le cadre de la résolution de problèmes de sécurité nationale en RCA?

Valeri Zakharov: Je tiens à souligner qu'il y avait une très bonne relation de travail avec le chargé d'affaires américain David Bronstein. Des réunions régulières ont eu lieu, ce qui a non seulement contribué à la coordination des efforts pour aider la RCA, mais a également contribué à dissiper toutes sortes de rumeurs circulant dans les médias et sur Internet et à éliminer les malentendus entre les parties. Il existe également des contacts réguliers avec la partie française à différents niveaux. De bonnes relations se sont développées avec l'ambassadeur Éric Gérard et de nombreux spécialistes français travaillant en RCA. Nous sommes tous dans le même bateau ici et notre tâche commune est d'aider la RCA.

Lire aussi:

Plusieurs explosions entendues à Minsk
«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Premier mort lors des manifestations à Minsk
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook