Afrique
URL courte
1124
S'abonner

Une enquête a été lancée après la découverte de 11 cadavres d’éléphants au Zimbabwe. En juillet, près de 300 éléphants étaient morts pour une raison encore inconnue au Botswana voisin.

Les autorités zimbabwéennes enquêtent sur la mort de 11 éléphants dans un parc national, a annoncé l’Autorité de gestion de la faune sauvage et des parcs du Zimbabwe (Zimparks).

«Onze éléphants ont été retrouvés morts dans les forêts de Pandamasue. Zimparks soupçonne un cas d’anthrax», a écrit un porte-parole de l’Autorité sur Twitter.

Hécatombe au Botswana voisin

En juillet, près de 300 cadavres d’éléphants ont été découverts dans la région du delta de l’Okavango au Botswana, pays voisin du Zimbabwe. Les autorités scientifiques ont ensuite écarté l’anthrax et le braconnage comme origines de ces décès.

Les résultats des analyses menées dans des laboratoires du Zimbabwe, d'Afrique du Sud et des États-Unis suggèrent que les animaux pourraient avoir été victimes de toxines naturelles présentes dans l’environnement.

D'après Cyril Taolo, directeur du département des parcs nationaux et de la faune sauvage, il est «très peu probable» que la mort des pachydermes ait été causée par un «pathogène infectieux». L’enquête se poursuit.

Lire aussi:

Après plus de 13.000 nouvelles contaminations enregistrées la veille, une nette décrue en France
L’eau: l’arme secrète d’Erdogan contre la Syrie
La natalité française s’écroule, Bayrou demande davantage d'immigrés: comme un air de déjà-vu?
Marine chinoise face à l’US Navy: «Les rapports de forces sont en train de s’inverser en nombre»
Tags:
anthrax, éléphants, Zimbabwe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook