Afrique
URL courte
Par
0 719
S'abonner

L’un des deux Casques bleus grièvement blessés ce vendredi 15 janvier dans l'explosion d'une mine artisanale dans le nord du Mali a succombé dans la soirée à ses blessures, informe la Mission de l'Onu sur place.

Un Casque bleu est décédé vendredi 15 janvier au soir suite à l'explosion dans l'après-midi d'une mine artisanale au passage d'un convoi de l'Onu dans le nord du Mali, a annoncé la Mission de l'Onu au Mali, la Minusma.

«Suite à l'explosion, deux Casques bleus ont été grièvement blessés» et «l'un d'eux a malheureusement succombé à ses blessures durant son évacuation médicale», selon un communiqué de la Minusma reçu vendredi soir.

Il précise que l'incident a eu lieu «vers 15 heures» (heure locale et GMT) «aux environs de Tessalit, dans la région de Kidal». Le deuxième blessé reçoit actuellement les soins appropriés.

D’après la Minusma, lors de la sécurisation du site, un autre engin explosif a été repéré puis neutralisé à proximité du lieu de l’explosion.

C'est le cinquième Casque bleu tué en trois jours au Mali: mercredi, un convoi de l'Onu entre Douentza (centre) et Tombouctou (nord-ouest) avait heurté un ou plusieurs engins explosifs avant d'être la cible de tirs. Quatre Casques bleus ivoiriens étaient décédés.

La Mission de l'Onu au Mali a perdu 146 de ses membres en raison d'actes hostiles depuis son déploiement en 2013; c'est l'opération de l'organisation la plus meurtrière au monde.

Lire aussi:

Navalny: le chevalier blanc des Occidentaux rattrapé par ses propos xénophobes
Les caméras du domicile de Gérard Depardieu, mis en examen pour viols, montrent une rencontre avec une jeune actrice
La Défense russe réagit aux propos du Premier ministre arménien sur les Iskander
Tags:
Casques bleus, Mali
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook