Afrique
URL courte
Par
1714
S'abonner

«J’ai vu des rassemblements dans différentes villes ces derniers jours et j’ai surtout vu très peu de gens porter le masque lors de ces rassemblements», constate le Pr Mohamed Belhocine, dans un entretien à TSA. Il met en garde les Algériens contre une «super-propagation» du Covid-19 à cause du non-respect des consignes d’hygiène.

Le 22 février, plusieurs villes algériennes ont vu le retour des manifestations du Hirak à l’occasion de son deuxième anniversaire. Alors que le pays a enregistré ces dernières semaines une nette amélioration en termes du nombre d’infectés au Covid-19, le Pr Mohamed Belhocine, membre du Comité scientifique en charge du suivi de l’épidémie tire la sonnette d’alarme quant au risque d’une «super-propagation» du virus au vu des négligences constatées durant les marches populaires. En effet, dans un entretien accordé au site d’information Tout sur l’Algérie (TSA), il appelle les Algériens à une plus grande vigilance notamment dans le contexte de l’apparition de mutants du Covid-19.

«J’ai vu des rassemblements dans différentes villes ces derniers jours et j’ai surtout vu très peu de gens porter le masque lors de ces rassemblements», avertit le Pr Belhocine. «Honnêtement, ça crée toutes les conditions de super-propagation», met-il en garde, expliquant qu’«un événement où beaucoup de gens sont rassemblés sans être protégés tout en parlant et criant fort» ne peut que favoriser la résurgence de la maladie. «Il faut se rappeler que c’est un virus qui est d’abord à transmission aérienne», souligne-t-il.

Quid de la situation actuelle?

S’exprimant sur l’amélioration de la situation épidémiologique dans le pays, le Pr Belhocine affirme que «c’est réjouissant», ponctuant, néanmoins, que malgré cela «chaque nouveau cas déclaré signifie qu’il y a une chaîne de transmission du virus quelque part».

«Je souhaite vivement que nous ne payions pas ces comportements [durant les rassemblements, ndlr] par une flambée épidémique importante dans les jours ou semaines qui viennent», déclare-t-il.

«J’en appelle véritablement à la vigilance et à l’observation par nos citoyens du port du masque et à un minimum de respect de la distanciation physique», lance-t-il.

Pourquoi la fermeture des frontières?

Alors que des centaines d’Algériens crient leur ras-le-bol contre les restrictions touchant les vols internationaux, le gouvernement algérien a annoncé à nouveau la fermeture totale des frontières dans le but de parer l’arrivée de nouveaux mutants du coronavirus dans le pays.

Ainsi, le Pr Belhocine estime que «la fermeture des frontières nous a probablement protégés d’importations de nouveaux cas et donc de vagues plus importantes de flambées épidémiques chez nous».

«Maintenant, avec l’apparition des mutants en particulier britannique et sud-africain qui semble-t-il ont des capacités à se transmettre beaucoup plus importantes que la souche d’origine, il devient impérieux de se protéger autant que faire ce peu et le plus longtemps possible de l’un ou de ces deux mutants chez nous», explique-t-il.

Actuellement, moins de 200 cas d’infection confirmés sont enregistrés par jour en Algérie, selon les derniers bilans officiels. Depuis le début de la maladie en février 2020, l’Algérie a enregistré un total de 112.461 cas d’infection au Covid-19 dont 77.537 ont guéri et 2.970 sont décédés.

Lire aussi:

«Pas de ministres, pas d’hommes politiques»: Pierre-Jean Chalençon s’explique après sa garde à vue
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Tags:
coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, manifestation, Hirak, Alger
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook