Afrique
URL courte
Par
3181
S'abonner

À l’occasion de la journée mondiale de lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF) célébrée samedi 6 février, la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant Bakayoko-Ly Ramata a lancé un appel à la solidarité et à la vigilance pour que les MGF soient «reléguées aux oubliettes en Côte d’Ivoire».

La journée mondiale de lutte contre les mutilations génitales féminines a été célébrée ce 6 février. Cette année, le thème était «Aucune excuse pour l’inaction mondiale: unissons-nous, finançons, agissons».

La ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant ivoirienne Bakayoko-Ly Ramata a adressé ses remerciements et ses encouragements au gouvernement, aux organisations de la société civile, aux institutions nationales et internationales, aux leaders communautaires et guides religieux qui œuvrent avec abnégation en vue d’éliminer toutes les formes de violences faites aux femmes et aux filles, et en particulier les MGF.

«J’encourage les acteurs susmentionnés à apporter leur contribution à la mise en œuvre du plan national de promotion de l’abandon des mutilations génitales féminines. Ensemble, disons non aux MGF. Engageons-nous et agissons ensemble, ici et maintenant, pour la tolérance zéro face aux mutilation génitales féminines», a-t-elle lancé.

Le rapport de L’Unicef intitulé «Mutilation génitale féminine/excision: une préoccupation mondiale» publié en 2016 estime que plus de 200 millions de jeunes filles et de femmes, toujours en vie, ont été victimes de mutilations sexuelles pratiquées dans 30 pays d’Afrique, du Moyen-Orient et de l’Asie.

En Côte d’Ivoire, les plateformes multisectorielles de lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant ont déjà enregistré dix cas de MGF pour le seul mois de janvier 2021, contre 54 cas recensés de 2018 à 2020, a révélé la ministre Bakayoko-Ly Ramata. Face à cette situation préoccupante, la conjugaison des efforts de tous est souhaitée pour répondre aux attentes de l’humanité, a-t-elle exhorté.

«Pour ce qui est de notre pays, les résultats de l’enquête à indicateurs multiples 2016 (MICS5), intitulée "Situation des femmes et des enfants en Côte d’Ivoire", indiquent que 36,7% des femmes ont subi une MGF, avec des disparités importantes dans certaines régions comme l’Ouest (62,1%), le Nord-Ouest (75,2%) et le Nord (73,7%)», a-t-elle précisé.

Elle a aussi souligné que le Président de la République Alassane Ouattara s’était engagé à œuvrer pour l’élimination de toutes les formes de violence basées sur le genre. Ainsi, outre la loi n°98-757 du 23 décembre 1998, réprimant les mutilations génitales féminines dont les dispositions ont été intégrées dans le Code pénal de 2019 (art 398), la Côte d’Ivoire s’est dotée d’un plan national de promotion de l’abandon des mutilations génitales féminines.

Les mutilations génitales féminines ont pour conséquence les infections à VIH/ SIDA, l’hémorragie, le traumatisme psychologique, des troubles mentaux et des risques de complications au cours des grossesses et des accouchements pouvant parfois déboucher sur la mort.

Lire aussi:

La France signale plus de 22.000 nouveaux cas de Covid-19, soit le 4e jour consécutif de hausse
Martine Wonner affirme à tort que la Garde républicaine a démissionné et ne veut plus protéger Macron
Olivier Véran explique quand le gouvernement mettra fin au pass sanitaire
Tags:
lutte, mutilation génitales féminines, Côte d'Ivoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook