Afrique
URL courte
Par
7244
S'abonner

Afin de le maintenir en prison en cas de libération par le tribunal militaire de Blida en janvier, dans le cadre d’un nouveau procès en cassation concernant l’affaire d’atteinte à «la sécurité de l’État», le tribunal de Sidi M’Hamed d’Alger a confirmé mardi la mise sous mandat de dépôt de Saïd Bouteflika pour une affaire liée à la corruption.

Déjà condamné à de la prison ferme par le tribunal militaire de Blida pour atteinte à «la sécurité de l’État», Saïd Bouteflika, frère cadet et conseiller de l’ex-Président déchu Abdelaziz Bouteflika, n’est pas encore au bout de ses peines. En effet, le tribunal de Sidi M’Hamed à Alger a confirmé mardi 29 décembre sa mise sous mandat de dépôt dans une affaire de corruption et de trafic d’influence, a déclaré son avocat Me Khaled Bourayou au site d’information Tout Sur l’Algérie (TSA).

Cette nouvelle affaire concerne l’achat d’équipements par le puissant oligarque Ali Haddad, actuellement en prison, pour le lancement de la chaîne Istimraria TV, destinée à faire campagne pour un 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

«Ce sont des faits qui ont acquis l’autorité de la chose jugée, c’est-à-dire qu’ils ont été traités et jugés dans le cadre d’une autre affaire, celle du financement de la campagne présidentielle», explique Me Bourayou à TSA.

Pourquoi un mandat de dépôt alors qu’il est déjà en prison?

Saïd Bouteflika a été condamné à 15 ans de prison ferme par le tribunal militaire de Blida avec deux ex-chefs des services de renseignement, les généraux Mohamed Lamine Mediène et Athmane Taratag, pour «complot contre l’autorité de l’État et de l’armée».

Or, après la confirmation du verdict en appel, les trois condamnés ont saisi en cassation la Cour suprême qui a fini par ordonner la programmation d’un autre procès en janvier, au tribunal militaire de Blida, mais avec une autre composition. Les condamnés pourraient bien être acquittés lors de ce procès.

Ainsi, selon Me Khaled Bourayou, «ce mandat de dépôt vise à le maintenir en prison dans la perspective de l’acquittement des autres accusés».

En août, Saïd Bouteflika a été également inculpé dans le cadre de l’affaire de l’ex-ministre de la Justice Tayeb Louh. Il est poursuivi pour «procédés de manipulations, d’injonctions, de trafic d’influence au sein de la Justice au profit d’hommes d’affaires et hauts responsables». Le ministre avait déclaré au juge qu’il avait agi sur instruction du frère du Président.

Lire aussi:

«C'est un mal pour un bien»: un soldat français blessé lors d'une attaque terroriste au Mali témoigne
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
La Chine présente un prototype de train à sustentation magnétique conçu pour rouler à 620 km/h – vidéos
Tags:
justice, Saïd Bouteflika, lutte contre la corruption, Fondation anti-corruption, corruption, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook