Afrique
URL courte
Par
8541
S'abonner

La Russie et le Zimbabwe ont signé en 2014 un accord pour l'exploitation d'un gisement de platine à la mine de Darwendale. En 2021, la Russie étudie la possibilité de financer ce projet à hauteur de plus de 650 millions de dollars, confie à Sputnik le Centre d'exportation russe.

En 2020, la Russie a exporté dans le monde pour plus de 160 milliards de dollars. Un chiffre record pour le pays malgré toutes les complications liées à la pandémie. L’année 2021 se prépare pleine de projets et d’investissements, dont une grande partie se trouve sur le continent africain.

650 millions de dollars pour le platine zimbabwéen

En 2014, la Russie avait signé un accord important avec le Zimbabwe pour l'exploitation d'un gisement de platine à la mine de Darwendale, située à 70 kilomètres au nord-est de la capitale Harare. L'accord a été signé par le ministre des Affaires étrangères Lavrov et l’ancien chef d’État Mugabe.

Le gisement de Darwendale est l'un des plus importants du monde avec des réserves prouvées de 19 tonnes de platine et de 755 tonnes de métaux du groupe du platine (MGP). Cette année, la Russie se prépare à relancer ce projet, confirme à Sputnik la direction du Centre d’exportation russe.

«Nous étudions la possibilité de financer un projet de développement du site platine de Darwendale, au Zimbabwe. Vi Holding est la compagnie qui représente la partie russe. Le budget total du projet est estimé à plus de 650 millions de dollars.»

L'opération n'avait pas progressé depuis la signature de l’accord initial en 2014. En 2019, Polite Kambaruma, ministre adjoint zimbabwéen des Mines, avait annoncé que l’accord avait enfin été finalisé et que «les Russes sont prêts à venir sur le terrain».

Coopération avec les pays subsahariens

La direction du Centre d’exportation russe précise que 2020 a été nulle en activité puisque certains pays africains avaient fermé leurs frontières à cause de la situation sanitaire et que toute coopération économique avait été suspendue. Mais, en 2021, il faut s’attendre à une grande relance.

«Nous coopérons activement avec les pays subsahariens. Du point de vue des secteurs, il s'agit principalement de la fourniture d'engrais, de céréales et d'huile et de produits gras, de la métallurgie. Nous discutons d'un certain nombre de projets d'envoi d'équipements, puis d’un certain nombre de projets d'investissements auxquels les entrepreneurs russes participeront.»

Relever l’économie du Zimbabwe

Le Zimbabwe est le troisième producteur mondial de platine après l'Afrique du Sud et la Russie, tous ces accords en cours et en vue devraient permettre au Zimbabwe d’atténuer enfin la crise économique dans laquelle le pays est plongé depuis plusieurs années.

Le manque de capitaux étrangers pèse sur le Zimbabwe, qui a du mal à relever son économie. Parmi les solutions à sa disposition, Harare propose l’introduction en bourse de la société gérant les actifs miniers du pays. Avec cette introduction sur la nouvelle bourse locale (VFEX) de l’entreprise publique Kuvimba Mining House, le gouvernement d’Emmerson Mnangagwa envisage de lever des fonds, par la cession d’une partie de ses actions. L’objectif affiché par cette introduction en bourse est d’arriver à mettre fin à la crise.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
Zimbabwe, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook