Afrique
URL courte
Par
21215
S'abonner

L’hiver approche à grands pas… et la grippe aussi. En pleine recrudescence de cas de Covid-19, le ministère marocain de la Santé vient de lancer une campagne de vaccination contre la grippe. L’impératif: éviter à tout prix une double épidémie. Mais face à une demande accrue, certains professionnels de santé redoutent déjà une pénurie. Décryptage.

«Certains sont plus fragiles face à la grippe: vaccinons-nous, protégeons-nous et nos proches !».

C’est avec ce slogan que le ministère marocain de la Santé a lancé, lundi 2 novembre, sa campagne nationale de vaccination contre la grippe saisonnière 2020-2021. En cette singulière année marquée par la crise pandémique, le département du ministre Khalid Ait Taleb a décidé de cibler en priorité les populations fragiles du royaume, les personnes à risque de complications graves, voire de décès liés et à la grippe et au nouveau coronavirus. «Il s’agit des femmes enceintes, des personnes souffrant d’affections chroniques (insuffisance rénale, diabète, maladies cardiaques, infections pulmonaires…), des sujets âgés de 65 ans et plus ainsi que des enfants de moins de 5 ans», énumère le département de la Santé.

Le même ministère précise que cette action préventive est aussi fortement recommandée pour les professionnels de santé. Le but est de garantir une protection individuelle pour eux, mais aussi pour leur entourage familial et professionnel. C’est aussi une manière d’éviter le risque de transmission de la grippe aux patients admis dans les structures de soins.

Vaccination sur ordonnance

Très attendue par l’ensemble des Marocains, alors que la pandémie du nouveau coronavirus ne cesse de progresser au Maroc, cette campagne spéciale –qui pourrait se prolonger selon l’évolution de la situation épidémiologique dans le pays– ne sera pas pour autant en libre accès. Pour la première fois, toute inoculation contre le virus saisonnier de la grippe se fera uniquement sur prescription médicale. Le ministère de la Santé justifie cette décision par:

«Le souci d’assurer une disponibilité et un accès équitable au vaccin antigrippal sur toutes les régions du royaume.»

Ce que ne dit pas le ministère, c’est que le Maroc n’a réussi à mobiliser pour cette opération spéciale que près de 570.000 doses de vaccin antigrippal quadrivalent (qui combat quatre souches du virus grippal) pour ses 36 millions d’habitants, apprend Sputnik d’une source proche du dossier. Le pays s’est fourni auprès du laboratoire français Sanofi Pasteur qui a connu, selon notre source, un engouement international sans précédent pour son vaccin antigrippal et réduit la chance pour des pays comme le Maroc de l’acheter en quantité suffisante.

Un tarif plus élevé

La composition de l’injection est adaptée annuellement aux mutations des souches du virus de la grippe en circulation, suivant la recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce qui expliquerait l’augmentation du coût pour cette année, d’après la même source. Chaque dose de ce nouveau vaccin, le Vaxigrip, sera vendue au niveau des officines marocaines à 125 dirhams (11 euros) contre 68 dirhams (6 euros) pour l’ancienne version (trivalent, vaccin qui combat trois souches du virus grippal).

Les changements convenus par le département de Khalid Ait Taleb ne sont pas du goût de la Confédération des syndicats des pharmaciens du Maroc (CSPM). Cette organisation, l’une des plus représentatives du secteur dans le pays, regrette de ne pas avoir été associée à la planification et à la prise de décision.

Mohamed Lahbabi, son président, explique à Sputnik que le ministère a communiqué sur ces changements seulement quatre jours avant le lancement de la campagne, le 28 octobre, par visioconférence.

«Ce que nous demandons en tant que partenaires et maillon important de la chaîne sanitaire, c’est que nous soyons prévenus assez tôt pour toute décision concernant l'exercice officinal dans le cadre de l'approche participative à laquelle appelle la constitution marocaine. Cela nous aurait permis de prendre nos dispositions à l’avance afin de réussir au mieux cette opération», explique-t-il.

Pour lui, l’obligation de présenter une ordonnance et la hausse du prix de la dose de Vaxigrip sont en contradiction avec la volonté affichée par le ministère d’encourager la population à se faire vacciner. «Ces nouvelles dispositions excluent une tranche entière de la société marocaine qui n’a pas les moyens de se procurer le vaccin à ce prix, sans parler des frais de consultation», estime Mohamed Lahbabi. Il considère que le Maroc ne respecte ainsi pas les orientations de l’OMS plaidant pour la vaccination de la majorité de la population.

Le spectre d’une pénurie

Le président de la CSPM déplore surtout l’insuffisance des quantités fournies par le département de la Santé.

«Depuis une vingtaine de jours, la demande est particulièrement forte car elle est alimentée par la crainte de voir circuler simultanément la grippe saisonnière et le nouveau coronavirus. Nous nous attendons à ce que nos stocks soient écoulés très rapidement», confie le responsable syndical.

«L’objectif fixé par le ministère de la Santé est de vacciner 60% de la population vulnérable à travers le Maroc. Nous pensons qu’il sera très difficile d’atteindre ce taux. Avec seulement 300.000 doses de vaccin antigrippal consacrées au secteur privé, par exemple, c’est clairement insuffisant. C’est d’autant plus alarmant que certaines officines n’ont même pas encore réceptionné de vaccins à ce jour. D’autres n’ont en reçu que cinq unités. Comment pourrait-on satisfaire la forte demande avec un stock aussi limité?», s’interroge-t-il.

Pourtant, les enjeux de cette campagne sont de taille: en plein rebond préoccupant de la pandémie de nouveau coronavirus, les autorités et le corps médical au Maroc veulent éviter coûte que coûte que le virus saisonnier de la grippe ne contribue à engorger les hôpitaux.

Éviter la double peine

À l’heure actuelle, les unités hospitalières du pays sont déjà proches de la saturation à cause du Covid-19. Les laboratoires ne devraient pas non plus être «inutilement» sollicités puisque les signes de l’infection au nouveau coronavirus –qui a déjà causé la mort de 3.900 Marocains– sont similaires à ceux de la grippe: toux, fièvre, fatigue, maux de tête…

Or, «il est très difficile, voire impossible d’évaluer si un patient est atteint de la grippe ou du Covid-19 sans faire de test PCR», résume le docteur Jaâfar Heikel, épidémiologiste et spécialiste marocain en maladies infectieuses et santé publique. D'où l'importance, selon lui, de se faire vacciner contre la grippe. Surtout si l’on fait partie de la population vulnérable.

«Le risque de cocirculation du virus grippal et du SARS-COV-2 pose un sérieux problème de santé publique. Il faut donc réinscrire le modèle vaccinal antigrippe chez l’ensemble des Marocains pour éviter la double peine: grippe et Covid-19. Surtout que l’injection contre ce virus saisonnier a une innocuité de près de 85%.»

«Si les personnes fragiles ne peuvent pas se faire vacciner, ce serait évidemment dramatique car les complications de la grippe et du Covid surviennent surtout chez elles. En plus, si on doit gérer deux épidémies en même temps, ce sera catastrophique», poursuit l’épidémiologiste.

Lire aussi:

Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Tags:
vaccin, grippe, Covid-19, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook