Afrique
URL courte
Par
Coup d'État au Mali (40)
5440
S'abonner

Alors que la junte militaire qui a pris le pouvoir au Mali redessine les rapports de forces politiques, quel doit être le rôle de la France, dont l’armée est présente dans le pays depuis 2013? Entretien sans langue de bois avec Laurent Bigot, ancien diplomate spécialiste de l’Afrique de l’Ouest.

«On fait la guerre là-bas, il faut appeler un chat, un chat. On tue des gens. Pour avoir une légitimité, nous, en tant qu’une armée étrangère, à tuer des gens qui appartiennent à ces populations locales, on est adossé aux autorités de ces pays. Donc il faut qu’on s’adosse sur une légitimité forte pour que nous puissions bénéficier de cette légitimité. Mais quand les régimes n’ont plus de légitimité et qu’ils sont perçus par la population comme étant corrompus, que c’est l’incurie généralisée, nous n’avons plus de légitimité à agir.»

Laurent Bigot ne prend pas de gants pour qualifier la stratégie de l’armée française présente au Mali depuis janvier 2013. L’ancien sous-directeur du département Afrique de l’Ouest au ministère des Affaires étrangères a quitté son poste au Quai d’Orsay après avoir critiqué les objectifs politiques de cette intervention.

Sept ans après, le 18 août dernier, la junte militaire a renversé le Président Ibrahim Boubacar Keita (IBK), de moins en moins populaire. Associée avec IBK de longue date dans la lutte contre les djihadistes, la France peut-elle encore légitimement rester sur le terrain? Tandis que des militaires français ont tué par accident un civil malien le 1er septembre, l’ex-diplomate décrypte pour Sputnik les enjeux de l’Opération Barkhane.

Retrouvez cet entretien sur YouTube

 

Dossier:
Coup d'État au Mali (40)

Lire aussi:

Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
«L'exécutif est obligé de suivre la fachosphère», regrette le recteur de la mosquée de Pantin visée par une fermeture
Tags:
France, Forces armées françaises, opération Barkhane, Mali, Ibrahim Boubacar Keita (IBK)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook