Afrique
URL courte
Par
0 57
S'abonner

Élus au scrutin municipal de juin 2019, les maires togolais veulent insuffler une dynamique de développement à leur commune. Mais ils manquent de moyens et l’aide promise par le gouvernement tarde. Par conséquent, les pistes de partenariats européens ou de projets de jumelage semblent donner de bonnes perspectives.

Plus d’un an après leur élection aux municipales de juin 2019, les maires des communes du Togo envisagent aujourd’hui des coopérations techniques et financières avec des partenaires européens. Objectif: combler le manque de moyens auquel ils sont souvent confrontés.

Parmi toutes les initiatives en cours, deux mairies du sud du pays s’illustrent particulièrement en cet automne 2020.
La mairie des Lacs 1 (sud-est du Togo) par exemple, dirigée par l’avocat Me Alexis Aquereburu, élu du parti UNIR au pouvoir, a annoncé publiquement, courant septembre, avoir conclu avec le département des Yvelines en France un accord de coopération décentralisée pour des réalisations concrètes dans les domaines de l’assainissement, de l’éducation, de la culture et de la bonne gouvernance. Ce partenariat devrait s’étendre sur cinq années.

Selon Me Aquereburu, il est prévu, dans ce cadre, la création d’un réseau de bibliothèques élargi à la grande préfecture des Lacs et une formation des élus locaux pour une meilleure fiscalisation de la commune.

«Nous ambitionnons de faire de la commune des Lacs 1 une ville verte, de rebâtir les anciens édifices centenaires pour renforcer le patrimoine culturel du milieu. Notre localité étant une ville charnière entre le Togo et le Bénin, nous envisageons aussi, à travers ce partenariat, de réhabiliter le stade de football pour abriter des compétitions internationales, notamment entre les équipes béninoise et togolaise», explique Me Alexis Aquereburu.

Jean-Pierre Fabre, l’ex-chef de file de l’opposition togolaise, travaille à de nombreux projets de jumelages avec des communes françaises et allemandes. Maire de la localité de Golfe 4, cet opposant au Président Faure Gnassingbé –qui était arrivé troisième à la présidentielle du 22 février 2020– n’hésite pas à frapper à toutes les portes des partenaires européens du Togo à la recherche de financements pour ses projets.

Il souhaite, expliquent ses proches à Sputnik, «transformer cette commune côtière pour la rendre plus propre, agréable à vivre, avec des plages reposantes et attractives pour les touristes».

«Le maire a des projets de jumelage avec des communes de certains pays européens pour insuffler un vent de développement sur notre localité. Les partenariats, dont les discussions aboutiront bientôt, couvriront les domaines de la culture, de l'éducation, de l’assainissement et de la communication», a confié à Sputnik Jean-Luc Assiakoley, en charge de la communication de la mairie.

Si la mairie de Golfe 4 à Lomé ne veut pas dévoiler tous ses projets avant d’avoir du concret, on relève tout de même l’engagement de l’ambassade d’Allemagne au Togo à appuyer les programmes de développement de Jean-Pierre Fabre. 

Celle-ci est en effet localisée sur le territoire de la ville et Berlin apporte un soutien direct aux nouvelles municipalités pour les aider à gagner en autonomie, efficacité et professionnalisme.

Même tendance pour la mairie d’Ogou 1 (centre), qui travaille à redynamiser un vieux projet de jumelage avec la ville de Niort (France), qui n’avait pas été mené à bien. Yawa Kouigan, la nouvelle maire de cette commune, ne cache pas son engagement à réveiller ce programme pour en faire profiter pleinement sa ville.

«Dès mon élection, nous avons repris langue avec Niort qui devrait dépêcher une délégation dans la commune d’Atakpamé (chef-lieu de la préfecture d’Ogou). Mais le Covid-19 a retardé cette visite. Cela va néanmoins se faire puisque les représentants nous ont dit qu’Atakpamé était leur ville de cœur», a confié à Sputnik Yawa Kouigan

À la commune de Golfe1 à Lomé, le maire Joseph Gomado a confié à Sputnik que «sa localité est, dans la même perspective, en discussions avancées avec deux villes européennes, en France et en Belgique, pour des projets de jumelage».

Le Togo compte 117 communes et les maires se plaignent régulièrement du manque de moyens pour fonctionner correctement depuis leur élection en juin 2019, suivie de leur prise de fonction deux mois plus tard. Pourtant, le gouvernement assure qu’il va renflouer incessamment leurs caisses au titre d’un Fonds d’appui aux collectivités territoriales.

Contacté par Sputnik, le ministre de l’Administration territoriale du Togo Payadowa Boukpessi a affirmé que «dans les prochains jours, environ trois milliards de francs CFA (4,6 millions d’euros) seront distribués, soit 2 milliards de francs CFA (environ 3 millions d’euros) répartis de manière équitable entre les communes et le reste par péréquation en tenant compte de la population, de la superficie et de l’indice de pauvreté de chaque ville».

Lire aussi:

Deux bus attaqués par une trentaine de délinquants près de Conflans après la mort d’un homme abattu par la police
Des policiers déjouent in extremis une embuscade qui leur a été tendue à Grenoble
«Pas que ça à faire»: un policier traîné sur plusieurs mètres par un automobiliste à Agen
Tags:
maire, Europe, partenariat, Togo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook