Afrique
URL courte
Par
3517
S'abonner

Le conseiller consulaire des Français de Tunisie et de Libye, Michel Zucchero, raconte dans un message publié sur Facebook les raids des pilleurs de marbre qui ont dernièrement pris pour cible le cimetière chrétien du Borgel, à Tunis. Il implore les autorités d’agir contre ce fléau.

Dans un message accompagné de photos posté sur Facebook, le conseiller consulaire des Français de Tunisie et de Libye, Michel Zucchero, dénonce le pillage du marbre des tombes du cimetière chrétien du Borgel, à Tunis, appelant les autorités à sévir contre ces pratiques qui n’épargnent aucune «confession».

«Nous sommes hélas habitués aux différentes rapines, exactions, visant les cimetières en Tunisie», écrit-il, déplorant qu’«aucune confession n'est épargnée par ces tristes individus».

«Un nouveau mode opératoire»

Selon M.Zucchero, «un nouveau mode opératoire est apparu, ces jours derniers au cimetière chrétien du Borgel […] sous forme de mini raids visant le marbre recouvrant les sépultures».

Il estime que «le but évident semble le vol, mais ces agissements n'ont réussi qu'à briser les plaques dont ils espéraient, sans doute, un petit profit».

Les voleurs n’ont ainsi pas réussi à dépouiller les sépultures de tout leur marbre, mais ils ont provoqué «la désolation des familles concernées, d'autant plus pour celles qui sont éloignées [notamment en France, ndlr]».

Enfin, le conseiller consulaire des Français de Tunisie et de Libye rappelle que la loi tunisienne «entend que toute dégradation de monument funéraire constitue une profanation de sépulture». Et de conclure: «Puissent les autorités compétentes s'y référer».

Lire aussi:

Deux voleurs s’accroupissent derrière un caddie pour se cacher de la police à Toulouse
Un policier renversé et projeté au sol après avoir voulu contrôler un individu à motocross à Lyon
Un sous-marin US était prêt à couler des navires russes au large de la Syrie en 2018, selon Fox News
Le prototype Starship de SpaceX réussit son atterrissage, puis explose
Tags:
profanation, cimetière, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook