Afrique
URL courte
Par
2222
S'abonner

Pas moins de 250.000 entreprises, 230.000 agriculteurs et 50.000 artisans ont été sauvés de la faillite en Tunisie grâce à un prêt de 180 millions d’euros accordé par la Banque africaine de développement qui publie une vidéo exposant le bilan de son plan d’aide anti-Covid à ce pays.

La Banque africaine de développement (BAD) annonce avoir sauvé près d’un quart de million d’entreprises tunisiennes dans le cadre de son plan d’aide anti-Covid au pays du jasmin.

En effet, dans une vidéo publiée sur Vimeo, la BAD informe qu’elle «a accordé un prêt de 180 millions d’euros à la Tunisie» pour la soutenir dans sa lutte contre l’épidémie, permettant «de sauver 250.000 entreprises de la faillite» et de placer le pays sur le rail d’une reprise économique rapide.

Des agriculteurs et des artisans sauvés

Ainsi, les flux de trésorerie apportés par la BAD à l’économie tunisienne ont aidé à «préserver les emplois de 230.000 petits agriculteurs et 50.000 travailleurs indépendants frappés par le confinement», précise Yacine Fal, directrice générale adjointe de la banque pour l’Afrique du Nord.

En juin 2020, lors d’un entretien avec le média L’Économiste maghrébin, le ministre de l’Industrie et des PME Salah Ben Youssef avait déclaré que «les impacts de l’épidémie de Covid-19 seront davantage évalués dans les prochains six mois», soulignant que les études prospectives prévoyaient une baisse de la croissance de 6,8%, au lieu des 4,6% annoncés auparavant. Et «ça pourrait être plus», avait-il prévenu. Le ministre alertait également qu’environ «270.000 emplois» étaient menacés en raison du nombre important d’entreprises touchées par la crise du coronavirus.

Lire aussi:

Deux voyous filmés alors qu’ils incendient une voiture de police à Mulhouse - vidéo
Ivan Rioufol: «le discours totalement anxiogène» du gouvernement sur le Covid-19 a «abruti» les Français - vidéo
La photo d’un repas proposé dans un Ehpad du Finistère fait polémique
Tags:
Banque africaine de développement (BAD), petites entreprises, Tunisie, crise économique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook