Afrique
URL courte
Par
6334
S'abonner

Dans un entretien accordé à Sputnik, Mohamed Frikha, PDG de la société tunisienne Telnet Holding qui a lancé le 22 mars, en collaboration avec Roscosmos, le satellite Challenge One, affirme que ce dernier utilise pour la première fois au monde un protocole terrestre de transmission de données dans l’espace.

Cette année, la Tunisie a fêté le 65e anniversaire de son indépendance tout en partant dans l’espace à l’occasion du lancement du premier satellite arabe et africain, Challenge One, conçu et fabriqué à 100% par une entreprise privée tunisienne, Telnet Holding. En plus du fait que les ingénieurs et techniciens ont été formés exclusivement dans les écoles d’ingénierie tunisiennes, la mission assignée à ce satellite fait de Telnet Holding un leader mondial dans l’Internet des objets (IoT) avec des solutions jamais proposées auparavant.

Lundi 22 mars, présent au siège de Telnet Holding pour suivre en direct le lancement de Challenge One depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, à bord d’une fusée Soyouz-2, le Président Kaïs Saïed a déclaré devant la presse:

«Notre richesse réelle est la jeunesse qui peut faire face aux obstacles». «La Tunisie qui vit une crise sociale et politique ne manquait pas de ressources mais de volonté nationale», a-t-il ajouté, soulignant que «nous sommes fiers de notre jeunesse et des cerveaux tunisiens de par le monde».

Ainsi, dans un entretien à Sputnik, Mohamed Frikha, PDG de Telnet Holding, explique la mission de Challenge One, son impact sur l’économie, l’emploi et la formation en Tunisie et les possibilités de développement à l’international dans le domaine de l’Internet des objets. Par ailleurs, il fait part de son projet d’envoyer, en collaboration avec Roscosmos, la première femme arabe et africaine dans l’espace: une tunisienne.

Protocole d'accord spacial entre la Russie et la Tunisie
© Photo / TELNET Holding
Protocole d'accord spacial entre la Russie et la Tunisie

Né d’une coopération avec des entreprises russes

«La mission de lancement et de mise en orbite basse du satellite Challenge One était une réussite complète, confirmée officiellement par l’agence spatiale russe Roscosmos», affirme M.Frikha.

Et de rappeler que «le projet est parti d’un accord signé le 24 juin au centre d’innovation de Skolkovo, dans la banlieue de Moscou, entre Telnet Holding et les entreprises russes Sputnix et GK Launch services».

«Ce partenariat a comme objectif d’envoyer dans l’espace une constellation de 30 satellites fabriqués en Tunisie avec le soutien de la Russie à l’horizon 2023», informe-t-il, ajoutant que «cette coopération trilatérale entre ces entreprises participe non seulement à la création de nouvelles technologies spatiales et de solutions de télécommunication pour répondre aux besoins du marché mondial, mais pose également les bases du développement de l’industrie spatiale en Tunisie».

Dans le même sens, Mohamed Frikha explique que la coopération avec la Russie «intègre un volet dédié à l’éducation et la formation d’ingénieurs spécialisés dans le domaine spatial, en plus de la participation à des projets de recherche et de développement communs». Il précise que «l’importance de ce projet réside surtout dans le fait qu’il sera le fer de lance du programme spatial tunisien».

«Une percée dans le domaine de l’IoT»

Les fonctionnalités du satellite Challenge One «constituent une percée à l’échelle mondiale dans le domaine de l’IoT», affirme le PDG de Telnet Holding.

En effet, selon lui, «il faut savoir qu’actuellement moins de 20% de la surface du globe est couverte par le réseau Internet mondial terrestre».

«La connexion des régions non couvertes, dites zones blanches, est le défi relevé par les ingénieurs et les techniciens de Telnet Holding qui ont conçu et réalisé Challenge One lequel emploie, en une première mondiale, le protocole de transmission de données LoRa dans l’espace, utilisé exclusivement auparavant sur Terre».  

Ainsi, «Challenge One collectera des données concernant la météo, la pollution, l’agriculture, la localisation pour les transports et autres qui seront exploitées en temps réel par des entreprises ou des organismes publics en Tunisie, mais également à l’étranger notamment en Europe, ce qui ouvre énormément de possibilités pour le développement du business de Telnet Holding au niveau national et international», se félicite-t-il.

«Une Tunisienne dans l’espace»

Enfin, évoquant les perspectives de développement de son entreprise, Mohamed Frikha informe que «d’autres partenariats sont envisagés, notamment avec des entreprises européennes, avec comme objectif d’intéresser plus de jeunes tunisiens aux sciences et technologies de l’espace en vue de l’élargissement des activités de Telnet Holding dans le futur».

À ce titre, M.Frikha annonce son intention d’envoyer «une cosmonaute tunisienne dans l’espace, dans le cadre d’un accord avec l’agence spatiale russe Roscosmos».

«Lors de mon dernier voyage à Moscou, nous avons soumis cette idée, à l’occasion de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes (8 mars), au représentant spécial du Président russe pour le Proche-Orient, Mikhaïl Bogdanov, qui l’a chaleureusement accueillie», précise-t-il.

Dans ce cadre, «nous allons procéder à l’étude des dossiers de candidates pour en sélectionner une qui sera envoyée en Russie pour commencer les entraînements», conclut-il.

Lire aussi:

«Pas de ministres, pas d’hommes politiques»: Pierre-Jean Chalençon s’explique après sa garde à vue
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Tags:
Holding spatial russe Roscosmos, Russie, Tunisie, photo satellite, satellite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook