Afrique
URL courte
Par
4913
S'abonner

Les autorités algériennes ont informé ce mardi 9 février l’Organisation mondiale de la santé animale de l’apparition d’un foyer de grippe aviaire de type H5N8 «hautement pathogène» dans le nord-est du pays, indique une note publiée par l’instance sur son site. Des mesures ont été prises contre la propagation de la maladie.

Dans une alerte publiée sur son site officiel, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) annonce la découverte d’un foyer de grippe aviaire de type H5N8, dans le nord-est de l’Algérie.

Selon l’OIE, c’est le directeur des services vétérinaires auprès du ministère algérien de l’Agriculture et de Développement rural, Ahmed Chawki Karim Boughalem, qui a lui-même transmis mardi 9 février les données épidémiologiques concernant ce foyer grippal «hautement pathogène», découvert dans une ferme de la ville d’Aïn Fakroun, dans la wilaya (région) d’Oum El Bouaghi.

L’organisation mondiale indique qu’il «s’agit d’un élevage de poules pondeuses de 29 semaines ayant présenté des signes cliniques évocateurs de l’influenza aviaire [type H5N8, ndlr]», précisant que 50.000 volailles étaient mortes de la maladie et que 1.200 avaient été abattues.

Que faut-il savoir sur le virus H5N8?

Dans un article publié en janvier 2021, le site Natura-Sciences assure que le virus H5N8 «n’est pas transmissible à l’homme comme le virus H5N1».

«Tous deux sont des virus de la grippe A, mais le H5N8 est le virus qui provoque l’influenza aviaire, le H5N1 provoque pour sa part la grippe aviaire», ajoute-t-il, précisant que «les scientifiques parlent de virus épizootique pour le H5N8, de zoonotique pour le H5N1».

Le virus H5N8 est doté d’une vitesse de propagation vertigineuse. En effet, dès qu’une volaille tombe malade et commence à présenter des symptômes, «le taux de mortalité avoisine rapidement les 100%».

Ainsi, «plus vite on tue les animaux au début de l’apparition des symptômes, mieux c’est en matière de bien-être animal car ce sont des maladies qui font énormément souffrir les animaux», déclare le Dr Gilles Salvat, avertissant que «si on laissait le virus courir dans un élevage contaminé, ils mourraient presque tous en quelques jours».

Les autorités sanitaires réagissent

Face à l’apparition de cette épidémie aviaire, les autorités vétérinaires algériennes ont pris des mesures d’urgence pour la contenir et éviter sa diffusion partout dans le pays.

Ainsi, selon l’Organisation mondiale de la santé animale, les autorités ont pris de nombreuses mesures de restriction des déplacements à l’intérieur du pays.

Elles ont notamment renforcé «la surveillance à l’extérieur de la zone de confinement ou de protection, la surveillance à l’intérieur de la zone de confinement ou de protection, la destruction des carcasses, des sous-produits et des déchets». Ceci, en plus de «l’abattage sanitaire et [du] contrôle de la faune sauvage réservoir de l’agent pathogène».

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Togo: surpris en train de profaner une tombe, un «féticheur» a été brûlé vif
Tags:
grippe aviaire, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook