Afrique
URL courte
Par
L'Europe et le Royaume-Uni après le Brexit - 2020 (31)
4193
S'abonner

Le Brexit pousse le Royaume-Uni à diversifier ses partenaires commerciaux et depuis le début de l’année 2020, Londres a renforcé sa diplomatie commerciale avec l’Afrique et signé des accords avec plus d’une dizaine de pays du continent.

Délaissée depuis quelques années, l’Afrique, qui ne représente que 3% du commerce extérieur britannique, pourrait à l’avenir jouer un rôle plus important, analyse la presse internationale.

Plus loin de l’Europe mais plus près de l’Afrique, voilà l’un des effets attendus du Brexit par les Anglais. Depuis deux ans, le ministre britannique pour l’Afrique, James Duddridge, multiplie les déplacements sur le continent tandis que son administration recrute à tour de bras des spécialistes de l’Afrique.

Les échanges avec l’Afrique ne représentent qu’environ 40 milliards de livres sterling par an mais le Royaume-Uni veut les voir croître et se diversifier. À cet égard, le sommet organisé en janvier dernier à Londres est considéré comme un tournant par le directeur du programme Afrique du cercle de réflexion Chatham House, Alex Vines.

«La réalité, c’est que ces dernières années, on a assisté à un déclin du commerce britannique avec l’Afrique. Et le sommet UK-Africa Investment en début d’année pourrait marquer un nouveau départ. Le signe que le Royaume-Uni veut améliorer son partenariat avec le continent africain.»

Pour séduire l’Afrique, Londres dispose d’un atout non négligeable: la City et sa puissance financière. 112 entreprises africaines sont cotées à la Bourse de Londres, pour une valeur de 160 milliards de livres sterling. L’effet d’entraînement n’est pas près de s’estomper, estime Alex Vines:

«La City de Londres sera toujours un centre financier de première importance. Et c’est avant tout pour cela que les pays africains restent intéressés par l’Angleterre. Ce n’est pas juste pour les beaux yeux des Anglais!»

Jusqu’à présent, Londres a signé des accords économiques avec 13 pays d’Afrique et espère en conclure rapidement avec une trentaine d’autres.

Selon l’eurodéputée Fabienne Keller (Renew), cette décision va avoir des conséquences «au moyen-long terme» avec des universités qui vont prendre des distances et «distendre» leurs relations:

«Cela va surtout distendre… les relations avec la jeunesse britannique. Cela n’est pas non plus un geste amical, parce que les accords d’échange, de jumelage gèrent le long terme et les liens très divers entre les universités.»
Dossier:
L'Europe et le Royaume-Uni après le Brexit - 2020 (31)

Lire aussi:

Les États-Unis imposent de nouvelles sanctions à la Russie
«Les Américains ont déclenché une guerre commerciale non seulement contre la Chine, mais également contre l’Europe»
Assurance chômage: Élisabeth Borne reconnaît un «problème» dans le calcul des allocations
Tags:
relations économiques, relations, commerce, Royaume-Uni, Afrique, Brexit
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook