Afrique
URL courte
Par
4512
S'abonner

La campagne de vaccination contre le Covid-19 a démarré au Togo avec les agents de santé qui ont reçu les premières doses du vaccin d’AstraZeneca. À l'heure où ce vaccin suscite des craintes dans certains pays européens, le ministre togolais de la Santé a affirmé à Sputnik qu'aucune complication n'a été recensée dans le pays pour le moment.

Au Togo, la première phase de la campagne de vaccination contre le Covid-19 a démarré ce jeudi 11 mars 2021 avec les agents de santé considérés par les autorités comme prioritaires.

Au total, 12.000 agents de santé issus de 7.200 centres de santé publique sur l’ensemble du pays, sans compter ceux du privé et confessionnel dont le nombre n’est pas officiellement dévoilé, seront vaccinés au cours de cette première phase de la campagne avec le vaccin d’AstraZeneca, homologué d’urgence le 15 février 2021 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

156.000 doses de ce vaccin ont été réceptionnées au Togo le 7 mars grâce à l’initiative Covax, mise en place par l’OMS et son partenaire l’Alliance du vaccin (GAVI), dans le but de favoriser un accès mondial et équitable à ces solutions contre le Covid-19.

En deux ou trois jours

Au CHU Sylvanus Olympio (SO) où Sputnik a constaté le déroulement de la vaccination, c’est un peu plus de 1.600 agents de santé qui sont concernés par la campagne.

Pour une meilleure organisation, l’administration y a installé quatre points de vaccination.

Vue d’un point de vaccination au CHU SO
© Sputnik . Alphonse Logo
Vue d’un point de vaccination au CHU SO
«L’objectif pour nous était de faire le moins de regroupements possible. Et pour cause, les personnes à vacciner sont nombreuses, et nous voulons vacciner tout le monde en deux ou trois jours», a expliqué à Sputnik, le médecin colonel Adom Wiyoou Kpao, directeur du CHU Sylvanus Olympio de Lomé.

Pour garantir la continuité du service aux malades de ce centre de référence, précise le directeur du CHU SO de Lomé, «chaque agent est programmé et orienté vers un point, suivant un planning qui prend en considération les horaires de travail».

Par ailleurs, les agents de santé rencontrés au CHU Sylvanus Olympio ont affirmé qu’ils y ont pris part de leur plein gré.

«Nous avons été informés sur l’importance de ce vaccin pour nous agents de santé. C'est alors que j’ai pris la décision de venir me faire vacciner. Je ne crois pas que quelqu’un parmi nous ici pourrait dire le contraire», a confié à Sputnik un agent de santé après s'être fait vacciner.

Un agent de santé en train de se faire vacciner au CHU SO
© Sputnik . Alphonse Logo
Un agent de santé en train de se faire vacciner au CHU SO

«Je suis venue me faire vacciner pour me protéger et protéger les malades avec lesquels je suis en contact. En les approchant, je ne sais pas s’ils sont malades ou non. Donc autant me protéger puisque les malades ne peuvent pas se faire vacciner», précise à Sputnik une infirmière.

Un autre agent de santé en train de se faire vacciner au CHU SO
© Sputnik . Alphonse Logo
Un autre agent de santé en train de se faire vacciner au CHU SO

Baya Lawo est un technicien de laboratoire au CHU SO. Il dit être confiant quant au choix du vaccin et à la démarche des autorités togolaises.

«C’est un vaccin validé par des laboratoires reconnus, donc je n'ai pas eu de doute à son sujet. En plus, je fais confiance à nos autorités. Elles ne peuvent pas choisir un vaccin qui viendrait nous causer du tort», a-t-il martelé.

Chaque agent vacciné reçoit une carte portant son nom et qui atteste de la vaccination
© Sputnik . Alphonse Logo
Chaque agent vacciné reçoit une carte portant son nom et qui atteste de la vaccination

En attendant le Spoutnik V

Le 10 mars 2021, au lancement de cette première phase de la campagne de vaccination au Togo, la chef du gouvernement Victoire Tomegah-Dogbé a reçu sa première dose du vaccin d’AstraZeneca lors d’une cérémonie organisée à la primature.

Une manière, sans doute, de rassurer les Togolais au moment où ce vaccin suscite de nouveau des craintes liées à la formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées en Europe.

Le 12 mars, la Bulgarie a suspendu «par précaution» son utilisation. D'autres pays comme le Danemark, la Norvège ou l'Islande avaient pris la même mesure.

«Je peux vous rassurer que sur la quarantaine de personnes qui ont déjà été vaccinées le jour du lancement, aucune n’a eu de symptômes ni d’effets secondaires», a également rassuré, Moustapha Mijiyawa, le ministre togolais de la Santé et de l’Hygiène publique rencontré par Sputnik au CHU SO où il venait superviser le déroulement de la vaccination.

La première phase de vaccination prend fin le 13 mars. Elle devrait être suivie par une deuxième étape qui concerne les plus de 50 ans et ceux présentant des comorbidités dans le grand Lomé.

Le Togo attend d’autres doses d’AstraZeneca dans les trois prochains mois, toujours à travers l’initiative Covax. Le pays a également, de source officielle, commandé d’autres types de vaccins à l’instar du Spoutnik V qui est en attente de livraison.

À la date du 10 mars 2021, le Togo avait enregistré au moins 7.737 cas confirmés de Covid-19 au total dont 1.111 sont encore sous traitement et 92 morts.

Lire aussi:

«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
La République tchèque expulse près de 70 employés de l’ambassade russe, Moscou promet une réponse
Les concepteurs du Spoutnik V «étonnés» par le silence des médias sur les décès après injection du Pfizer
La France menace la Russie et Poutine au sujet de Navalny, promettant des sanctions en cas de décès
Tags:
coronavirus SARS-CoV-2, AstraZeneca, Covid-19, vaccination, Togo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook