Afrique
URL courte
Par
181
S'abonner

Au Togo, la société civile et l’opposition reviennent à la charge concernant la libération des détenus arrêtés lors de manifestations politiques ces dernières années. Un mémorandum vient d’être adressé au Président Faure Gnassingbé à qui il a été demandé de faire un geste de magnanimité au nom de la paix sociale.

25 organisations de la société civile togolaise et dix partis politiques regroupés au sein d’un Comité pour la libération de tous les prisonniers politiques du Togo (créé en 2020) ont adressé ce 16 février un mémorandum au Président Faure Gnassingbé et au gouvernement. Ils leur demandent de relaxer, au nom de la paix et de la réconciliation nationale, 97 Togolais qualifiés de «détenus politiques».

Ces prisonniers avaient été arrêtés, détenus, torturés, voire condamnés pour certains pour avoir participé à des manifestations de l’opposition depuis 2017. Selon ces organisations, ils ne méritent pas de continuer à croupir en prison au moment où un nouveau dialogue s’instaure entre l’opposition et le gouvernement dans la perspective des élections régionales prévues dans le courant de cette année 2021.

Le coordonnateur du comité David Dosseh a confié à Sputnik ses revendications:  

«Nous attendons du chef de l’État qu’il examine la question de ces prisonniers politiques avec toute l’attention requise, pour que ces personnes qui sont, de notre point de vue, en détention arbitraire soient libérées et qu’elles reprennent une vie normale.»

Ce mémorandum est adressé directement au chef de l’État parce que, précise David Dosseh, il y a trop de dysfonctionnements dans le système judiciaire togolais pour laisser espérer la libération de ces prisonniers par cette voie.

«Si la justice togolaise était une justice digne de ce nom, toutes les personnes actuellement en détention pour avoir participé à des manifestations politiques seraient déjà libérées. Ce qui n’a jamais été le cas. Donc seul le Président Faure Gnassingbé peut les faire relâcher. Nous en appelons à sa magnanimité pour qu’il trouve la forme qui convient et qu’il fasse libérer ces gens. Il y a eu suffisamment de douleurs, suffisamment de larmes et de pertes en vies humaines. Il faut que cela cesse», a-t-il ajouté.

Au moins cinq prisonniers inscrits dans le répertoire du comité sont déjà morts en détention ces derniers mois, selon le mémorandum.

Le pouvoir botte en touche

Le sujet des détenus politiques est très délicat depuis quelques années dans les relations entre le pouvoir et l’opposition. Et la question qui revient toujours, c’est justement de savoir s’il en existe réellement dans les prisons togolaises.

Mme Kouigan Yawa est la secrétaire générale adjointe chargée de la communication du parti Unir, la formation au pouvoir dont Faure Gnassingbé est également le président. Interrogée pour avoir le point de vue du parti sur le mémorandum et l’appel du Comité pour la libération de tous les prisonniers politiques adressé chef de l’État, elle a esquissé une fin de non-recevoir.

«Je crois que l’appel n’est pas adressé à notre parti. Je pense aussi qu’il est pertinent de relever que cet appel ne sera étudiable ou ne donnera lieu à réflexion que si la catégorie de détenus à laquelle il se réfère [les prisonniers politiques, ndlr] existe», a-t-elle indiqué au téléphone à Sputnik.

Contacté par Sputnik, le gouvernement n’a pas non plus souhaité s’exprimer sur le sujet.

«Pas de prisonniers politiques au Togo»

Interrogé néanmoins en décembre 2020 sur la même question par Republicoftogo, un média local en ligne, Christian Trimoua, le ministre des Droits de l’homme chargé des relations avec les institutions de la République et porte-parole du gouvernement, a clairement affirmé qu’il n’y avait pas de prisonniers politiques au Togo.

«Le Code pénal n’a pas d’orientation politique. Et je dois ajouter qu’il n’y a aucun détenu politique au Togo», a-t-il déclaré.

Nathaniel Olympio, président du Parti des Togolais, une petite formation de l’opposition, qui a également lancé en janvier sur les réseaux sociaux une campagne pour la libération des détenus politiques, s’insurge.

«Quand on arrête des gens dans le cadre de leurs activités politiques, ce sont des prisonniers politiques. C’est aussi simple que cela», déclare-t-il à Sputnik.

Cette campagne, qui consistait à se faire prendre en photo avec un écriteau indiquant le nom d’un détenu et en appelant à sa libération, n’avait pas connu de réel succès. Mais l’objectif affiché était le même que celui du présent mémorandum, à savoir «obtenir de Faure Gnassingbé un non-lieu pour tous les détenus arrêtés dans le cadre des manifestations politiques au Togo depuis 2017».

Les mobilisations de 2017 et 2018 au Togo avaient pris naissance pour exiger des réformes institutionnelles et notamment la limitation à deux le nombre de mandats présidentiels, à l’image de ce qui était inscrit dans la Constitution de 1992. Au pouvoir depuis 2005 quand il a succédé à son père, l’actuel chef de l’État a entamé en 2020 son quatrième mandat consécutif.

Lire aussi:

Natacha Polony: «Il y a eu un recul des libertés individuelles et publiques depuis un an qui est majeur» - vidéo
Nicolas Maduro lance un ultimatum à l’Union européenne
Blessé par balle en pleine rue, le rappeur Crim’s en pronostic vital engagé dans le Val-de-Marne
Tags:
Faure Gnassingbé, détenus politiques, libération, Togo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook