Afrique
URL courte
Par
652
S'abonner

Le 16 janvier 2001, l’ancien Président congolais Laurent-Désiré Kabila tombait sous les balles de l’un de ses gardes personnels. Aujourd’hui, en dépit d’un procès médiatisé qui a mené à la condamnation de plusieurs individus, le mystère sur sa mort demeure. Analyse pour Sputnik du chercheur Patrick Mbeko.

Le 16 janvier 2001, des coups de feu retentissent au Palais de Marbre, la résidence officielle du chef de l’État congolais située au cœur de Kinshasa. Le Président Laurent-Désiré Kabila, le tombeur du maréchal Mobutu, s’effondre et rend l’âme quelques minutes plus tard.

Le soir même de l’assassinat, onze ressortissants libanais sont exécutés dans la capitale congolaise et plusieurs autres individus, soupçonnés d’avoir pris part au complot, sont appréhendés. À l’issue d’un procès très médiatisé qui s’est tenu dans la prison centrale de Makala, à Kinshasa, la Cour d’exception militaire condamne plusieurs personnes pour le meurtre du chef de l’État congolais, les unes à la peine capitale, les autres à de longues années d’emprisonnement. Malgré ces sanctions, le mystère plane toujours sur l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila, intervenu 40 ans jour pour jour après le meurtre de Patrice Émery Lumumba.

L’homme qui devait mourir

Sans le soutien actif d’une constellation de pays, d’individus et d’intérêts, Laurent-Désiré Kabila, qui a combattu pendant des décennies le pouvoir du maréchal Mobutu, ne serait sûrement jamais arrivé à la tête de l’État. En 1996, le Rwanda et l’Ouganda, qui planifiaient d’intervenir militairement au Zaïre (actuelle RDC) avec la bénédiction des États-Unis, ont fait appel à l’ancien maquisard pour prendre part à l’aventure. Il a le bon profil: il est Zaïrois et combat Mobutu depuis plus de trente ans. Aux yeux des Rwandais, des Ougandais et de leur parrain américain, Laurent-Désiré Kabila est la caution politique, le visage congolais de l’expédition militaire étrangère qui se prépare au Rwanda pour renverser le Président Mobutu.

En octobre 1996, l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Zaïre (AFDL) voit le jour à Kigali. Laurent-Désiré Kabila en est le porte-parole mais le mouvement est essentiellement contrôlé par des officiers rwandais et ougandais. En échange du soutien que lui apportent ses parrains, il s’engage à leur laisser un libre accès aux concessions minières du Zaïre une fois au pouvoir.

Pendant l’avancée de l’AFLD vers Kinshasa, des compagnies minières en provenance des États-Unis signent des contrats de plusieurs centaines de millions de dollars avec le mouvement rebelle dans les zones passées sous son contrôle. Laurent-Désiré Kabila n’est même pas encore le maître du pays qu’il est courtisé par les grands intérêts capitalistes nord-américains. Mais une fois au pouvoir, le vieux maquisard se débarrasse de ses oripeaux de marionnette pour revêtir son costume de révolutionnaire d’autrefois. Il pratique le devoir d’ingratitude à l’égard de ceux qui l’ont fait roi en renvoyant les troupes rwandaises chez elles, tout en annulant plusieurs contrats miniers signés avec les firmes états-uniennes. Son refus de respecter l’entente conclue avec ses parrains de l’Est sera à la base de la deuxième guerre d’agression dont la RDC sera victime dès août 1998, mais aussi des tentatives d’assassinat dont il fera l’objet.

En août 1999, des espions britanniques soupçonnés de vouloir aider la nouvelle rébellion mise en place par les Rwandais sont arrêtés à Kinshasa. Quelque temps après, les autorités congolaises appréhendent à Lubumbashi des citoyens américains (qui sont en réalité des commandos) chargés d’éliminer le Président congolais. À Harare, au Zimbabwe, trois espions suspectés de vouloir mener des actions subversives contre le pouvoir de Kinshasa sont interpellés. Des proches du Mzee (surnom donné à Kabila qui signifie «sage» en swahili) ont confié à l’auteur de ces lignes que celui-ci était devenu paranoïaque en raison des complots dont il était l’objet. Et le 16 janvier 2001, Laurent-Désiré Kabila est assassiné dans son bureau.

Qui a tué Laurent-Désiré Kabila?

Selon la version officielle, l’assassin serait l’un de ses gardes du corps, Rashidi Mizele Kasereka, un enfant soldat. Ce dernier aurait, semble-t-il, mal vécu l’exécution quelques jours plus tôt de leur leader Anselme Masasu Nindaga, ancien compagnon de Laurent-Désiré Kabila au sein de l’AFDL. Le meurtrier ayant été abattu à son tour lors de sa fuite par le colonel Eddy Kapend, aide de camp du chef de l’État congolais, on n’en saura pas plus. Le procès qui s’est tenu devant la Cour militaire d’exception n’a pas non plus permis de connaître la vérité sur ce qu’il s’était vraiment passé. Sur les quelque 115 prévenus accusés d’être impliqués dans l’assassinat du tombeur de Mobutu, 32 ont été condamnés à mort (peine non exécutée) et 26 à la perpétuité.

De l’avis de nombreux observateurs, il s’est agi d’un procès politique. Monseigneur Laurent Monsengwo, le tout-puissant patron de l’église catholique du Congo à l’époque, a demandé la libération des personnalités civiles et militaires condamnées lors de ce procès. L’ancien ministre de la Justice Mwenzé Kongolo, compagnon de route de Laurent-Désiré Kabila, s’est lui aussi prononcé en faveur de la libération des condamnés.

«Les véritables assassins sont en liberté. Ceux qui ont été condamnés dans cette affaire sont innocents. Voilà ce qui énerve!», a-t-il déploré.

Dans son jugement, la Cour d’ordre militaire avait recommandé de compléter les enquêtes, soulignant que le procès n’était pas abouti. Cependant, les autorités congolaises ont toujours refusé d’envisager la réouverture du procès. Interrogé sur la question en mars 2007, Joseph Kabila, qui a succédé à son père, a balayé l’idée d’un réexamen du dossier ou d’une amnistie.

Au-delà du flou qui caractérise la version officielle, une chose est sûre: plusieurs acteurs en voulaient à Laurent-Désiré Kabila: les Américains et leurs poulains rwandais, des Congolais déçus, des anciens Mobutistes, des intérêts miniers étrangers, des diamantaires libanais se sentant lésés, etc. Même les alliés du chef de l’État congolais –l’Angola et le Zimbabwe– ont été soupçonnés d’avoir pris part, du moins indirectement, au complot. Selon la journaliste belge Colette Braeckman, les États-Unis auraient débloqué la somme de 36 millions de dollars afin de soutenir divers milieux (en Belgique, en France, en Allemagne, en Afrique du Sud et dans les deux Congo) impliqués dans les tentatives d’assassinat. D’ailleurs, au lendemain du meurtre, l’attachée militaire de l’ambassade américaine à Kinshasa, la colonelle Sue Ann Sandursky, a été ramenée en voiture diplomatique blindée jusqu’au pied de l’avion qui devait l’évacuer d’urgence. Les enquêteurs congolais ont retrouvé sa carte de visite dans les poches du fameux Rashidi Mizele Kasereka.

Un ancien agent du renseignement rwandais a affirmé devant la justice espagnole que le Rwanda était impliqué dans l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila. D’ailleurs, les services secrets ougandais, proches des Rwandais, ont été les premiers à annoncer la nouvelle de la mort de l’ancien Président congolais.

«Certains complices sont encore à Kinshasa aujourd’hui même...», ont affirmé deux personnalités congolaises interrogées par l’auteur de ces lignes.

Des noms? Craignant d’être écoutés par les «grandes oreilles» congolaises, les interlocuteurs ont préféré changer de sujet...

Le témoin Eddy parlera-t-il?

Le colonel Eddy Kapend, l’aide de camp de Laurent-Désiré Kabila, fait partie des personnes qui ont été condamnées à mort dans le cadre du procès lié à l’assassinat de l’ex-Président. La justice militaire congolaise lui reproche d’avoir abattu le meurtrier pour effacer les traces du crime. Mais l’ancien officier supérieur a toujours clamé son innocence.

En juillet 2020, il a vu sa peine commuée en une condamnation de servitude pénale à perpétuité. Cette décision a été prise après des négociations entre le nouveau chef de l’État congolais Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila. Ayant bénéficié ensuite d’une mesure de grâce présidentielle début janvier 2021, Eddy Kapend a retrouvé la liberté après avoir passé 20 ans en prison. 23 autres personnes condamnées comme lui ont également été libérées.

Depuis, l’opinion congolaise attend que l’ancien colonel livre sa version des faits sur l’assassinat de son ex-patron. Mais rien n’indique qu’il le fera, du moins pour le moment. Les enjeux liés à cette affaire sont très sérieux et hautement sensibles pour prendre un tel risque, répètent toutes les personnes interrogées à ce propos. «Il sait qu’il ne peut s’aventurer sur ce terrain-là maintenant», a déclaré sous le couvert de l’anonymat un haut gradé des FARDC (Forces armées congolaises) à la retraite. Fait pour le moins curieux: des individus liés aux services du renseignement français ont tenté à plusieurs reprises d’obtenir la libération d’Eddy Kapend par le passé. Pourquoi? Le mystère reste entier.

Pour l’heure, on commémore le 20e anniversaire de l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila en se contentant de la version officielle de sa mort. Rouvrir ce dossier, c’est prendre le risque de mettre à nu un complot aux ramifications multiples. C’est ouvrir une boîte de Pandore que bien des gens, en RDC comme à l’étranger, souhaiteraient garder fermée. Comme pour dire que la vérité sur l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila ne sera pas connue de sitôt...

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Castex: «Il faut tout faire pour retarder le confinement»
«Sur les plans diplomatique et militaire, l’UE ne peut absolument pas être prise au sérieux»
Ces départements français sous «surveillance renforcée»
Tags:
alliance, procès, meurtre, Mobutu, Laurent-Désiré Kabila, République démocratique du Congo (RDC)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook