Afrique
URL courte
10411
S'abonner

Les auteurs de l’assassinat de six humanitaires français, de leur chauffeur et de leur guide au Niger auraient eu pour objectif principal de «cibler les Occidentaux», relate l’AFP qui cite une source judiciaire.

Selon les premiers éléments de l'enquête antiterroriste, l’attaque meurtrière contre six Français au Niger «paraît avoir été préméditée» avec pour objectif de «cibler des Occidentaux», a annoncé l’agence France-Presse (AFP), se référant à une judiciaire.

«À ce stade il n'y a pas d »éléments indiquant que l'attaque a spécifiquement visé Acted même si on ne peut pas non plus l'exclure totalement. En revanche, c'est une attaque qui parait avoir été préméditée pour cibler a priori plutôt des Occidentaux», a déclaré cette source de l’AFP, confirmant une information de BFMTV.

«Compte-tenu du mode opératoire, la piste terroriste reste privilégiée», a ajouté la source.

Partis le 11 août pour le Niger, l’équipe de onze enquêteurs français, issus de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), de la Sous-direction antiterroriste et de la police technique scientifique, a terminé ses constatations sur place et doit rentrer en France ce samedi 15 août, selon l’agence.

Attaque meurtrière au Niger

Dix hommes armés se déplaçant à moto ont tué par balles six jeunes Français membres de l'ONG Acted, ainsi que leur guide et leur chauffeur nigériens, alors que les humanitaires visitaient une réserve de girafes. La tragédie a eu lieu le 9 août vers 11h30 (10h30 GMT) à six kilomètres à l'est de la localité de Kouré et à 60 km au sud-est de Niamey, sur la route nationale numéro 1.

Les assassins sont arrivés depuis la brousse et ont attendu l'arrivée de leurs victimes. Une femme qui a réussi à s'enfuir a été rattrapée et égorgée. Un chargeur vide a été retrouvé sur place.

Cinq jours plus tard, l'attaque n'a toujours pas été revendiquée.

Selon Djalil Lounnas, professeur en relations internationales à l’université américaine Al Akhawayn d’Ifrane (Maroc), spécialiste des groupes terroristes dans le Sahel, le mode opératoire et les enjeux locaux et régionaux plaident pour un acte à mettre sur le compte de l’État islamique dans le grand Sahara (EIGS)*, actif dans la zone des «trois frontières» (Mali, Niger, Burkina Faso).

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Voici quand la France pourrait faire face à une deuxième vague de Covid-19, selon des chercheurs
Tags:
enquête, pays occidentaux, Français, attaque, Niger
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook