Afrique
URL courte
Par
150
S'abonner

Un mois après l’annonce par le Nigeria de la réouverture de ses frontières terrestres, fermées en août 2019, le passage au poste de Sèmè-Krakè, limitrophe avec le Bénin, reste toujours bloqué. Préoccupées par la situation, les autorités béninoises usent de la diplomatie pour lever les goulots d’étranglement.

Au poste-frontière de Sèmè-Krakè, commun au Nigeria et au Bénin, c’est toujours le statu quo. Les camions nigérians transportant des marchandises demeurent en stationnement, dans l’incapacité de passer de l’autre côté.

L’annonce faite par Abuja il y a tout juste un mois est donc restée lettre morte. Le 16 décembre 2020 en effet, les autorités nigérianes avaient déclaré la réouverture de quatre postes-frontières –celui de Sèmè-Krakè mais également trois autres limitrophes avec le Cameroun, le Niger et le Tchad. Elles mettaient ainsi fin à 16 mois d’un auto-isolement controversé, justifié à l’époque par la lutte contre la contrebande mais aussi la promotion de la production agricole locale et la recherche d’une autosuffisance alimentaire. 

Marchandises bloquées

Côté béninois, cette réouverture, qui n’en est finalement pas une, préoccupe le gouvernement qui use des couloirs diplomatiques pour en comprendre les raisons et lever les goulots d’étranglement. L’objectif est de permettre aux transporteurs et commerçants du Bénin de retrouver le plus rapidement possible la route de Lagos, la plus grande ville du Nigeria et de l’Afrique.

Le sujet sera inscrit à l’ordre du jour des discussions entre le Président béninois Patrice Talon et son homologue nigérian, Muhammadu Buhari, à l’occasion d’une visite de travail au Nigeria actuellement en préparation, a annoncé à Sputnik le ministre béninois de la Communication et porte-parole du gouvernement Alain Orounla.

«Il a été question de certaines pressions du côté du Nigeria pour que la réouverture ne soit pas effective, mais je crois que le Président de la République va se rendre là-bas pour lever les goulots d’étranglement», a affirmé Alain Orounla.

Certes, ce déplacement n’est pas exclusivement motivé par la résolution de ce problème, affirme le porte-parole, puisqu’il permettra d’évoquer aussi d’autres questions bilatérales. Toutefois, «nous n’allons pas faire comme si ce sujet n’existait pas», a-t-il ajouté.

Avec le Covid, «chaque État fait ce qu’il veut»

Le 7 janvier dernier à Accra au Ghana, la non-effectivité de la réouverture de la frontière de Sèmè-Krakè avait déjà été évoquée par les chefs de la diplomatie des deux pays en marge de l’investiture du Président ghanéen Nana Ado Dankwa Akufo-Addo pour un deuxième mandat de quatre ans.

Le ministre béninois des Affaires étrangères, Aurélien Agbénonci, s’était ainsi plaint à son homologue nigérian Geoffrey Onyeama du fait que les marchandises demeuraient bloquées à la frontière commune de leurs États respectifs, a révélé Jeune Afrique. Le porte-parole du gouvernement du Bénin a affirmé par ailleurs à Sputnik que les autorités de son pays n’avaient rien à se reprocher au sujet de ce blocage qui perdure.

«Il n’y a rien qui bloque du côté du Bénin. Ce sont eux [les Nigérians] qui ont annoncé la réouverture, le Bénin ne leur a pas forcé la main. Le Nigeria est resté sur sa position durant toute une année [16 mois, ndlr] et il a finalement décidé de lâcher du lest», rappelle-t-il.

Le ministre béninois ne semble pas convaincu par la pertinence des motifs évoqués à l’époque par le Nigeria pour justifier la fermeture de ses frontières terrestres, conduisant au blocage des flux commerciaux à l’échelle sous-régionale. «Il n’est pas normal que pour de telles raisons on puisse fermer une frontière entre deux États.»

Il cite en exemple son propre pays qui, nonobstant les conditions sanitaires exceptionnelles liées à la pandémie de Covid-19, n’a pas fait le choix de l’isolement, avant de conclure :

«Maintenant qu’il y a le Covid-19, chaque État fait ce qu’il a envie de faire. Malgré la pandémie, le Bénin a maintenu ses frontières ouvertes partout, à l’est comme à l’ouest. Le Togo, lui, a fermé les siennes.»

Lire aussi:

Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Un sondage donne la personnalité politique préférée des Français
Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Tags:
frontière, fermeture des frontières, Nigeria, Bénin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook