Afrique
URL courte
Par
368
S'abonner

«Votre Premier ministre a exploité [votre absence] pour se lancer dans ce qui parait comme une campagne présidentielle anticipée avec l’appui de gens proches de vous», lance le député algérien Hakim Berri à l’APN dans un message adressé au Président Tebboune actuellement hospitalisé en Allemagne. Le Premier ministre n’a pas encore réagi.

Dans le contexte de l’absence du Président Abdelmadjid Tebboune en raison de son hospitalisation depuis plus d’un mois en Allemagne à cause du Covid-19, le député du Rassemblement national démocratique (RND), Hakim Berri, tire la sonnette d’alarme quant à l’inaction du gouvernement face à la situation de crise économique, financière, sociale et sécuritaire à laquelle fait face l’Algérie.

Ainsi, il accuse le Premier ministre Abdelaziz Djerad «de profiter de l’absence» du chef de l’État pour se lancer dans «ce qui parait comme une campagne présidentielle» et appelle le Président à «limoger le gouvernement» actuel dès son retour au pays.

En «campagne présidentielle anticipée»?

Depuis la chute des prix du pétrole en 2014, l’Algérie enregistre annuellement des déficits dans le budget et dans la balance de paiements qui s’aggravent de plus en plus, affectant de manière significative le PIB du pays. La crise sanitaire de Covid-19 a accentué le chômage dans le pays, provoquant la destruction d’environ 500.000 emplois, selon les chiffres du ministre de la Prospective.

«J’aimerais adresser un message au Président de la République: la situation économique et sociale du pays s’aggrave de jour en jour, en particulier depuis votre absence que votre Premier ministre a exploitée pour se lancer dans ce qui parait comme une campagne présidentielle anticipée avec l’appui de gens proches de vous, notamment un de vos conseillers», a déclaré le député lundi 21 décembre à l’Assemblée populaire nationale (APN).

«Comment peut-on interpréter l’inaction du gouvernement alors que l’Algérie vit une crise majeure sur le plan économique et financier qui se greffe à des problèmes internationaux près de nos frontières de plus en plus dangereux?», se demande-t-il.

Vers «un profond changement gouvernemental»?

Tout en pointant les décisions inappropriées de l’exécutif, notamment en matière de politique monétaire qui, selon lui, ont suscité une grave dévaluation du dinar, provoquant un effondrement du pouvoir d’achat des Algériens, M.Berri affirme à l’adresse du chef de l’État que «votre Premier ministre parle de tout sur les réseaux sociaux sauf des problèmes du pays […]. Et d’ailleurs il ne s’est même pas donné la peine de vous souhaiter un prompt rétablissement».

En conclusion, il prévient que «le pays est à l’arrêt et nécessite des mesures urgentes», Hakim Berri suggère à Abdelmadjid Tebboune «de procéder, dès votre retour, à un profond changement gouvernemental, en vous appuyant cette fois-ci sur des cadres choisis selon les critères de compétence et d’intégrité et non pas en fonction de leur allégeance».

À ce jour, le Premier ministre Abdelaziz Djerad n’a pas encore répondu aux accusations du député RND.

L’État des lieux selon un expert

L’Algérie sera contrainte de recourir à l’endettement extérieur d’ici «18 mois dans le meilleur des cas» si la crise persiste, explique l’économiste algérien Mahfoud Kaoubi dans un entretien accordé au quotidien francophone El Watan, contredisant ainsi ce qu’affirme le gouvernement.

À ce titre, M.Kaoubi rappelle que «le déficit budgétaire annoncé pour 2021, malgré des hypothèses optimistes en matière de recettes, représentera 13,75% du PIB pour un montant avoisinant les 2.700 milliards de dinars [17,71 milliards d’euros]». «Le déficit du Trésor pour la même période se chiffrera à 3.600 milliards de dinars [23,62 milliards d’euros] soit plus de 17% du PIB et risque d’accroître significativement le niveau de l’endettement intérieur», précise-t-il.

Par ailleurs, l’expert ajoute que «le déficit de la balance des paiements annoncé pour 2021, selon les prévisions de la loi de finances 2021 […], de 3,6 milliards de dollars, soit -2,7% du PIB» est loin d’être réaliste.

En effet, partant du constat que ce même déficit a atteint les -14,2% du PIB pour l’année 2020, Mahfoud Kaoubi estime que considérant «d’une part le niveau incompressible de certains […] produits importés et leurs renchérissements sur le marché mondial et, d’autre part un marché des hydrocarbures marqué par une compression de l’offre et une concurrence de plus en plus rude», réduire le déficit de la balance des paiements de 11,5% en le faisant passer de -14,2% en 2020 à -2,7% en 2021 est une tâche difficilement réalisable.

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Covid et accident de laboratoire, ces «complotistes» qui avaient vu juste
Tags:
crise économique, crise financière, crise politique, élection présidentielle, campagne électorale, Abdelaziz Djerad, Abdelmadjid Tebboune, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook