Afrique
URL courte
Coup d'État au Mali (40)
12225
S'abonner

Des soldats maliens se sont mutinés ce 18 août aux abords de Bamako. D’après le site local Bamada, ils se disent prêts à commencer l'assaut de la résidence du Président Ibrahim Boubacar Keïta, en exigeant qu’il quitte le pays. Selon des médias locaux, des ministres et hauts gradés de l'armée ont été arrêtés.

Des coups de feu ont été tirés ce 18 août sur la base de Kati, à la périphérie de Bamako, a confirmé à Reuters un porte-parole de l'armée sans plus de précisions.

«Oui, mutinerie. Les soldats ont pris les armes», a déclaré de son côté une source au sein des services de sécurité.

D’après le site local Bamada, ils se disent prêts à commencer l'assaut de la résidence du Président Ibrahim Boubacar Keïta, à Sebenikoro, en exigeant qu’il quitte le pays ce mardi à 16h00 heure de Paris.

La Deutsche Welle évoque «un possible coup d'État militaire en cours».

Le siège de la télévision publique ORTM a été évacué, a déclaré à Reuters Kalifa Naman, l'un de ses responsables. Aucune attaque n'a été signalée contre cette télévision, qui diffusait comme d'habitude des programmes enregistrés.

Ministres et hauts gradés de l'armée arrêtés

Comme l’indiquent des médias locaux, le ministre malien de l’Économie et des Finances, Abdoulaye Daffé, aurait été enlevé. Récemment nommé à ce poste, il aurait reçu la visite d’hommes armés non encore identifiés à son bureau ce mardi matin vers 08 heures.

Moussa Timbine, président de l’Assemblée nationale aurait été arrêté dans sa résidence officielle, ainsi que le chef d'état-major de la garde nationale. Selon un correspondant de la DW à Bamako, de hauts gradés de l'armée ont également été appréhendés par le groupement d’intervention de la garde nationale.

​L’état-major des armées serait également sous le contrôle des militaires de la garde nationale conduits par le colonel Sadio Camara, a annoncé le site local Bamada.

L'ambassade de France au Mali recommande la prudence.

La représentation diplomatique de France au Mali a recommandé à ses ressortissants de rester à la maison.

Le Mali, épicentre de la menace djihadiste au Sahel depuis 2012, est confronté depuis juin à une grave crise socio-politique.

Lundi 17 août, l'opposition a annoncé de nouvelles manifestations cette semaine pour réclamer le départ du Président Ibrahim Boubacar Keïta.

À ces revendications politiques s'ajoute une «situation sociale délétère», a souligné une responsable syndicale, Sidibé Dédéou Ousmane, citée par l’AFP.

Dossier:
Coup d'État au Mali (40)

Lire aussi:

Santé publique France dévoile la carte des zones les plus touchées par le Covid-19 - photo
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
soldats, mutinerie, Mali
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook