Afrique
URL courte
Par
Décès d'Idriss Déby au Tchad des suites de «blessures reçues au front» (10)
173
S'abonner

Idriss Déby se prépare pour un 6e mandat au soir de la présidentielle du 11 avril au Tchad. Après le désistement de ses adversaires les plus coriaces, qui l’accusent d’avoir verrouillé le jeu démocratique, le chef de l’État sortant, au pouvoir depuis 1990, n'affrontera que six candidats présentés comme des faire-valoir par certains observateurs.

Si l’issue de la présidentielle du 11 avril prochain au Tchad ne fait l’objet d’aucun suspens, la candidature d’Idriss Déby Itno à sa propre succession est toujours au centre de toutes les controverses dans le pays. Dans un élan contestataire, des partis d’opposition, organisations de la société civile, syndicats et mouvements de jeunes se sont mobilisés contre la candidature de celui qui a été élevé, l'année dernière, à la dignité de «maréchal». N'Djaména a réagi en interdisant systématiquement toutes les manifestations de l'opposition et de la société civile, sous prétexte qu’elles sont «susceptibles d'occasionner des troubles à l'ordre public».

Boycotts en série

Dans le pays, si la tension est montée d’un cran à l’approche de la présidentielle, elle a aussi été à l’origine de nombreux désistements. Plusieurs partis politiques et organisations de la société civile se sont clairement inscrits dans la logique du boycott. C'est le cas de trois figures majeures de l’opposition tchadienne: l’opposant historique Saleh Kebzabo, l'avocat Théophile Bongoro et Ngarlejy Yorongar. D'autres opposants comme Succès Masra, leader des «transformateurs», dont la candidature n'a pas été retenue, s’est aussi engagé à leurs côtés dans cette contre-campagne.

Les partisans du boycott dénoncent pour la plupart l'absence de transparence du processus et soutiennent que «les conditions ne sont pas réunies pour assurer un scrutin crédible et transparent». Dans une récente interview accordée à Sputnik, Saleh Kebzabo, évoquant les raisons du retrait de sa candidature, pointait du doigt le verrouillage du jeu démocratique.

«Le retrait de notre candidature est tout simplement le résultat de ce que nous vivions, à savoir que tout est ficelé dans ce pays pour que l’élection ne soit pas gagnée par d’autres candidats [qu’Idriss Déby, ndlr]», a-t-il expliqué.

L’opposant est engagé depuis lors dans une campagne pour sensibiliser au boycott actif du scrutin. Des actions qui, souligne David Eboutou, analyste politique et consultant sur des questions sous régionales dans un groupe de presse au Cameroun, ne freineront pas l’ambition de l’homme fort de N'Djaména: «Depuis qu'Idriss Déby Itno a fait lever par l'Assemblée nationale le verrou de la limitation du nombre de mandats à la tête de l'État ou encore son auto-intronisation comme maréchal plus tard, nul ne doute que ce n'est pas pour partir de sitôt du pouvoir», rappelle l’analyste au micro de Sputnik.

Une victoire assurée de Déby

Cependant, sur la quinzaine de candidatures de départ, quelques opposants tiennent encore à aller à cette présidentielle contre le Président Idriss Déby Itno. Le Président sortant, au pouvoir depuis 1990, aura face à lui six opposants, le 11 avril. Il s'agit de Romadoungar Félix Nialbé, Brice Guedembaye Baimon, l'ancien Premier ministre Albert Pahimi Padacké, la première femme candidate à une élection présidentielle au Tchad et ancienne ministre Lydie Beassemda, Théophile Yombombé et Alladoum Djarma Baltazar. Des candidats taxés de «faire-valoir» par de nombreux observateurs et qui sont loin de faire le poids, constate David Eboutou.

«L’alternance à la tête du Tchad est quasi-impossible du fait du verrouillage des institutions qui assurent l'organisation du jeu démocratique totalement acquises à la cause du maréchal Idriss Déby Itno. De la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui enrôle et publie les listes des candidatures validées jusqu'à la Cour suprême qui décide en dernier ressort, toutes ces institutions sont inféodées par le Président de la République qui les contrôlent de bout en bout. Ce qui ne laisse aucune chance aux autres candidats», poursuit l’analyste.

Alors que le Président Déby s’apprête à briguer un 6e mandat, le pays fait face à de nombreux défis sécuritaires et sociopolitiques. Privé de sa rente pétrolière, occasionnée par la chute brutale des cours du brut, le Tchad doit aussi affronter une sévère crise économique.

Dans son rapport 2020 sur l’état de la démocratie dans le monde, l’Economist Intelligence Unit (EUI), think tank britannique, a classé le Tchad comme l’un des pays les moins démocratiques du monde. Le pays occupe le 163e rang sur 167.

Dossier:
Décès d'Idriss Déby au Tchad des suites de «blessures reçues au front» (10)

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Tribune de militaires: le chef d'état-major invite les signataires à quitter l'armée
Tags:
élection présidentielle, élections, Idriss Déby Itno, Tchad
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook