Afrique
URL courte
Par
0 41
S'abonner

Les Rencontres internationales des arts numériques et visuels d’Abidjan (Riana), initiées par l’artiste ivoirien pluridisciplinaire Jacobleu, se déroulent jusqu’à fin avril. Plusieurs œuvres sont exposées dans la ville à l’occasion de l’édition 2021.

L'édition 2021 des Rencontres internationales d'arts numériques et visuels (Riana) d'Abidjan, en Côte d'Ivoire, ont donné leur coup d'envoi. L’Ivoirien Trazié Lucien, dit LTG, a séduit avec un salon fabriqué à partir du métal d’anciennes baignoires récupérées dans des décharges. Les canapés et les fauteuils de ce salon sont habillés de pagnes qui donnent une touche africaine à l’œuvre.

«Je veux faire de cet art visuel une fierté ivoirienne qui transforme les frontières», a expliqué le designer ivoirien, piqué par le virus de l’art depuis la France.

À base de marc de café récupéré chez des amis qui consomment des capsules Nespresso, l’artiste plasticien sénégalais Pascal Nampémania Traoré a présenté deux toiles pour attirer l’attention du public sur la question du gaspillage. Pour lui, le reste de café après consommation peut être valorisé.

L’Ivoirien Jacobleu, initiateur des Riana, s’exposait lui aussi. Il a présenté des œuvres qui promeuvent les valeurs de paix, d’engagement social et de culture africaine.

«Nos objectifs en matière de visibilité ont été atteints. Nous nous sommes trouvés dans l’obligation de filtrer le public à cause de la crise sanitaire. Les gens ont commencé à saisir l’importance des arts, et cela est de bonne guerre pour notre pays», s’est-il réjoui.

Plusieurs œuvres d’art numériques et visuelles sont exposées à la Villa Alfira aux II Plateaux, à la Fondation BJKD à Cocody et à Cap-Sud, à Marcory à l’occasion de ce festival qui court jusqu’à fin avril et dont le but est de contribuer au développement des nouvelles technologies liées au digital et aux arts.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Tags:
arts visuels, art, Abidjan, Côte d'Ivoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook