Afrique
URL courte
Par ,
11268
S'abonner

L’essai du vaccin chinois anti-Covid s’est terminé sans accroc au Maroc, a expliqué le ministre de la Santé à Sputnik. Une campagne de vaccination de grande ampleur pourrait débuter mi-décembre.

Le vaccin anti-Covid du groupe chinois Sinopharm CNBG a été mis à l’essai avec succès au Maroc, a déclaré le ministre de la Santé Khalid Aït Taleb, à Sputnik. 600 volontaires ont en effet participé à la phase III des essais cliniques, alors que les phases I et II avaient déjà prouvé l’effet d’immunisation du vaccin, offrant «100% de sécrétion d’anticorps».

«Tout s’est très bien passé, les effets indésirables ont été très mineurs. Au maximum, cela s’est manifesté par une petite fièvre, une douleur au siège de l’injection, quelques petits vertiges. Donc des effets indésirables bénins inhérents à tous les vaccins à virus inactivé qui sont connus sur le marché et utilisés dans les programmes de vaccination», a confié le ministre à Sputnik.

Les prélèvements sanguins vont désormais subir un test de séroneutralisation en Chine, permettant de chercher les anticorps neutralisants et les doser. Les résultats finaux ne pourront pas être établis immédiatement, les participants devant se soumettre à une année d’observation, soit directe, soit par téléphone.

Mais une campagne de vaccination pourrait néanmoins voir le jour plus tôt, en se basant sur les résultats préliminaires. Une stratégie d’urgence déjà développée par l’OMS dans le cadre de la lutte contre Ebola.

Bientôt une campagne de vaccination?

Le ministre de la Santé espère que cette campagne de vaccination pourra débuter à la mi-décembre. Elle ne devrait pas dépasser trois mois et toucher «80% des plus de 18 ans», visant en priorité les populations à risques. Une vaccination de large ampleur, qui pourrait permettre «un retour à la normalité le plus tôt possible», espère le ministre.

«Si l’on arrive à atteindre ce seuil [de 80%, ndlr], même s’il y a des cas de contamination, le virus disparaîtra automatiquement de manière spontanée. Ainsi, on va pouvoir se libérer de cette crise qui impacte fortement l’économie et tous les autres secteurs qui sont en souffrance actuellement», explique-t-il à Sputnik.

Khalid Aït Taleb ajoute qu’il se fera lui-même «évidemment» vacciner dans le cadre de cette campagne.

Des contacts pour le vaccin russe

Le ministre souligne également l’importance de ne pas «se cantonner à un seul type de vaccin», raison pour laquelle le Royaume chérifien tient à diversifier «les sources d’approvisionnement». Des négociations ont ainsi eu lieu avec d’autres firmes que Sinopharm.

Dans ce cadre, Khalid Aït Taleb confirme se pencher sur le vaccin russe Spoutnik V. Le ministre marocain de la Santé doit avoir une discussion avec son homologue russe à ce sujet la semaine prochaine.

Lire aussi:

Face à la Chine, les «Indiens se méfient» d’un affrontement général
Giuseppe Conte prévoit d’annoncer sa démission ce mardi
L’Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin contre le Covid-19, pas assez efficace
Résistance au vaccin, nouveaux variants du virus en France: l’épidémie peut-elle dégénérer?
Tags:
Maroc, Ebola, vaccination, vaccin, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook