Afrique
URL courte
Par
376
S'abonner

Confrontées depuis plusieurs jours à une explosion sociale, la classe politique et l’opinion publique tunisiennes tentent d’identifier ceux qui se cachent derrière les émeutiers. Une situation inquiétante qui pourrait amener le Président Kaïs Saïed à activer l’article 80 de la Constitution et légiférer par ordonnance, selon un analyste.

Situation explosive en Tunisie. Depuis la nuit du 14 janvier, des émeutes nocturnes ont éclaté dans plusieurs villes du pays pourtant soumis à un couvre-feu à partir de 16h pour cause de crise sanitaire. Les scènes sont généralement les mêmes: des jeunes –souvent mineurs– prennent possession des espaces publics à la tombée de la nuit et n’hésitent pas à affronter les forces antiémeutes.

De nombreux actes de vandalisme et de pillage ont été enregistrés.

L’armée en renfort

Le ministère de l’Intérieur, par la voix de son porte-parole Khaled Hayouni, a fait état de 632 arrestations parmi des groupes de jeunes âgés entre 15 et 25 ans. La situation est telle que l’armée a été appelée en renfort dans plusieurs localités pour assister les unités de la police et de la garde nationale, corps de sécurité équivalent à la gendarmerie. Pour beaucoup de Tunisiens, ces émeutes ont été organisées pour marquer les dix ans de la chute de l’ancien Président Zine el-Abidine Ben Ali, le 14 janvier 2011.

Pour sa part, le Président Kaïs Saïed s’est rendu lundi 18 janvier à Mnilha, quartier populaire de la grande agglomération de Tunis où il a résidé avant son élection, pour rencontrer des jeunes. Sur place, il a demandé à la population de «ne pas se laisser manipuler» par ceux qui encouragent les troubles.

«Je suis conscient de votre situation et je connais les parties qui souhaitent en profiter. Ne leur permettez pas de marchander votre misère. Les jeunes Tunisiens n’ont jamais été des voleurs, mais certaines parties veulent les pousser à le devenir. Ne les laissez pas profiter de vous», a-t-il lancé à la foule venue à sa rencontre.

Adnan Limam, politologue et ancien diplomate tunisien, estime que cette situation était prévisible. «Les observateurs les plus avertis sont même plutôt surpris par le retard pris par cette insurrection», explique-t-il à Sputnik. Pour lui, le «blocage politique» est la première cause de cette explosion sociale.

Kaïs Saïed, Président tunisien élu
© AFP 2021 ANIS MILI Le candidat indépendant à l'élection présidentielle tunisienne Kaïs Saïed
«Ce blocage structurel est le résultat de la Constitution de 2014, que je considère être une véritable calamité pour la Tunisie. Elle a été créée pour ankyloser l’ensemble du régime politique et émietter la représentation parlementaire par le mode de l’élection proportionnelle. Voilà pourquoi aucun parti ne peut avoir la majorité qui peut lui permettre de gouverner. Nous nous retrouvons avec des coalitions parlementaires basées sur des intérêts mercantiles et des petits calculs politiciens», souligne Adnan Limam.

Diarchie

Selon lui, la situation du côté du pouvoir exécutif est tout aussi complexe. «C’est un pouvoir bicéphale avec le Président de la République d’une part et le chef du gouvernement de l’autre. En fait, c’est une diarchie, ce qui signifie que les têtes ont toutes deux des pouvoirs conséquents. Donc au lieu de travailler, elles passent leur temps à s’entre-déchirer.»

Nommé le 25 juillet 2020, le chef du gouvernement Hichem Mechichi était pourtant présenté comme un allié du Président Kaïs Saïed. «Il s’est finalement retourné contre lui et a fini par tisser une alliance avec les islamistes d’Ennahda», commente Adnan Limam. Finalité:

«La situation politique est totalement bloquée alors qu’il y a des attentes de la population dues à la catastrophe économique qui s’est accentuée avec la crise sanitaire du coronavirus.»

Le politologue avoue ne pas savoir qui est derrière ces émeutes. «Les  instigateurs n’ont pas été identifiés. À mon avis, il faut agir par élimination. Ce que nous constatons sur les réseaux sociaux, c’est que les islamistes d’Ennahda et de leurs alliés d’El Karama sont contre ces émeutes. Elles les présentent comme étant le fait de bandes de pilleurs, soit la rhétorique habituelle de ceux qui sont installés confortablement au sein de la sphère politique gouvernante», note-t-il.

Adnan Limam estime qu’une simple analyse de la situation permet de dire que le Président tunisien peut profiter de l’occasion pour imposer des changements politiques. «Ceux qui ont soutenu Kaïs Saïed pensent que c’est une opportunité de voir enfin le Président bouger, lui qui a été inactif depuis le début de son mandat.» Il considère que le chef de l’État tunisien pourrait agir deux façons: proposer au Parlement des réformes politiques ou bien activer l’article 80 de la Constitution qui lui permet de légiférer par ordonnance.

«Il y a peu de chances que le Parlement accepte d’adopter une révision constitutionnelle. Donc la première option est à écarter. Par contre, le Président a tout intérêt à actionner l’article 80 de la Constitution de janvier 2014. Cette disposition lui permet de légiférer par ordonnances en cas de péril imminent menaçant l’intégrité nationale et entravant le bon fonctionnement des institutions.»

L’article 80 précise que l’action du Président durant cet état d’exception «est dûment contrôlée par la Cour constitutionnelle qui décide également du maintien de cette situation. Sauf que cette cour n’a toujours pas été installée. C’est ce qui rend cette option plus avantageuse pour lui», poursuit Adnan Limam.

Kaïs Saïed ira-t-il jusqu’à activer cette disposition constitutionnelle qui lui conférera un large pouvoir? Les prochains jours nous le diront.

Lire aussi:

Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Un sondage donne la personnalité politique préférée des Français
Tags:
Constitution, troubles à l'ordre public, émeutes, gouvernement, Kais Saïd, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook