Afrique
URL courte
Par
5182
S'abonner

Après de nombreux mois d’attente, l’ancien Président ivoirien Laurent Gbagbo est désormais en possession de son passeport diplomatique et espère revenir le plus tôt possible en Côte d’Ivoire. Son retour, très attendu par ses partisans, constituera, selon plusieurs observateurs, «un test significatif» pour Alassane Ouattara.

Le retour prochain en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo reste encore à acter mais déjà, ses partisans promettent une «grande fête», comme n’a pas manqué de le souligner l’ancienne Première dame Simone Gbagbo, dans la foulée de l’annonce le 5 décembre de la réception par l'ex-chef de l'État de ses deux passeports, l’un diplomatique et l’autre ordinaire. Ces précieux sésames auxquels il a légitimement droit, il en avait fait la demande en juillet dernier.

Laurent Gbagbo –dont les années de procès devant la Cour pénale internationale (CPI), loin d’avoir émoussé sa popularité, l’ont probablement accentuée– se présente comme un acteur incontournable pour la poursuite des discussions de sortie de crise entamées le 11 novembre par l’opposition et le pouvoir.

Apaiser les tensions

Ces cinq derniers mois en Côte d’Ivoire ont été émaillés par des violences pré et postélectorales meurtrières (officiellement, près de cent morts et 500 blessés) nées de la contestation de la candidature d’Alassane Ouattara à un troisième mandat jugé anticonstitutionnel.

Si ce dernier a finalement été réélu avec 94,27% des voix au terme du scrutin du 31 octobre dernier boycotté par l’opposition, le climat sociopolitique reste particulièrement tendu. D’un côté, l’opposition exige, entre autres, la libération des opposants emprisonnés et le retour sécurisé des exilés au nombre desquels elle compte Laurent Gbagbo. De l’autre, le pouvoir n’entend pas se faire dicter de conditions mais reste disposé à faire quelques concessions tout en gardant la main.

Acquitté le 15 janvier 2019 par la CPI, en même temps que son coaccusé et ex-ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé, des charges de crimes contre l’humanité (meurtres, viols, autres actes inhumains, ou tentatives de meurtre et actes de persécution) qui ont été commis lors des violences postélectorales de 2010-2011, Laurent Gbagbo est actuellement en liberté conditionnelle en Belgique. Dans l'attente d'un éventuel procès en appel, il reste libre de tout mouvement et peut donc regagner la Côte d’Ivoire, comme il en a réitéré l’intention le 5 décembre.

Pour l’ancien diplomate français Laurent Bigot interrogé par Sputnik, «les autorités ivoiriennes seraient bien inspirées de l’associer au processus de discussions en vue de sortir de l'impasse politique actuelle».

Ce spécialiste de l’Afrique de l’Ouest souligne la «popularité» dont jouit l’ex-Président ivoirien et qui le rend à même de «jouer un rôle majeur pour la suite». Un point de vue que partage l’analyste politique burkinabè Siaka Coulibaly:

«Laurent Gbagbo pourrait jouer un rôle majeur à cette étape critique de l’histoire politique de la Côte d’Ivoire en tant que catalyseur d’une paix nationale. On connaît déjà les positions des deux principaux camps en présence, et ces positions semblent irréconciliables pour l’instant, malgré la brève rencontre du 11 novembre dernier entre Alassane Ouattara et l’ancien Président Henri Konan Bédié [qui fait figure de chef de file de l’opposition]», a-t-il déclaré au micro de Sputnik.

Il évoque donc la nécessité «d’un troisième acteur qui va œuvrer à rapprocher les positions antagoniques en proposant des réformes en plus d’un éventuel partage du pouvoir».

Encore faut-il que son retour en Côte d’Ivoire puisse s’effectuer en toute quiétude. En effet, si la délivrance des deux passeports indique une volonté des autorités ivoiriennes de voir rentrer l’ancien Président, «aucune indication n’a été donnée sur le sort qui lui sera réservé dès qu’il sera sur le sol ivoirien», fait remarquer Siaka Coulibaly. Laurent Gbagbo est toujours sous le coup d’une condamnation par la justice ivoirienne à vingt ans de prison, dans le cadre de l’affaire du «braquage» de l’Agence nationale de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pendant la crise postélectorale de 2010.

Tout va donc dépendre de la volonté d’Alassane Ouattara de concrétiser ses promesses d’ouvrir le dialogue et de décrisper le climat politique national. «À partir de cette volonté politique, des aménagements judiciaires, et l’on sait qu’il en existe beaucoup, peuvent permettre à Laurent Gbagbo de ne pas aller en prison», souligne l’analyste.

Un test pour Alassane Ouattara

De l’avis de Laurent Bigot, le retour de Laurent Gbagbo constituera «un test significatif» de de la volonté du Président réélu d’apaiser les tensions. «J'espère qu’Alassane Ouattara saura faire les gestes nécessaires car il y a déjà eu trop de morts. Il est assis sur une poudrière qui peut s'embraser à la moindre étincelle», indique l’ancien diplomate.

Le grand risque dans la situation politique ivoirienne actuelle, estime pour sa part Siaka Coulibaly, «c’est qu’Alassane Ouattara représente à lui seul trop d’inconnues dans l’équation».

De fait, un dialogue fécond pour la Côte d’Ivoire implique la participation de tous les acteurs politique majeurs. Cela  induit la libération des prisonniers (dont Pascal Affi N’Guessan, porte-parole de l’opposition, candidat à la présidentielle du 31 octobre, arrêté pour «attentat et complot contre l’autorité de l’État») et le retour au pays de ceux qui sont empêchés de rentrer, comme c’est le cas de l’ancien Premier ministre Guillaume Soro sur qui pèse un mandat d’arrêt international.

«L’on connaît pourtant l’approche très personnelle que le Président Ouattara donne aux événements politiques récents et passés. Saura-t-il mettre l’intérêt de la Côte d’Ivoire au-dessus de ses propres ressentiments [notamment à l’égard de son ex-allié Guillaume Soro pour qui il souhaite la prison à perpétuité, ndlr] en permettant à tous les acteurs de participer librement et sans crainte au dialogue? Telle est la grande question qui déterminera l’avenir de ce pays», déclare Siaka Coulibaly.

En tout état de cause, en plus de la nécessaire participation de tous (acteurs politiques et acteurs non partisans) à ce dialogue qui, selon l’analyste, gagne à être national plutôt que seulement politique afin que les décisions qui en sortiront ne souffrent d’aucune contestation, il faudra ajouter «l’adoption de décisions sociétales qui s’imposeront à tous les gouvernants qui se succéderont à la tête de la Côte d’Ivoire afin de conférer à ce pays une stabilité et une paix durables».

Lire aussi:

«C'est de la…»: le chef sortant du Pentagone se lâche en parlant du chasseur F-35
François Bayrou amené à se justifier sur une photo de lui sans masque dans un aéroport apparue sur les réseaux
Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Tags:
Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo, Côte d'Ivoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook