Afrique
URL courte
Par
228
S'abonner

À partir d’aujourd’hui, Idriss Déby renouvelle pour deux semaines le confinement de la capitale tchadienne, instauré depuis le début de l’année. Les restrictions sont désormais allégées mais elles ont déjà causé des pertes économiques considérables. Sputnik s’est entretenu avec plusieurs Tchadiens qui lui expliquent la situation actuelle.

Sans que personne ne s’y attende, N’Djamena, la capitale tchadienne, a été confinée à partir du 1er janvier par un décret qui est entré en vigueur en quelques heures et qui avait été annoncé par le Président Déby la veille au soir. Les Tchadiens se sont retrouvés enfermés chez eux sans provisions ni aucune possibilité de gagner leur vie durant ces deux semaines, puisque la plupart des gens vivent au jour le jour.

Confinement prolongé mais allégé

Hier soir, le 13 janvier, un nouveau décret est tombé, qui renouvelle le confinement de deux semaines mais qui rouvre l’aéroport, les grands marchés, les restaurants sous condition de vente à emporter, les écoles, les églises. Il autorise les rassemblements  respectant les gestes barrières et les transports en commun urbains.

En deux semaines de confinement, les pertes économiques ont été impressionnantes et les restrictions ont frappé de plein fouet les Tchadiens qui vivent au quotidien, c’est-à-dire quasiment toute la population. Evariste Ngarlem Toldé, politologue et chercheur en sciences politiques et économiques à l'université de N'Djamena, estime qu’une telle mesure ne peut absolument pas être justifiée par les 28 nouveaux cas de Covid-19.

«Le 1er à 18h le couvre-feu est entré en vigueur, alors que personne ne s’attendait à quoi que ce soit. Donc les gens n’avaient pas de provisions, pas de réserves. Certains évoquent la pénétration des rebelles dans la capitale, les autres parlent de la préparation de la nomination à la vice-présidence du fils du chef de l’État. Beaucoup de rumeurs ont couru ces derniers temps.»
L’évaluation de manque à gagner dans le secteur de l’hôtellerie, restauration et bars au Tchad depuis le début de l’année 2021, présentée par la Chambre de Commerce, d'Industries, d'Agriculture, des Mines et d'Artisanat du Tchad
Chambre de Commerce, d'Industries, d'Agriculture, des Mines et d'Artisanat du Tchad
L’évaluation de manque à gagner dans le secteur de l’hôtellerie, restauration et bars au Tchad depuis le début de l’année 2021, présentée par la Chambre de Commerce, d'Industries, d'Agriculture, des Mines et d'Artisanat du Tchad

«Comment ils vont survivre?»

Le gouvernement a pris une décision de cette ampleur dans la foulée des fêtes de fin d’année et de la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 au Tchad, qui a été officiellement proclamée après les 28 nouveaux cas. Evariste Ngarlem Toldé ne comprend pas comment «on peut prendre une telle mesure dans un pays qui est à 90% analphabète».

«C’est vraiment dangereux pour les gens qui vivent du quotidien s’ils n’ont pas d’accès à leur source de revenus. Soyez sûrs que le confinement fera beaucoup plus de morts que le Covid. Si les Tchadiens ne sortent pas, comment vont-ils survivre?»

Une manifestation a été prévue pour le 14 janvier devant le ministère de la Santé pour obliger le gouvernement à lever le confinement, mais le nouveau décret est sorti la veille, allégeant en partie les restrictions.

L’évaluation de la perte subie par le secteur des transports urbains et interurbains à N’Djamena depuis le 1er janvier 2021, présentée par la Chambre de Commerce, d'industrie, d'agriculture, des mines et d'artisanat du Tchad.
Chambre de Commerce, d'industrie, d'agriculture, des mines et d'artisanat du Tchad.
L’évaluation de la perte subie par le secteur des transports urbains et interurbains à N’Djamena depuis le 1er janvier 2021, présentée par la Chambre de Commerce, d'industrie, d'agriculture, des mines et d'artisanat du Tchad.

La filière bétail en détresse

Un des secteurs les plus touchés par les mesures restrictives au Tchad est la filière bétail. Les éleveurs sont en perte totale depuis le début de la pandémie en février 2020 et le deuxième confinement est venu enfoncer le clou, avoue Ahmat Adoum Aboulfathi, secrétaire exécutif de la Confédération des organisations professionnelles des pasteurs et acteurs de la filière bétail au Tchad (COPAFIB).

«L’interdiction des mouvements d’une zone à une autre a obligé des éleveurs à se concentrer dans des zones bien déterminées, et cette concentration a fait une grande pression sur les ressources naturelles et le pâturage ce qui a causé la famine chez les animaux. Le mélange obligé des différents troupeaux a engendré la propagation de maladies différentes chez les animaux.»
Les éleveurs tchadiens
COPAFIB
Les éleveurs tchadiens

De plus, cette concentration dans une seule zone a provoqué des conflits intercommunautaires et surtout entre agriculteurs et éleveurs. Comme toute l’activité stagne depuis le début de l’année, cela a fait apparaître un nouveau phénomène: des voleurs pourchassent les éleveurs et enlèvent leur bétail, explique Ahmat Adoum Aboulfathi.

«Économiquement c’est très compliqué car les éleveurs tchadiens ont l’habitude d’emmener leur bétail sur les marches des pays voisins, au Nigeria, au Cameroun, au Soudan et en Libye, donc avec les frontières fermées les éleveurs n’arrivent pas à liquider leurs produits, leurs animaux. Les éleveurs ont beaucoup souffert et ça continue.»
La distribution de vivres dans les provinces de Batha et d’Ouddaï par COPAFIB-TCHAD.
COPAFIB-TCHAD
La distribution de vivres dans les provinces de Batha et d’Ouddaï par COPAFIB-TCHAD.

Depuis le début de la pandémie, la Confédération des organisations professionnelles des pasteurs et acteurs de la filière bétail au Tchad a pu mener plusieurs campagnes de sensibilisation et a bénéficié d’un projet financé par la Coopération Suisse. Le principal partenaire de COPAFID est le ministère tchadien de l’Élevage.

Ils ont pu distribuer de l’alimentation pour le bétail et des kits sanitaires aux éleveurs, surtout aux plus vulnérables, et vacciner plus de 5.000 bovins et 6.000 têtes de petit bétail, ajoute Ahmat Adoum Aboulfathi.

Lire aussi:

La Chine présente un prototype de train à sustentation magnétique conçu pour rouler à 620 km/h – vidéos
Il fonce sur les gendarmes dans le Gard en projetant leur véhicule huit mètres plus loin
Six des plus gros avions-cargos au monde filmés simultanément en vol - vidéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook