Afrique
URL courte
Par
592588
S'abonner

Le ministre français des Affaires étrangères a effectué une visite à Alger. Jean-Yves Le Drian a été chargé d’expliquer aux responsables algériens la position de la France au sujet de la libération de 200 islamistes, dont des terroristes, au Mali. La Libye et la révision de la Constitution algérienne étaient également au centre des discussions.

Lorsque les officiels algériens sont en colère, ils l’affichent clairement. Jean-Yves Le Drian en a fait l’expérience, ces 15 et 16 octobre, à l’occasion de sa visite à Alger. Les médias publics nationaux ont reçu l’instruction de couvrir a minima les activités du chef de la diplomatie française. La raison de cette irritation est très claire: la récente libération de plus de 200 islamistes, comprenant des terroristes, par les autorités maliennes.

Pour le gouvernement algérien, cet acte constitue une véritable menace sécuritaire. Paris est donc considéré comme étant impliqué dans cette opération qui a permis la libération quatre otages, notamment la Française Sophie Pétronin et l’homme politique malien Soumaïla Cissé.

«La situation est très dangereuse car ces terroristes vont se redéployer près des frontières avec l’Algérie. D’ailleurs, certains d’entre eux auraient dû être remis à la justice algérienne puisqu’ils disposent de la double nationalité algéro-malienne. Jean-Yves Le Drian a expliqué à ses interlocuteurs que Paris subissait par deux fois les conséquences de la décision de Bamako car ces djihadistes ont pour la plupart été arrêtés par les forces françaises et que ces mêmes troupes étaient toujours en première ligne sur le terrain de la lutte antiterroriste», indique à Sputnik une source gouvernementale algérienne qui a requis l’anonymat.

Lâcher du lest

Reçu par le Président Abdelmadjid Tebboune, le Premier ministre Abdelaziz Djerad et par son homologue Sabri Boukadoum, Jean-Yves Le Drian n’a cessé de réitérer ces arguments, d’après la source de Sputnik. Pas sûr qu’il ait convaincu.

Pour faire passer la pilule, Jean-Yves Le Drian avait, dès son arrivée, montré patte blanche en faisant l’éloge du projet de révision constitutionnelle qui sera soumis à référendum le 1er novembre prochain.

«Le Président Abdelmadjid Tebboune a affiché ses ambitions de réforme des institutions pour renforcer la gouvernance, l’équilibre des pouvoirs et les libertés. Il appartient aux Algériens et à eux seuls de traduire les aspirations qui se sont exprimées avec civisme et dignité en une vision politique avec des institutions aptes à la concrétiser. La France souhaite succès et prospérité à ce pays ami, dans le plein respect de sa souveraineté», a déclaré le ministre français, rapporte l’AFP.

La Libye est l’autre dossier sur lequel Jean-Yves Le Drian a dû faire quelques concessions. Écartée ces dernières semaines de la gestion de la crise dans ce pays au profit du Maroc et de l’Égypte, l’Algérie reprend sa place à la faveur du Forum du dialogue politique libyen qu’accueillera la Tunisie en novembre prochain. Hakim Boughrara, professeur en sciences de l’information et analyste politique, explique à Sputnik qu’Alger et Tunis font front commun au sujet du dossier libyen.

Sergueï Lavrov (photo d'archives)
© Sputnik . Le service de presse du ministère russe des Affaires étrangères
«C’est un retour à la vision algéro-tunisienne pour un règlement politique de la crise libyenne. Actuellement, il existe un consensus international pour une solution pacifique et inclusive. C’est très important pour l’Algérie qui considère que l’implication du Maroc a été une perte de temps et d’efforts et que celle de l’Égypte risque d’être contre-productive du fait de son engagement au profit d’une des parties», souligne cet universitaire algérien spécialiste de la Libye.

Le 15 octobre, à partir d’Alger, le ministre français des Affaires étrangères a fait part de la volonté de Paris d’encourager «une plus grande implication diplomatique des pays voisins» dans le dossier libyen.

«Le rôle des pays voisins est essentiel parce qu’ils sont les premiers concernés par les risques que fait peser cette crise et qu’ils peuvent jouer un rôle stabilisateur auprès des acteurs libyens, à l’inverse des ingérences des puissances extérieures. En Libye, nous considérons comme l’Algérie qu’il n’y a pas de solution militaire», a-t-il précisé à l’AFP.

Ce rôle stabilisateur, l’Algérie est appelée à le jouer dans les semaines à venir. Selon certaines indiscrétions, après la tenue du Forum du dialogue politique libyen de Tunis, Alger pourrait accueillir une conférence internationale socio-économique pour la Libye. Objectif: reconstruire et remettre sur les rails l’économie d’un pays ravagé par près de dix années de guerre et de terrorisme.

Lire aussi:

Un policier roué de coups à Paris lors de la manifestation contre la loi Sécurité globale – vidéos
Seul et en civil, un gendarme met en déroute une vingtaine d’individus qui tabassent un jeune
Le mystérieux «monolithe de métal» en plein désert américain a disparu
Tags:
Libye, terrorisme, libération, France, Algérie, Jean-Yves Le Drian
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook